Septembre 2014

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

 

* Un gros changement pour Pierre Pagé

Après 20 ans passés à la radio NRJ, l’animateur Pierre Pagé relève un nouveau défi cet automne à Rythme FM. Il y a animera « Le matin tout est possible » aux côtés de Josée Boudreault, l’émission matinale présentée cet automne.

 

* Prompt rétablissement à Michel Côté

Le comédien Michel Côté se remet d’une récente opération qu’il a subie pour régler une vieille blessure à l’épaule droite. Star Québec lui offre ses meilleurs vœux pour un prompt rétablissement et, par la même occasion, le meilleur succès possible pour la série télévisée « La théorie du K.O. » dans laquelle on le verra cet automne.

 

* Félicitations à Paul Buissonneau

L’homme de théâtre Paul Buissonneau vient d’être honoré par la Ville de Montréal. En effet, c’est en présence du maire Denis Coderre et de plusieurs personnalités politiques et culturelles qu’il a reçu le titre de citoyen d’honneur de la Ville de Montréal pour la création de La Roulotte, troupe de théâtre itinérante qui présente des pièces pour jeune public dans les parcs de la métropole.

 

* 2 millions de $ pour « 1987 »

Le film de Ricardo Trogi, « 1987 », serait-il en voie de devenir le film québécois le plus vu de l’année ? Toujours est-il que la production vient d’atteindre des recettes de 2 millions de $ et qu’elle est toujours présentée dans plusieurs cinémas de la province. Jean-Carl Boucher est en vedette dans ce film qui relate l’été 1987 de Ricardo Trogi lui-même.

 

* C’est parti pour « L’été indien »

Ce dimanche 7 septembre, le réseau TVA présentait la première du nouveau talk-show « L’été indien » animé par Julie Snyder et Michel Drucker. Tourné en extérieur, au Vieux-Port de Montréal, le spectacle se veut grandiose avec des invités de haut niveau. Pour cette première, l’équipe recevait Céline Dion avec qui Julie Snyder a fait du ski nautique. Parmi les autres invités, on retrouvait Francis Cabrel, Fred Pellerin, Vincent Niclo et Mylène Paquette.

 

* Un canal pour les francos du Canada

C’est le 8 septembre que le canal UNIS a vu le jour à la télévision canadienne, une filiale née de TV5. La programmation de cette nouvelle station est destinée à tous les francophones vivant au Canada, qu’ils soient dans les Maritimes ou dans l’Ouest canadien. Le gala de lancement était animé par Nicolas Ouellet, qui sera également à la barre de l’émission « Pense vite ». Parmi les autres émissions, on retrouvera « Ma caravane au Canada » animé par Vincent Graton et Damien Robitaille et « Le 5ième élément », une émission jeunesse animée par Christian Essiambre.

On pourra revoir la rediffusion de quelques séries comme « L’ombre de l’épervier », « Ramdam » et « Six pieds sous terre ».

 

* « Mommy » arrive chez-nous

Le nouveau film « Mommy » de Xavier Dolan est maintenant présenté au Québec. Après son triomphe à Cannes au printemps dernier (le film y avait remporté le prix du jury), c’est maintenant au tour des concitoyens du cinéaste de voir la production et de juger de la qualité du produit. Les plus grands espoirs sont permis pour ce film qui met en vedette Anne Dorval, Suzanne Clément, Patrick Huard et Antoine-Olivier Pilon.

 

* Un hommage à Oliver Jones

À l’occasion de son 80ième anniversaire de naissance, le pianiste de jazz a eu droit à un honneur très rare. Son quartier natal, la Petite-Bourgogne de l’arrondissement Sud-Ouest de Montréal, lui a rendu hommage en inaugurant une murale le représentant. On peut admirer l’œuvre sur un mur des Habitations Albert, à l’angle du boulevard Georges-Vanier et de l’avenue Lionel-Groulx.

 

* Les stars du palmarès honorés par la SOCAN

La SOCAN a honoré les artistes dont une chanson a été numéro un au palmarès BDS au cours de la dernière année. Les récipiendaires sont donc :

- Karim Ouellet et Claude Bégin pour « L’amour », « Marie-Jo » et « Rien ne sert de courir »

- Alex Nevsky et Gabriel Gratton pour « On leur a fait croire »

- Vincent Vallières pour « L’amour c’est pas pour les peureux » et « Loin »

- Marie-Mai et Fred St-Gelais pour « Jamais trop tard »

- Steve Veilleux pour « J’sais pus comment t’aimer »

- Jonas, Simon Wilcox, Mark Holman, Justin Gray, Martin Fredericksen et Nelson Minville pour « Je crie ton nom »

 

* Damien Robitaille s’est marié

La dernière édition du magazine Échos-Vedettes nous apprend que le chanteur franco-ontarien Damien Robitaille s’est récemment marié. C’est lors du gala soulignant les 30 ans de la compagnie de disques Audiogram que le chanteur a lui-même annoncé la grande nouvelle. Âgé de 33 ans, Damien Robitaille a uni sa destinée à celle de Carolina Navarro au cours du mois d’août. Star Québec tient à offrir ses meilleurs vœux de bonheur au couple.

 

* Deux grands bonheurs pour Alfa Rococo

Le duo Alfa Rococo revient sur nos palmarès avec la parution de leur nouvel album, « Nos cœurs ensemble ». Par contre, ce n’est pas tout : le deux membre du groupe, Justine Laberge et David Bussières, attendent également la venue d’un enfant au début de l’année 2015. Voilà de bien beaux projets pour le couple.

 

* De beaux moments pour les Prix Gémeaux

René Simard peut crier une fois de plus : pari réussi ! Il a animé, le 14 septembre, un Gala des Prix Gémeaux fort dynamique. La série nous a présenté des moments parfois drôles, parfois émouvants, avec un numéro d’ouverture musical très entraînant qui s’est poursuivi avec la présentation du premier prix par Guylaine Tremblay et Normand D’Amour. L’un des moments les plus touchants de la soirée a sûrement été l’interprétation de la chanson « Tenir debout » de David Portelance en hommage à Claude Robinson, récipiendaire du Grand Prix de l’Académie. En recevant son prix, Claude Robinson en a profité pour demander en mariage sa conjointe Claire. Soulignons aussi que la comédienne Catherine Bégin, décédée en décembre dernier, a reçu un Prix Gémeaux pour sa participation à la série web « Michaëlle en sacrament ». C’est sa filleule, la comédienne Christine Bellier, qui a reçu le prix en son nom. Il serait trop long de dresser la liste complète des gagnants, mais voici une liste des principales personnalités récompensées lors de cette édition des Gémeaux :

- Meilleurs rôles de soutien dramatique : Guy Nadon et Louise Bombardier pour « Série noire »

- Meilleurs rôles de soutien téléroman : Albert Millaire et Charli Arcouette pour « Mémoires vives »

- Meilleurs rôles de soutien comédie : Mélissa Désormeaux-Poulin pour « Ces gars-là » et Patrice Robitaille pour « Les beaux malaises »

- Meilleure animation humour / variétés : Véronique Cloutier et Antoine Bertrand pour « Les enfants de la télé »

- Meilleure interprétation médias numériques : Émile Proulx-Cloutier pour « Maître Wing-Wong » et Catherine Bégin pour « Michaëlle en sacrament »

- Meilleurs premiers rôles dramatiques : François Létourneau pour « Série noire » et Fanny Mallette pour « Mensonges »

- Meilleurs premiers rôles téléroman : Marie-Thérèse Fortin pour « Mémoires vives » et Guy Nadon pour « O’ »

- Meilleurs premiers rôles comédie : Martin Matte et Julie LeBreton pour « Les beaux malaises »

 

* Éric Bruneau et Kim Lizotte s’affichent

Le comédien Éric Bruneau et l’humoriste Kim Lizotte ont mis fin aux rumeurs qui couraient à leur sujet : leur relation amoureuse semble s’être officialisé alors que les deux tourtereaux se sont affichés ensemble lors du Gala des Prix Gémeaux. Éric Bruneau était en nomination ce soir-là pour sa magnifique performance dans la série télévisée « Mensonges ». On le retrouve cet automne dans son rôle de Sylvain Régimbald dans « Toute la vérité ».

 

* Félicitations à Patrice Demers

Le plus célèbre pâtissier du Québec, Patrice Demers, s’est marié. Le 6 septembre, il a pris pour épouse la sommelière Marie-Josée Beaudoin. Par la suite, le couple est parti en lune de miel à Santorini en Grèce. Patrice Demers est connu des téléphiles pour l’émission qu’il anime à Canal Vie, « Les desserts de Patrice ».

 

* RDS fête ses 25 ans

C’est en 1989 que la télévision québécoise se dotait d’un réseau de télévision consacré au sport, le Réseau Des Sports. Au cours de la semaine du 22 septembre, RDS soulignera son 25ième anniversaire par une programmation spéciale. Tout au cours de la semaine, l’émission « Le 5 à 7 » sera en tournée dans les régions du Québec, soit à Gatineau, Québec, Trois-Rivières, Saguenay et Sherbrooke. De plus, on présentera une nouvelle série documentaire, « 25 ans d’émotions » qui présentera, en 17 épisodes, les grands moments vécus sur RDS depuis 25 ans. On y retrouvera notamment Bruny Surin, Sylvie Fréchette, Saku Koivu, Éric Lucas et Joanie Rochette.

 

* « Chambres en ville » : 25 ans plus tard

Il y a 25 ans, le réseau TVA présentait le premier épisode d’un téléroman qui allait devenir une série-culte, « Chambres en ville ». Écrit par Sylvie Payette, la série mettait en vedette Louise Deschâtelets entourée d’une pléiade de jeunes comédiens, dont certains en étaient à leurs premières armes. On se souvient tous du couple de Pete et Lola, joué par Francis Reddy et Anne Dorval, mais vous souvenez-vous de tous les autres comédiens qui y ont fait leurs débuts ? Grégory Charles, Patricia Paquin, Jasmin Roy, Marie-Josée Croze, Cédric Noël et plusieurs autres. On a également vu évoluer, dans cette maison de pension et autour, d’autres jeunes artistes tout de même un peu expérimenté, comme Marie-Soleil Tougas, Guillaume Lemay-Thivierge, Julie Deslauriers et Patrick Labbé. Pour souligner ce 25ième anniversaire, TVA présente une émission spéciale de « Deux filles le matin » animée par Marie-Claude Barrette et au cours de laquelle quelques comédiens se sont revus. De plus, les 20 et 21 septembre, Prise 2 consacrait au téléroman le premier épisode de son émission-souvenir « Prise 2 se souvient ». Présenté par Annie-Soleil Proteau, cette émission dressait un portrait de la série en interviewant quelques-uns de ses principaux artisans. La présentation de cette émission était suivie de deux épisodes de « Chambres en ville ».

 

* Bruno Pelletier et Guy St-Onge se rappellent

Le chanteur Bruno Pelletier et le chef d’orchestre Guy St-Onge viennent de lancer conjointement un nouvel album intitulé « Musique & cinéma ». Sur cet album, le duo reprend des airs marquants du cinéma d’ici et d’ailleurs. Parmi les œuvres réinventés, soulignons la mémorable « Calling You » du film « Bagdad Café ». « West Side Story », « Les ordres » et « Moulin Rouge » font également partie des films revisités. Soulignons également une magnifique reprise d’une chanson de Richard Desjardins, tirée du film « Le party », « Le cœur est un oiseau ».

 

* On se souvient du photographe des stars

Reconnu comme l’un des plus grands portraitistes de notre show-business, le photographe Gaby revit dans le cadre d’une exposition présentée à la Grande Bibliothèque jusqu’au 7 juin 2015. Né Gabriel Desmarais, il a réalisé des portraits inoubliables de Dominique Michel, Jean Duceppe, Olivier Guimond, Alys Robi et de nombreux autres artistes de chez-nous. Parallèlement, il a gravé sur pellicule le visage de plusieurs vedettes de renommée internationale, comme Charles Aznavour, Fred Astaire, Rita Hayworth, Liberace et combien d’autres… Gaby est décédé en 1991 à l’âge de 65 ans.

 

* Alain Zouvi se retire du théâtre

Le Théâtre du Rideau Vert présente sa nouvelle pièce, « Le prince des jouisseurs », écrite par Gabriel Sabourin et s’inspirant de l’internement du dramaturge Georges Feydeau. On y retrouve entre autres le comédien Alain Zouvi qui a annoncé qu’il prend sa retraite du théâtre à 55 ans. Il joue ainsi sa dernière pièce, mais il promet de poursuivre sa carrière avec d’autres projets. Autour de lui, on y verra Gabriel Sabourin, Hélène Mercier, Marie-Pier Labrecque, Frédéric Desager, Jonathan Michaud et Geneviève Rioux dans une mise en scène de Normand Chouinard.

 

* Sébastien Ricard plaide non-coupable

Le chanteur et comédien Sébastien Ricard était en cour le 17 septembre pour faire face à une accusation de conduite en état d’ébriété. Lors de son passage en cour, le chanteur du groupe Loco Locass a plaidé non-coupable. Il devra donc revenir en cour le 3 décembre prochain. D’ici là, on peut le voir tout l’automne à TV5 dans le téléroman « En thérapie ».

 

* Les Prix Gascon-Roux récompense ses lauréats

C’est devenu une tradition pour le Théâtre du Nouveau-Monde. Chaque année, les prix Gascon-Roux sont décernés aux artistes et artisans qui ont marqué la dernière année. Pour son interprétation magistrale de « Cyrano de Bergerac », il allait de soi que Patrice Robitaille récolte le prix de l’interprétation masculine. Du côté féminin, c’est Marie-Thérèse Fortin qui l’emporte pour la pièce « Le balcon ». Finalement, soulignons que Marie-Pier Labrecque, également en vedette dans « Le balcon », a reçu le Prix Olivier Reinchenbach décerné à un artiste de la relève.

 

* Dani Daraîche se marie

La chanteuse country Dani Daraîche file le parfait bonheur : le 20 septembre, elle a épouse son conjoint Yvon Charette à La Caravelle de St-Jérôme. Celle qu’on a connu au sein de la Famille Daraîche était justement accompagnée de sa célèbre maman, Julie Daraîche, pour vivre ce grand jour. Quelques vedettes du country ont participé à la soirée, dont le violoniste André Proulx ainsi que l’animateur Richard Gauthier qui agissait à titre de maître de cérémonie.

 

* Pierre Paquette n’est plus

L’ancien animateur de Radio-Canada, Pierre Paquette, a été emporté par une longue maladie dans la nuit du 19 au 20 septembre dernier. Il avait 84 ans. Après être entré à Radio-Canada par la radio en 1955, il était vite devenu une vedette du petit écran en animant la populaire émission de variétés « Le club des autographes » de 1957 à 1962. Collaborateur à l’émission d’informations « Aujourd’hui » dans les années 60, il  a par la suite animé « Le temps de vivre », un magazine destiné au public aîné. C’était tout juste avant de prendre sa retraite.

 

* Une tournée à la mémoire de Georges Hamel

Le gentleman de la chanson country Georges Hamel est décédé en février dernier, mais son œuvre lui survit. Avant sa mort à 66 ans, il avait enregistré l’album « Une fleur pour vous » sur lequel il reprend ses chansons en duo avec des artistes de tous les âges et de tous les styles. Inspirée par cet album, la chanteuse Marie-Denise Pelletier a eu l’idée de monter un spectacle en hommage à Georges Hamel. En plus d’extraits vidéos présentant Georges Hamel, on retrouvera sur scène Maxime Landry, Laurence Jalbert, Chantal Cliche, Annie Blanchard, Pierre Arseno, Marie-Chantal Carrier ainsi que Marie-Denise Pelletier qui signe également la mise en scène. 5 spectacles seront présentés en septembre et en octobre à Gatineau, Québec, Trois-Rivières, Brossard et Drummondville.

 

* « Vol 920 » prend son envol

Oubliez « Occupation double ». Un nouveau concept de téléréalité prend sa place cette année. C’est ce dimanche, 21 septembre, que le premier épisode a été présenté sur TVA. Animé par Yan England, l’émission met en scène 20 célibataires aventuriers qui parcourront différents endroits avec pour seul bagage un simple sac à dos. Ils devront traverser des épreuves physiques et psychologiques. Les jeunes globe-trotters feront d’abord connaissance avec la tribu des Bochimans en Afrique Australe.

 

* Chuck Comeau serait marié

Le magazine Échos-Vedette a appris que le batteur Chuck Comeau, du groupe Simple Plan, s’est marié dans la plus grande discrétion il y a quelques semaines. C’est à la fin mai ou au début juin qu’il aurait prix pour épouse Jacquelin Napal qui réside dans la région de Los Angeles. Nos meilleurs vœux accompagnent le couple.

 

* Mariage de Marilou et Alexandre Champagne

Le 20 septembre dernier, la chanteuse Marilou fêtait ses 24 ans. C’est en ce jour spécial qu’elle  a uni sa destinée à celle de l’humoriste Alexandre Champagne. L’animateur Benoît Gagnon et le chanteur Koriass faisait partie des invités venus assister à leur bonheur. Le couple, connu aussi pour son blogue « Trois fois par jour », avait plus d’une raison de célébrer ce jour-là puisque leur livre de recettes vient tout juste de voir le jour. Star Québec souhaite longue vie à ce jeune couple qui inspire beaucoup de gens.

 

* Le nouveau succès d’Étienne Drapeau

Depuis son passage à « Star Académie » en 2004, Étienne Drapeau cumule les succès. Pour fêter ses 10 ans de carrière, il nous offre un nouvel album promis à un grand succès, « T’es toute ma vie ». Il s’agit du cinquième album de sa carrière. Déjà, la pièce-titre de l’album, « T’es toute ma vie » s’est classée numéro un au palmarès BDS Pop-adulte.

 

* Du nouveau pour le cinéma québécois

Les amateurs de cinéma québécois ont deux nouvelles œuvres à se mettre sous la dent ces jours-ci. « Qu’est-ce qu’on fait ici ? » de Julie Hivon met en vedette Sophie Desmarais, Maxime Dumontier et Guylaine Tremblay. On y raconte l’histoire émouvante d’un groupe de 5 jeunes amis décimé lorsque l’un d’eux meurt dans un accident de voiture. L’autre film pourrait être un peu semblable : « 2 temps, 3 mouvements » raconte l’histoire d’un adolescente marqué par le suicide de son père qui est témoin malgré lui du suicide d’un adolescent sur le toit de son école. Cette co-production entre la France et le Québec réalisée par Christophe Cousinmet en vedette Zacharie Chasseriaud, Aure Atika, Antoine L’Écuyer, Philomène Bilodeau, Anne-Marie Cadieux et Hugues Frenette.

 

* La Fondation SPACQ remet ses prix annuels

Comme chaque année, la Fondation de la Société Professionnelles des Auteurs et Compositeurs du Québec a remis ses prix pour honorer la carrière de quelques artistes. Ces prix sont accompagnés de bourses totalisant une somme de 130 000$. La soirée présentée à la Tour de la Banque Nationale de Montréal était animée par Louise Forestier. Voici les récipiendaires :

- Prix André « Dédé » Fortin : Alex Nevsky et Émile Proulx-Cloutier

- Prix André-Gagnon : James Gelfand

- Prix Eddy-Marnay : Raôul Duguay

- Prix Édith-Butler : Les Hey Babies et Marijosée

- Prix Éval-Manigat : Lynda Thalie

- Prix François-Cousineau : Angelo Finaldi

- Prix Gilles-Vigneault : Karim Ouellet

- Prix Luc-Plamondon : Marcel Sabourin

- Prix Lucille-Dumont : Ginette Reno

- Prix Pionnier-Bâtisseur : Denise Filiatrault

- Prix Richard-Grégoire : Michel Corriveau

- Prix Robert-Charlebois : Les Cowboys Fringants

- Prix Sylvain-Lelièvre : Pierre Létourneau

 

* Adieu Gilles Latulippe 1937-2014

Le milieu de l’humour vient de perdre une véritable légende. Le comédien Gilles Latulippe s’est éteint le matin du 23 septembre à l’âge de 77 ans. Même si on le savait hospitalisé depuis la fin du mois d’août, la nouvelle de son décès a consterné la population québécoise, puisque la véritable nature de sa maladie avait été cachée au public. Depuis plus de deux ans, il souffrait secrètement d’un cancer du poumon qui a fini par avoir raison de sa grande détermination. Même s’il se savait condamné, il avait poursuivi sa carrière au théâtre en jouant dans « Salut cocu » à Drummondville au cours de la saison estivale. C’est son hospitalisation qui aura mis fin à une carrière de 55 ans, passée à faire rire le public québécois. Il avait alors été hospitalisé pour une pneumonie, mais son état n’a cessé de se dégrader. C’est là qu’il avait fêté son 77ième anniversaire de naissance le 31 août. Ironiquement, on lui avait rendu hommage pour l’ensemble de sa carrière le 21 juillet dernier, lors du Festival Juste pour Rire. Seuls sa famille et ses amis proches connaissaient la gravité de sa maladie.

 

* Gilles Latulippe : 55 ans dédiés au rire

Gilles Latulippe aura consacré 55 ans de sa vie à faire rire les Québécois. C’est Yvon Deschamps qui l’incita à suivre des cours de théâtre. Paul Buissonneau le remarqua et l’invita à se joindre à La Roulotte, puis lui donna un petit rôle dans « La bande à Bonnot ». Sa carrière est toutefois lancée en 1959 lors de la création de la pièce « Bousille et les justes » de Gratien Gélinas. Il y incarnait le frère Nolasque, premier rôle comique de sa carrière. La même année, il débute à la télé, mais il faudra attendre le début des années 60 avant que le petit écran laisse toute la place à son généreux talent. De 1964 à 1973, il fait partie de la joyeuse bande du Capitaine Bonhomme. Puis, l’année suivante, on le voit dans « Cré Basile » où il joue un rôle épisodique, celui du concierge Symphorien Laperle. Le personnage devient si populaire qu’il obtient sa propre série. De 1970 à 1977, il est la vedette de « Symphorien » aux côtés de Janine Sutto, Juliette Huot et Fernand Gignac. La télévision lui réserve d’autres beaux rôles, dont ceux de Théo Théoret dans « Les Brillant »  de 1979 à 1982 et d’Hector Potvin dans « Poivre et sel » de 1982 à 1987. De 1987 à 1993, il anime avec Suzanne Lapointe « Les démons du midi », une émission de variétés quotidienne qui comptera plus de 1000 épisodes et qui permettra à plusieurs jeunes humoristes de se faire connaître mais également à d’anciennes vedettes du burlesque de ne pas tomber dans l’oubli. Parallèlement, il gère les destinées du Théâtre des Variétés. C’est son ami, Olivier Guimond, qui l’incite à ouvrir ce théâtre qui perpétue le burlesque à travers les années. De 1967 à 2000, il en sera le propriétaire et directeur et présentera de nombreux artistes comme Rose Ouellette, Manda Parent, Guilda et combien d’autres encore. Auteurs de nombreuses pièces du théâtre burlesque, on lui doit des titres comme « Salut cocu », « Viva Viagra » et « Balconville, P.Q. ». Chaque été, il perpétuait la tradition en présentant l’une de ces pièces au Centre culturel de Drummondville. Même s’il n’était pas à l’aise avec les hommages, il avait été honoré à plusieurs reprises. Il était notamment Membre de l’Ordre du Canada et Chevalier de l’Ordre National du Québec. On lui avait aussi rendu hommage au Gala Métrostar et au Gala des Prix Gémeaux. Il partageait sa vie avec Suzanne Gagnon depuis plus de 50 ans. En 1972, ils deviennent parents d’un fils, Olivier, prénommé ainsi en hommage à son grand ami Olivier Guimond. Star Québec tient à leur offrir ses plus sincères condoléances.

 

* Gilles Latulippe : Ses collègues se souviennent

Toute la communauté artistique avait un souvenir de Gilles Latulippe en apprenant son décès. Si beaucoup des collègues de Gilles Latulippe sont déjà décédés, on en trouve tout autant qui le pleurent, preuve que très peu d’artistes ont su rallier autant de gens d’eux. Voici quelques-uns des commentaires qui ont pu être recueillis dans les différents médias au sujet de la disparition de Gilles Latulippe :

JANINE SUTTO :

« C’était un homme complet, brillant, avec un grand jugement. Je n’ai jamais vu quelqu’un avec autant de jugement que lui. C’était aussi un homme d’affaires avec son théâtre. C’était un ami sur lequel tu pouvais compter. Il avait un cœur immense, il pensait aux autres. »

PIERRE MARCOTTE

« Gilles était des premières émissions des « Tannants », c’est lui qui avait trouvé le nom de l’émission. Moi, à l’époque, j’étais à l’animation et à l’information, donc je n’étais pas familier avec ce genre de « show-bizz » où on raconte une histoire. Gilles était d’une grande générosité avec ses confrères de travail. C’était un bon vivant, qui s’était beaucoup impliqué dans le monde artistique avec le Théâtre des Variétés. »

JACQUES SALVAIL

« Le 27 août, nous avons joué ensemble pour la dernière fois dans la pièce « Salut cocu ! » et le lendemain, il entrait à l’hôpital. Deux semaines plus tard, il était aux soins palliatifs. Ça a fait deux ans, le 28 août dernier, qu’il avait reçu ce verdict des médecins (…) La dernière saison au théâtre, il avait beaucoup de difficulté à se déplacer dans les coulisses. Il avait du mal avec sa respiration, mais sur scène, ça ne paraissait pas. »

ROGER GIGUÈRE

« J’ai connu Gilles avant le « Capitaine Bonhomme », ce qui remonte à 50 ans (…) J’ai un grand respect pour lui, ça a été une entreprise. Il a fait vivre plusieurs comédiens avec son Théâtre des Variétés (…) J’ai la même maladie que lui, un cancer du poumon. Je suis au même hôpital où il était. J’ai arrêté de travailler avec lui dans ses pièces de théâtre à cause de ma maladie ».

BÉATRICE PICARD

« Il avait une énergie extraordinaire et cette appétit de vivre et d’être parmi les gens. Il aimait faire rire, mais il était sérieux. Comme tous les grands comiques qui savent faire rire, ils ne sont pas nécessairement des pitres dans la vie. Ils sont capables de réfléchir et capable de capter les travers de tous et chacun pour habilement s’en moquer et faire rire les gens. Il avait le sens de la répartie. »

PAUL BUISSONNEAU

« C’était un gars adorable. Je l’impressionnais beaucoup avec ma maudite voix de Français. Yvon Deschamps me disait qu’il conservait des gags dans une filière. Il ne ressemblait à personne. Il ressemblait à Gilles Latulippe et avait un physique assez spécial. »

PAOLO NOËL

« C’est lui qui m’a appris à arrêter de me prendre pour un chanteur. Il m’a appris à rire, comment faire rire les gens, et ça a prolongé ma carrière de plusieurs années. »

DOMINIQUE MICHEL

« C’est un gentil garçon dans la vie, il était très aimable, c’est un travailler, c’était aussi un homme d’affaires, ce qui est assez rare chez les artistes. Il a toujours respecté tout le monde. »

BENOÎT BRIÈRE

« C’est un mentor, un maître à penser, un des grands comme il nous en reste peu. J’ai eu l’occasion de le côtoyer en travaillant lors de la série « Cher Olivier ». Il est venu nous coacher et venu nous interpréter la façon de faire très burlesque, qui est un art en soi. Ça prend un talent gigantesque, ce qu’il avait. »

MARIO LIRETTE

« Gilles Latulippe était le lien entre sa génération et la mienne. Gilles Latulippe était un bourreau de travail, un gars au talent énorme (…) Son théâtre a fonctionné pendant une vingtaine d’années avec très peu de moyens. »

 

* Que devient Suzanne Lapointe ?

Plusieurs artistes ont rendu hommage au comique Gilles Latulippe à l’annonce de son décès le 23 septembre. S’il y a quelqu’un qui l’a bien connu, c’est sans contredit l’animatrice Suzanne Lapointe, qui l’a côtoyé quotidiennement pendant sept ans alors que le duo animait « Les démons du midi ». Or, aucune nouvelle de madame Lapointe. Certains médias ont voulu la contacter pour avoir ses impressions, mais sa famille n’a pas pu donner accès à l’ex-animatrice qui s’est retirée. On la dit malade, mais sa famille s’est entendue pour garder le secret sur son état de santé. Star Québec tient tout de même à garder une petite pensée pour Suzanne Lapointe qui vit sûrement un grand deuil en ce moment.

 

* Étienne Cotton coupable

Le chanteur Étienne Cotton, qu’on a connu comme finaliste lors de la première édition québécoise de « La voix », a plaidé coupable, le 25 septembre au Palais de justice de Rimouski, à une accusation de conduite avec les facultés affaiblies après avoir consommé de l’alcool. Il avait été arrêté le 8 décembre 2013 après avoir perdu le contrôle de son véhicule. Heureusement, personne d’autre n’avait été impliqué dans ce dérapage. Il a été condamné à une amende de 1500$ et a perdu son droit de conduire pour un an. Lors de son passage à « La voix », Étienne Cotton était le protégé de Jean-Pierre Ferland.

 

* René Angélil prend du mieux

À en croire les allégations du magazine américain Las Vegas Sun, la santé de René Angélil, ex-imprésario et mari de la chanteuse Céline Dion, serait en amélioration. On sait qu’au cours des derniers mois, son état de santé a fait beaucoup jaser alors qu’il a cédé la gérance de la carrière de Céline à un autre imprésario et que la célèbre diva prenait une pause de sa tournée mondiale.  Céline tenait à être présente pour épauler son mari atteint d’un cancer, mais cette fois, les nouvelles sont encourageantes puisque Céline songe à revenir sur scène au début de 2015.

 

* Benoît McGinnis au théâtre

On pourrait presque dire que « Being at home with Claude » est un classique du théâtre québécois. Créée depuis 30 ans, l’œuvre de René-Daniel Dubois a suscité beaucoup d’intérêt tout au long de ces années, étant même adapté pour le cinéma au début des années 90. Cette fois, c’est Benoît McGinnis qui interprète ce prostitué qui a tué son amant par excès de passion. C’est Marc Béland qui l’accompagne sur scène dans le rôle de l’inspecteur de police dans une mise en scène de Frédéric Blanchette. C’est présenté au Théâtre du Nouveau Monde jusqu’au 11 octobre.

 

* Emmanuel Bilodeau sur scène

On sait depuis un moment que le comédien Emmanuel Bilodeau oriente sa carrière vers l’humour. Cette fois, il présente son spectacle aux Montréalais les 26 et 27 septembre au Monument National. Le « One-Manu Show » marque un tournant important dans sa carrière alors qu’il vient de franchir une étape importante de sa vie : il a fêté son 50ième anniversaire de naissance le 29 août dernier.

 

* Gilles Latulippe en chapelle ardente

Après une entente entre la famille de Gilles Latulippe et le maire de Montréal Denis Coderre, il a été convenu que la dépouille mortelle du comédien Gilles Latulippe sera exposée en chapelle ardente à l’Hôtel de Ville de Montréal. Les visites pourront se faire de 14h à 21h le jeudi 2 octobre et de 10h à 12h le vendredi 3 octobre. Selon son fils Olivier, il aurait été question de funérailles nationales, mais semble-t-il qu’il ne cadrait pas dans les critères gouvernementaux. Olivier Latulippe ne se sent pas offusqué de cette décision, d’autant plus que le public aura l’occasion de lui rendre hommage lors de la chapelle ardente. Les détails concernant les funérailles seront annoncés plus tard.

 

* Hugo St-Cyr atteint d’un cancer

La nouvelle a secoué toute une génération : le comédien Hugo St-Cyr, bien connu pour son rôle de Michel Couillard dans le téléroman jeunesse « Watatatow », doit présentement suivre des traitements de chimiothérapie. En effet, l’homme de 35 ans est atteint d’un cancer des os selon ce que rapporte le magazine Échos-Vedettes dans son édition du 27 septembre. Les douleurs reliées à ce genre de cancer sont bien réelles pour lui et, ayant de la difficulté à marcher en raison de problèmes aux genoux, il doit circuler avec une canne. Hugo St-Cyr a fait partie de la distribution de « Watatatow » pendant plus de 15 ans. Aujourd’hui, il gagne plutôt sa vie en musique.

 

* « Yamaska » fait un succès de sa marche pour la vie

Les fidèles du téléroman « Yamaska » ne sont pas sans être au courant de la préparation de la marche pour la vie dans les rues de Granby pour sensibiliser les gens à la prévention du suicide. La préparation de l’événement fait carrément partie de l’intrigue depuis quelques épisodes. Voilà que la fiction a rejoint la réalité, dimanche le 28 septembre, alors que la marche était réellement présentée dans les rues de Granby ! Plus de 5 500 personnes ont marché pour le bénéfice de la cause. Parmi eux, on retrouvait bon nombre de comédiens de « Yamaska », dont Patrick Labbé, Chantal Fontaine, Yan England, Normand D’Amour, Denis Bernard et plusieurs autres. Des extraits de cette journée ont fait partie de l’épisode du téléroman, le lundi 29 septembre.

 

* François Paradis se remet d’un cancer

Vous souvenez-vous de l’animateur François Paradis ? À une certaine époque, il animait l’émission d’affaires publiques du midi sur le réseau TVA. En mars 2013, on lui a diagnostiqué un cancer des cordes vocales. Après avoir vécu ce drame en silence (seulement quelques proches étaient au courant), il s’ouvre maintenant au public en lançant un livre sur le sujet, « Ma job ou ma vie ». Par ailleurs, il est présentement candidat pour la Coalition Avenir Québec (CAQ) dans le comté de Lévis dans le cadre d’une élection partielle.

 

* Béatrice Picard toujours très active

Malgré ses 85 ans, il n’est pas question de retraite pour la comédienne Béatrice Picard. Depuis le 10 septembre, et ce, jusqu’au 18 octobre prochain, on peut la voir sur scène, à la Compagnie Jean-Duceppe, dans la pièce « Peter et Alice », mise en scène par Hugo Bélanger. En plus d’être porte-parole pour Les Petits Frères, elle tournée également dans « Le scaphandrier », le premier film de zombies québécois. De plus, elle prête toujours sa voix au personnage de Marge dans « Les Simpson », un contrat qu’elle poursuit depuis plus de 25 ans.

 

* Mario Pelchat se remarie le jour de son lancement

C’est le 29 septembre dernier que le chanteur Mario Pelchat lançait son nouvel album, « Un homme qui vous ressemble ». Plusieurs personnes attendaient impatiemment ce nouveau disque puisque Mario avait annoncé, lors de l’enregistrement, qu’il s’agirait de son dernier. Il se montrait ainsi déçu de la disparition progressive de ce média qui doit de plus en plus s’incliner devant la musique numérique. Il voulait donc faire les choses en grand pour ce lancement et avait convié les médias, les proches et les amis sur un bateau de croisière. Une fois sur place, une grande surprise attendait les convives : ce soir-là, Mario Pelchat avait décidé d’unir sa destinée une nouvelle fois avec sa conjointe Claire Lemaître-Auger. Le couple s’était déjà marié en 1994 mais avait divorcé en 2002. Après un retour ensemble, les tourtereaux se sont donc dit oui une nouvelle fois à bord du Cavalier Maxim. Star Québec offre ses meilleurs vœux aux nouveaux mariés.

 

* Édith Butler : Une vie de souvenirs

Après plus de 50 ans de carrière, la chanteuse Édith Butler offre ses souvenirs à son public dans le cadre d’une biographie qui vient de paraître. C’est Lise Aubut, celle qui l’a accompagnée dans sa carrière depuis plus de 40 ans, qui a écrit le livre intitulé « La fille de Paquetville ». Elle y raconte son parcours au cours duquel elle a fait connaître à toute la francophonie son Acadie natale, puis fait le « party » au cours des années 80 avant de revenir finalement à un répertoire de chansons plus engagées. Elle s’est faite plus discrète au cours des dernières années, alors qu’elle a dû subir l’ablation d’un sein à la suite d’un cancer. Le public québécois est très heureux de la revoir sur pied et reprendre une carrière déjà bien établie.