Décembre 2014

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

 

* Le cancer emporte Jean Faber

C’est un cancer qui a eu raison du chanteur Jean Faber, décédé le 1er décembre l’Hôpital St-Luc à l’âge de 71 ans. Il avait connu un sommet de popularité dans les années 70 et 80 alors qu’il chantait en duo avec sa conjointe de l’époque, Monique Vermont. Né à Rimouski sous le nom de Réjean Beaulieu, il avait toutefois fait ses débuts dans les années 60 avec l’orchestre de Jean Bellavance. Son alliance à Monique Vermont lui permettra de se faire connaître davantage. Ensemble, ils connaissent plusieurs succès sur disque comme « Toi dans ma vie » et « C’est dans l’amour ». Ensemble, ils animeront également pendant quatre ans l’émission quotidienne « Dîner show » sur les ondes de Télé-Métropole. Par la suite, Jean Faber délaisse la scène pour se lancer en restauration. On l’avait toutefois revu dans les années 90 alors qu’il participait au spectacle « Ah six bons moins » avec Claude Steben et Serges Turbide.

 

* 2014 revisité par le Rideau Vert

C’est maintenant devenu une tradition ! Le Théâtre du Rideau Vert présente sa revue humoristique de l’année avec le spectacle « 2014 revue et corrigée ». Dans une mise en scène d’Alain Zouvi, on y retrouve en performance Suzanne Champagne, Martin Héroux, Benoît Paquette, France Parent, Marc St-Martin ainsi qu’une nouvelle venue dans la troupe, Julie Ringuette, qui remplace Véronique Claveau. Véronique Claveau était une habituée de cette revue de fin d’année et a quitté le Rideau Vert alors qu’elle a été recrutée par Radio-Canada pour le non moins célèbre « Bye-Bye 2014 » qui sera présenté le 31 décembre à la télévision. Parmi les sujets abordés, il est bien sûr question de l’élection de Philippe Couillard et des moyens de pression des policiers. On parodie Ginette Reno qui chante pour les Canadiens de Montréal, Jean Airoldi avec son émission « Quel âge me donnez-vous ? », les recettes pompettes d’Éric Salvail ainsi que « La voix » avec Éric Lapointe et le futur coach Pierre Lapointe. L’aventure sur scène se poursuit jusqu’au début du mois de janvier.

 

* Luck Mervil accusé d’agression sexuelle

Le chanteur Luck Mervil est revenu dans l’actualité le 3 décembre alors qu’on apprenait que des accusations étaient déposées contre lui pour agression sexuelle sur une adolescente. De plus, il se trouvait en position d’autorité sur elle lorsque les événements se seraient produits en 1996, il y a 18 ans de cela. Lors de sa comparution au Palais de justice de Montréal, le chanteur, qui travaille maintenant pour des œuvres humanitaires, était absent. Un avocat le représentait. La suite des procédures est prévue pour le 23 février prochain.

 

* Mariloup Wolfe s’entend avec Gab Roy

La comédienne Mariloup Wolfe en est venu à une entente à l’amiable avec le blogueur Gab Roy concernant la poursuite qu’elle avait intentée pour « atteinte fautive et intentionnelle à sa vie privée, à son image, à sa dignité personnelle et à sa réputation professionnelle ». Les propos offensants avaient été publiés sur le blogue de Gab Roy en octobre 2013. L’effet sur les réseaux sociaux fut tel que Mariloup Wolfe avait intenté une poursuite de 300 000$. Dans l’entente conclue entre les deux parties, Gab Roy, dont la situation financière ne permettait pas de débourser une telle somme, s’engage à faire 500 heures de travaux communautaires auprès d’organismes qui viennent en aide à des femmes dans le besoin. S’il ne respecte pas cette entente, il devra débourser une somme de 60 000$.

 

* Dernier adieu à Muriel Millard

Parents et amis s’étaient réunis le samedi 6 décembre à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde pour saluer une dernière fois la reine du music-hall, Muriel Millard, décédée le 30 novembre à l’âge de 91 ans. Celle qui a créé la célèbre chanson « Les vieilles maisons » et qui était devenue artiste-peintre laissait dans le deuil sa fille Jocelyne. Parmi les artistes présents, on a pu voir le chanteur Jen Roger qui est arrivé en fauteuil roulant ainsi que le comédienne Janine Sutto, accompagnée d’Olivier Latulippe, fils du regretté Gilles Latulippe.

 

* La SOCAN remet ses prix

Le 2 décembre, la SOCAN (Société Canadienne des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique) tenait son gala annuel pour récompenser ses créateurs. Il s’agissait de la 25ième édition de cette cérémonie, animée cette année par Michel Rivard. Le gala de la SOCAN, c’est d’abord 5 grands prix qui honorent les artistes québécois. Le chanteur country Georges Hamel a reçu l’un de ces prix, le prix Excellence, qui lui fut décerné à titre posthume et remis à sa veuve, Réjeanne Leblanc. De son côté, René Angélil a reporté le prix Inspiration pour une carrière exceptionnelle. C’est son fils, Patrick Angélil, qui a reçu le prix en son nom. Le prix hommage a été décerné à Michel Bélanger, président-fondateur des Disques Audiogram. Les membres de la formation montréalaise Half Moon Run ont reçu le prix international alors que les auteurs-compositeurs de l’année furent Marie-Mai et son conjoint Fred St-Gelais. D’autres prix ont été remis à Paul Daraîche, Klô Pelgag, Koriass et Karim Ouellet. En plus des prix réguliers, la SOCAN en profite également pour honorer des auteurs-compositeurs qui ont créé des chansons devenues classiques.  Cette année, Daniel Bélanger a vu quatre de ses chansons être proclamées « classiques de la SOCAN » : « La folie en quatre », « Ensorcelée », « Opium » et « Sèche tes pleurs ». Marjo et Jean Millaire ont reçu le même honneur pour « Je sais, je sais » et « Provocante ». Luc Plamondon grâce à « Moi Tarzan, toi Jane » et « Monopolis » détient un record absolu puisqu’il s’agissait de ses 29ième et 30ième chansons à devenir classique de la SOCAN. Enfin, soulignons que cinq chansons ont reçu le titre de chansons populaires de l’année pour avoir joué plus de 25 000 fois à la radio. Il s’agit de « L’amour » de Karim Ouellet, « Comme on attend le printemps » de Marc Dupré et Nelson Minville interprétée par Jérôme Couture, « Nous sommes les mêmes » de Marie-Mai et Fred St-Gelais interprétée par Marc Dupré, « Si tel est ton désir » de Daniel Bélanger interprété par Jean-Marc Couture ainsi que la célèbre « On leur a fait croire »  de Gabriel Gratton et Alex Nevsky, interprété par Alex Nevsky.

 

* « Unité 9 » : Le mariage de Marie

Pour le dernier épisode de la saison d’automne, le téléroman « Unité 9 » nous réservait un moment important : le personnage principal, Marie Lamontagne, personnifié par Guylaine Tremblay, se mariait dans les murs de la prison de Lietteville. Elle prenait pour époux Benoît Frigon, joué par Patrice L’Écuyer, lors d’une cérémonie plutôt intime à laquelle prenait part quelques proches, ainsi que les 5 autres détenues de l’Unité 9. L’intrigue démontrait que malgré l’importance de ce grand jour, la détenue devait tout de même respecter certaines restrictions. Ainsi, pour avoir droit de garder son alliance de mariage, elle devait se priver d’un autre bijou. De plus, elle devait restreindre le nombre d’invités. En guise de nuit de noces, elle avait droit à un séjour à l’unité familiale avec son nouveau mari, une scène à la fois touchante et malaisante. Que ne ferait-on pas pour l’amour ?

 

* Place aux « Maîtres du suspense »

Il est fort probable que le nouveau film québécois « Les maîtres du suspense », qui vient de sortir en salle, laissera sa marque dans l’année de cinéma chez-nous, et pour cause puisque le film met en scène des comédiens fort populaires : Antoine Bertrand, Robin Aubert et le vétéran Michel Côté. Il s’agit du second long-métrage de Stéphane Lapointe qui nous a déjà offert « La vie secrète des gens heureux ». Un écrivain à succès est aux prises avec le syndrome de la page blanche et se voit incapable de livrer la suite de son polar tel que le réclame son éditeur. Pour répondre à la demande, il est contraint de faire appel à un écrivain fantôme. Autour du trio principal du film, on peut voir Anne Casabonne, Paul Savoie et Denise Gagnon.

 

* Dernier salut à Paul Buissonneau

Décédé le 30 novembre, le comédien et metteur en scène Paul Buissonneau a eu droit à un dernier adieu riche en émotions lors de ses funérailles qui ont été célébrées le 15 décembre en la Basilique Notre-Dame de Montréal. Plusieurs personnalités se sont succédées pour prendre la parole en hommage à celui qui a fondé deux institutions théâtrales importantes à Montréal, la Roulotte et le Théâtre de Quat’Sous. Ainsi, on a pu entendre les témoignages d’Yves Desgagnés, Andrée Lachapelle et Gilles Renaud. Par ailleurs, de nombreux autres artistes prenaient place dans l’assistance, dont Louise Latraverse, Claude Fournier, Marie-Josée Raymond, Claude Robinson, Pascale Montpetit, Luc Plamondon, Valérie Blais, Fabien Dupuis et Guy Nadon.

 

* Réal Béland se souvient de son père

Le nom de Réal Béland est aujourd’hui associé à l’humoriste à la chevelure remarquable qui fait rire les spectateurs notamment avec son personnage de Monsieur Latreille. Pourtant, ce nom résonnait déjà comme un gage de rire depuis les années 40. Ce nom était aussi celui de son père, humoriste qui a marqué l’histoire de l’humour québécois alors qu’il personnifiait Ti-Gus au sein du célèbre duo Ti-Gus et Ti-Mousse. Par souci de préserver la mémoire de son père, décédé subitement en 1983, Réal Béland fils a tenu à faire découvrir à ses filles quel personnage fut son père. On en a tourné un documentaire intitulé « Les Réal Béland » qui a été présenté en primeur à Canal D, le 21 décembre. Au cours de cette émission spéciale, non seulement a-t-on pu suivre le jeune Réal Béland dans sa tournée de spectacles, mais on a aussi pu le découvrir au sein de sa famille. Des images d’archives nous le montraient également en compagnie de son père dans des films familiaux. Denyse Émond, qui personnifiait Ti-Mousse aux côtés du père, a également apporté ses souvenirs au cours du documentaire. Des archives audio-visuelles nous ont fait redécouvrir le style unique de Ti-Gus et Ti-Mousse ainsi que la participation du papa dans la comédie « Moi et l’autre » dans laquelle il personnifiait Gustave. Réal Béland fils ressentait un devoir de mémoire, il a très bien réussi à livrer un portrait attachant de son père trop tôt disparu.

 

* Éric Lapointe, propriétaire de bar

Le chanteur Éric Lapointe est maintenant l’heureux propriétaire du Bar L’Exit, situé au 2031 rue St-Denis, entre les rues Sherbrooke et Ontario. Il a investi dans le projet en collaboration avec quatre autres actionnaires. Une pré-ouverture a déjà eu lieu en décembre, mais l’ouverture officielle est prévue pour le mois de janvier.

 

* Claude Dubois plaide coupable

Le chanteur Claude Dubois a plaidé coupable à une accusation de conduite avec les facultés affaiblies. Son arrestation s’était faite le 19 juillet dernier, près de l’Hôtel Bonne-Entente de Québec où il logeait. Il avait été arrêté après la dénonciation d’un citoyen. Au moment de son arrestation, ses enfants prenaient place dans la voiture et avaient été emmenés au poste de police en même temps que leur père. Claude Dubois désirait transférer son dossier dans la région de St-Jérôme. Pour ce faire, il devait plaider coupable. Il connaîtra sa sentence au cours des prochaines semaines. On s’attend à une peine d’emprisonnement de 90 jours, qu’il pourrait purger de façon continue ou les week-ends seulement, de même qu’à une interdiction de conduire pour une période de trois ans.

 

* Michelle Tisseyre n’est plus !

Une pionnière du milieu des communications vient de s’éteindre. L’animatrice Michelle Tisseyre est décédée le 21 décembre à l’âge de 96 ans. Elle laisse dans le deuil son fils Jean de Brabant, sa fille Michelle, auteure, et son fils Charles Tisseyre, animateur de l’émission « Découverte » à Radio-Canada. Alors que son fils aîné est issu d’une première union, les plus jeunes sont les enfants de l’éditeur Pierre Tisseyre qui fut son mari pendant 48 ans. Deux de ses fils sont décédés : François en 1993 et Philippe en 2013. Née Michelle Ahern en 1918, elle a défriché le milieu des communications pour les femmes en devenant, en 1941, la première femme à faire la lecture des bulletins de nouvelles à la radio, autant en anglais qu’en français. Elle fait également partie des premières présentatrices de Radio-Canada International lors de sa fondation en 1944. Dès les débuts de la télévision, elle y occupe un poste d’animatrice. On la retrouve d’abord à « Télé-Montréal », qui devient pas la suite « Rendez-vous avec Michelle », une série qu’elle anima pendant 9 ans. L’un de ses plus grands succès sera sans doute « Music-hall », une émission de variétés à grand déploiement, qui fait même ombrage au célèbre « Ed Sullivan Show ». Sa présence unique lui vaut d’être élue Miss Radio-Télévision en 1959. Puis, de 1962 à 1970, elle co-anime avec Wilfrid Lemoine le magazine d’information « Aujourd’hui ». En 1980, elle occupe une place importante dans la campagne référendaire, en étant la porte-parole des « Yvette » contre l’indépendance du Québec. Les « Yvette » était ce groupe de femmes insultées par des propos tenus alors par une tenante du Oui, Lise Payette. Bien qu’absente de la télévision depuis plusieurs années, elle était toutefois demeurée active en faisant de la traduction. Elle était même retournée à l’université à un âge avance. Elle avait été décorée de l’Ordre du Canada.

 

* Grégory Charles achète deux stations de radio

Grégory Charles ajoute une corde de plus à son arc. Il vient de faire l’acquisition de deux stations de radio de la chaîne Radio-Classique : CJPX-FM Montréal et CJSQ-FM Québec. Il a ainsi récupéré les deux propriétés de Jean-Pierre Coallier, qui a lui-même fondé les deux stations de radio en 1998 pour la station de Montréal et en 2007 pour la station de Québec.

 

* Marjo arrêtée pour délit de fuite

Le jour de Noël aura eu une drôle de connotation cette année pour la chanteuse Marjo, puisque ce jour-là, elle était arrêtée pour délit de fuite à la suite d’un accident qu’elle aurait provoqué alors qu’elle conduisait en état d’ébriété. L’accident, qui s’est produit sur l’autoroute 15 à Laval, n’a fait aucun blessé. Après l’impact, la chanteuse s’est enfui des lieux de l’accident, mais a été interceptée un peu plus loin par les policiers et a dû subir l’alcootest, qu’elle aurait d’ailleurs échoué. La rockeuse de 61 ans a déjà reçu  une citation à comparaître.

 

* Michel Dumont en deuil de sa conjointe

Le comédien Michel Dumont vit des moments difficiles. Sa conjointe des 30 dernières années, Manon Bellemarre, est décédée le 28 décembre à l’âge de 55 ans. Elle souffrait d’un cancer. La dame avait travaillé au service des finances de la Compagnie Jean-DuceppeMichel Dumont est lui-même directeur artistique. Star Québec lui offre ses plus sincères condoléances.

 

* Au théâtre en décembre…

- « Les chroniques de St-Léonard »

Du 17 décembre au 7 février, la Compagnie Jean-Duceppe présente cette pièce de Steve Galluccio dans une mise en scène de Monique Duceppe. La distribution se compose d’Émilie Bibeau, Pierre-François Legendre, Pauline Martin, Béatrice Picard, Sylvie Potvin, Claude Prégent et Harry Standjofski.

 

* Les nouveaux albums de décembre

- Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau, « Libre »

Le couple-vedette de la chanson québécoise, formé de Marie-Ève Janvier et Jean-François Breau, nous propose de replonger dans nos souvenirs d’enfance grâce à ce nouvel album. On y retrouve notamment une berceuse composée pour le bébé d’un couple d’amis.

 

* Le carnet social de décembre

- Félicitations au comédien Pierre Hébert, devenu papa pour la première fois le 18 décembre, alors que sa conjointe Catherine donnait naissance à une fille prénommée Agnès.

- Félicitations au chanteur Jean-Marc Couture qui a reçu un disque d’or pour la vente de 40 000 copies de son album « Si tel est ton désir ».

- Sincères condoléances à la comédienne Anne-Marie Cadieux pour le décès de son père Germain Cadieux survenu le 25 décembre à l’âge de 88 ans.

- Nos pensées accompagnent la chanteuse Meggie Lagacé et le chanteur Corneliu Montano qui se sont séparés il y a deux mois. Leur relation avait pris naissance en 2004 alors que les deux artistes participaient à « Star Académie ».

- Sincères condoléances aux proches de la chanteuse country Marie Lord, décédée le 26 décembre à la suite de problèmes cardiaques majeurs. La dame qui souffrait également d’emphysème était âgée de 74 ans.