Avril 2010

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

Des « Belles-sœurs » qui chantent !

Décès de John Forsythe, patriarche de « Dynastie » !

Jasmin Roy raconte son enfer !

Nos vedettes font face au « Verdict » !

Roger Tabra serein face à la vie !

Nouveau départ pour « Les filles de Caleb » !

Dans l’univers de Beau Dommage !

Un nouveau rôle de Claude Legault !

« Polytechnique » rafle 9 Prix Génie !

« Testé sur des humains » : Loufoque !

Les artistes rendent hommage à Michel Chartrand !

Michel Jasmin : C’est fini !

Claudette Dion revient d’Afrique !

Gilles Vigneault en duo !

Ian Halperin en veut à Guy A. Lepage !

Pénélope McQuade s’en va !

Aurélie Laflamme voit enfin le jour !

Estelle Caron meurt à 83 ans !

Un Gala Artis différent !

Les nouveaux albums du mois d’avril !

Le carnet social !

 

 

 

 

 

Des « Belles-sœurs » qui chantent !

 

Près de 42 ans après sa création, la pièce « Les belles-sœurs » de Michel Tremblay vient de renaître sous une forme nouvelle : elle devient une comédie musicale. Sur une musique de Daniel Bélanger, les textes ont été adaptés par René-Richard Cyr qui signe également la mise en scène pour le Théâtre d’Aujourd’hui. C’est la directrice artistique du Théâtre d’Aujourd’hui elle-même, Marie-Thérèse Fortin, qui tient le rôle principal, celui de Germaine Lauzon, qui invite ses belles-sœurs et ses amies à venir coller le million de timbres-primes qu’elle a remportée. Les critiques sont unanimes : Marie-Thérèse Fortin est parfaitement impeccable dans la peau de ce personnage devenu mythique. Autour d’elle, on retrouve Guylaine Tremblay, Maude Guérin, Sylvie Ferlatte, Kathleen Fortin, Dominique Quesnel, Monique Richard et plusieurs autres femmes. On retrouve même la doyenne des comédiennes, Janine Sutto, qui avait d’ailleurs participé à la création des « Belles-sœurs » en 1968. La pièce est présentée au Théâtre d’Aujourd’hui, après quoi on la jouera au Centre culturel de Joliette, du 25 juin au 4 septembre prochain.

 

 

 

 

Décès de John Forsythe, patriarche de « Dynastie » !

 

Le monde du cinéma et de la télévision américaine est en deuil. L’acteur John Forsythe, bien connu pour son rôle dans la série télévisée « Dynastie », est décédé le 1er avril dernier. L’homme de 92 ans, qui souffrait d’un cancer du côlon depuis 2006, a finalement été emporté par une pneumonie. Né en 1918 dans le New Jersey, il débute dans le métier comme acteur à la radio et sur Broadway. En 1947, il participe à la fondation d’une école de formation pour les acteurs, école qui allait devenir l’Actor’s Studio. Il fait ses débuts au cinéma pour le compte du cinéaste Alfred Hitchock qui lui confie le rôle principal du film « Mais qui a tué Harry ? » aux côtés de Shirley MacLaine. Fort de ce succès, Hitchcock le réengage pour « L’étau » en 1969. Pendant ce temps, il cumule les rôles sur grand écran : « De sang froid », « Madame X », « Justice pour tous » et plusieurs autres. Dès 1957, il devient aussi une vedette de la télé en participant à la comédien « Bachelor Father » et peut même se vanter d’avoir sa propre émission, « The John Forsythe Show » en 1965-1966. C’est toutefois en 1981 qu’il obtient son plus grand succès avec « Dynastie » où il tient le rôle du magnat du pétrole Blake Carrington aux côtés de Linda Evans et Joan Collins, les célèbres Krystle et Alexis qui ont fait les beaux jours de la télévision. Ce rôle lui avait permis de remporter deux Golden Globe Awards. De 1976 à 1981, il avait aussi participé anonymement à la série « Drôle de dames », puisqu’il prêtait sa voix au patron, Charlie, dans la version anglaise.

 

 

 

 

Jasmin Roy raconte son enfer !

 

Qui aurait pu croire que derrière le comédien Jasmin Roy se cachait un être tourmenté par un passé difficile ? Et pourtant, il ne l’a pas eu facile. Celui qu’on peut voir dans la comédie « Caméra café » a levé le voile sur cette partie douloureuse de sa vie en publiant le livre « Osti de fif ». Il y raconte les sévices physiques et psychologiques subies au cours de son enfance et de son adolescence par ses camarades de classe. Étant différent à cause d’une anomalie physique de naissance, il a été très tôt marginalisé par des jeunes de son âge qui l’ont même maltraité physiquement au su de certains professeurs et surveillants de son école. Pendant des années, il a conservé des séquelles psychologiques de ces moments traumatisants et a dû se soumettre à de longues séances de psychanalyse pour accéder à un peu de bien-être. Aujourd’hui, l’ancienne vedette du téléroman « Chambres en ville » assume son orientation sexuelle et sa différence et désire donner de l’espoir à tous ces jeunes harcelés par leurs semblables dans les écoles du Québec.

 

 

 

 

Nos vedettes font face au « Verdict » !

 

Elle vient à peine de quitter l’animation de « Paquet voleur » que l’animatrice Véronique Cloutier se lance dans une nouvelle aventure. Chaque lundi soir de l’été, elle animera « Le verdict », un talk-show où elle reçoit des personnalités. Chacune des personnalités invitées a fait l’objet d’un sondage sur différents aspects de sa vie et de sa carrière. Ces personnalités reçoivent les résultats de ce sondage en direct devant les caméras. Pour la première émission, les invités de Véronique Cloutier étaient l’animateur Guy A. Lepage, le maire de Québec Régis Labeaume ainsi que la chef du Parti Québécois Pauline Marois venue recevoir les résultats d’un sondage sur l’avenir du Québec. Concept original, l’émission nous réserve de bons moments, parfois touchants (lorsque les artistes se font dire leurs quatre vérités) et parfois comiques lorsque les réponses du sondage ne concordent pas avec la réalité. Par exemple, on a demandé aux répondants d’associer Guy A. Lepage avec les causes caritatives qu’il défend. Plusieurs d’entre eux n’ont pas pu l’associer au Club des petits déjeuners et aux œuvres du Dr Julien. Certains ont même répondu que Guy A. défendait la cause des Porn Flakes, un groupe de musique avec qui il se produit occasionnellement. Outre le concept original, l’émission met de l’avant le grand talent de communicatrice de Véronique Cloutier qui se bonifie encore davantage avec les années.

 

 

 

 

Roger Tabra serein face à la vie !

 

Ces dernières années, la vie n’a pas gâté le parolier Roger Tabra. On a tous entendu parler de ses problèmes de santé. Atteint d’une cirrhose alcoolique du foie, il a compris que la vie est fragile et qu’il est important d’en profiter pleinement dès maintenant. C’est ce qu’il a choisi de raconter dans un livre qu’il a écrit, « La folitude ». Dans cette autobiographie, Roger Tabra se livre comme il ne l’a jamais fait. Il parle sans pudeur de ses expériences d’alcool, de drogues et d’amours brisés. Il s’est toutefois retenu et coupé des passages où il parlait un peu trop de la vie privée de ses amis Éric Lapointe et Dan Bigras. Il voulait ainsi éviter de toucher à des zones délicates pour des personnalités connues du public. Roger Tabra a écrit plusieurs chansons pour Éric Lapointe, Marie-Chantal Toupin, Luce Dufault, Isabelle Boulay et France D’Amour.

 

 

 

 

Nouveau départ pour « Les filles de Caleb » !

 

Après avoir été un roman, puis une série télévisée, « Les filles de Caleb », œuvre d’Arlette Cousture, connaîtra une nouvelle vie. Dès l’été 2011, « Les filles de Caleb » devient une comédie musicale présentée sur scène. On avait déjà annoncé l’événement il y a quelques semaines. Maintenant, on a annoncé qui seront les artistes qui personnifieront les personnages principaux. Le personnage d’Émilie Bordeleau, qu’on a bien connu à la télévision sous les traits de Marina Orsini, sera joué à la scène par Luce Dufault, tandis que Daniel Boucher sera le fâmeux Ovila de son cœur. Les parents d’Émilie, Caleb et Célina, prendront les traits de Marie-Michèle Desrosiers et Yves Lambert. La comédien musicale racontera l’histoire des trois romans et mettra aussi en vedette Stéphanie Lapointe dans le rôle de Blanche (2ième roman) et Carolanne D’Astous-Paquet qui jouera Élise (3ième roman). La distribution comptera également les noms de Catherine Sénart, Yves Soutières et Bruno Pelletier. Les chansons seront signées Michel Rivard.

 

 

 

 

Un nouveau rôle de Claude Legault !

 

Le comédien Claude Legault se démarque vraiment comme l’un des grands interprètes de sa génération. Il cumule les projets et aborde différents genres, excellant dans chacun d’entre eux. Son tout dernier projet ? « La cité », un film de Kim N’Guyen, qui nous ramène en Afrique du Nord en 1885. Dans une cité aride, près du Sahara, alors qu’une guerre vient de finir, un médecin qui revient du front est confronté à une épidémie de peste. Outre Claude Legault, le film met en vedette Jean-Marc Barr, Pierre Lebeau et Sabine Karsenti. Kim N’Guyen en est à son troisième film, ayant déjà réalisé auparavant « Le marais » et « Truffes ».

 

 

 

 

« Testé sur des humains » : Loufoque !

 

André Robitaille effectue un retour à TVA. Animant « C’est juste de la TV » depuis deux ans à ARTV, il anime maintenant une nouvelle émission à TVA, « Testé sur des humains », où ses collaborateurs, Christopher Hall, Tammy Verge et Pierre-Yves Lord, testent différentes théories sur le public à l’aide de caméras cachés. Tout ça se fait bien sûr  sous le signe de l’humour en présence d’artistes invités qui commentent le tout. Par exemple, Christopher Hall a testé à quel point les montréalais sont écologistes. Il a personnifié un homme qui lance des déchets par la fenêtre de son auto devant des passants sur le trottoir et a attendu leurs réactions. Il a également comparé s’il y avait une différence s’il se trouvait dans une voiture standard ou dans un véhicule de luxe. Les conclusions sont parfois étonnantes mais sont toujours prétexte à rigoler dans la façon de le présenter. André Robitaille anime cette émission pour l’été. Dès l’automne, il revient pour une troisième saison de « C’est juste de la TV ».

 

 

 

 

Dans l’univers de Beau Dommage !

 

Le groupe Beau Dommage est maintenant passé dans le domaine des légendes de la musique québécoise. Beau Dommage, c’est tout un monde, peuplé de personnages mythiques comme le géant Beaupré, la danseuse nue Ginette et la jeune Manon que sa mère appelle pour souper sur la rue St-Vallier à Montréal. C’est en s’inspirant de cet univers que Louisa Déry et Michèle Grondin ont créé la comédie musicale « Le blues de la métropole », mise en scène par Serge Denoncourt. Le spectacle met en vedette Normand D’Amour dans le rôle d’Yvon, un propriétaire de taverne du quartier Villeray, qui rêvait de jouer au hockey lorsqu’il était jeune. Autour de lui, on retrouve David Laurin, Marylène Cousineau, Éric Paulhus et Sophie Tremblay qui personnifie Marie-Chantal, un autre personnage des chansons de Beau Dommage. Le spectacle éblouit le public qui retrouve tout un pan de la vie simple de Montréal dans les années 70. Présenté au Théâtre St-Denis jusqu’au 2 mai, on souhaite longue vie à cette création unique qui passera sûrement à l’histoire.

 

 

 

 

« Polytechnique » rafle 9 Prix Génie !

 

Le film « Polytechnique » de Denis Villeneuve a fait bonne figure au gala des Prix Génie qui récompense le cinéma canadien. En effet, « Polytechnique » a remporté 9 trophées, dont les plus convoités : meilleur film et meilleure réalisation. La vedette du film, Karine Vanasse, a remporté le trophée de la meilleure interprétation féminine dans un premier rôle tandis que Maxime Gaudette a récolté celui de la meilleure interprétation masculine dans un rôle de soutien pour son rôle du tueur Marc Lépine. D’autres productions québécoises se sont aussi distinguées lors de cette soirée, entre autre l’immense succès « De père en flic », qui a reçu la Bobine d’or du film ayant fait le plus d’entrées au Canada au cours de l’année 2009. Le Prix Claude-Jutra, remis au meilleur premier film, a été décerné à Xavier Dolan pour « J’ai tué ma mère » qui n’avait pourtant aucune nomination dans les catégories régulières. Finalement, soulignons que « Grande Ourse : La clé des possibles » s’est mérité deux prix dans la catégorie des métiers.

 

 

 

 

Les artistes rendent hommage à Michel Chartrand !

 

Le décès de l’ancien syndicaliste Michel Chartrand a eu des répercussions sur le milieu artistique. L’homme de 93 ans qui n’a jamais eu peur de ses opinions s’est éteint le 12 avril. Il faut dire que Michel Chartrand entretenait des liens d’amitié avec quelques artistes de chez-nous, notamment avec la comédienne Geneviève Rioux qui le visitait régulièrement. Celle-ci avait tenu le rôle de son épouse dans la série « Chartrand et Simone » qui portait justement sur la vie du couple formé de Michel Chartrand et Simone Monet. Celui qui avait tenu le rôle de Michel Chartrand, le comédien Luc Picard, s’est aussi montré attristé de ce départ marquant. La comédienne Dominique Michel, qui a personnifié Michel Chartrand dans des numéros d’humour sur scène et dans le « Bye-Bye », avait elle aussi tenu à lui rendre hommage en se rendant au salon funéraire. Père de sept enfants, Michel Chartrand était notamment le père de deux artistes. Dans les années 70, sa fille Madeleine Chartrand avait fait carrière dans la chanson, obtenant un certain succès avec la chanson « Ani Kuni ». Le plus connu demeure le cinéaste Alain Chartrand à qui l’on doit entre autres « Ding et Dong, le film » et la série télévisée « Paparazzi ». En 1991, Alain Chartrand avait réalisé le documentaire « Un homme de parole » sur la vie de son célèbre papa.

 

 

 

 

Claudette Dion revient d’Afrique !

 

L’aventure de Claudette Dion en Afrique est maintenant terminée et la chanteuse est rentrée au Québec. Elle était partie participer à une téléréalité pour la télévision française, « La ferme des célébrités ». Peu d’informations nous sont parvenues de son séjour là-bas puisque les images n’étaient pas diffusées au Québec, mais Youtube a permis aux internautes de voir une célèbre scène de chicane qui fait encore jaser. Autour d’elle, on retrouvait d’autres personnalités comme chanteuse Jeane Manson, l’acteur italien Aldo Maccione, l’acteur et chanteur David Charvet, l’actrice Brigitte Nielsen ainsi qu’Adeline Blondieau, ex-épouse du chanteur Johnny Hallyday. Très tôt, Claudette Dion s’est imposée comme un leader dans le jeu, lui permettant de récolter un peu plus de 65 000$ qu’elle a remis à la Fondation Maman-Dion et qui permettra à des jeunes défavorisés d’avoir une rentrée scolaire convenable.

 

 

 

 

Michel Jasmin : C’est fini !

 

Après avoir présenté sa 1000ième émission il y a quelques semaines, l’émission « Michel Jasmin » tire sa révérence après 10 ans à l’antenne de TVA. C’est une grande page de l’histoire de la télévision qui vient donc de se tourner. Passé maître dans l’art de l’entrevue, cette émission avait marqué le retour à la télévision de Michel Jasmin. Il y avait alors plusieurs années qu’il n’avait pas été à la barre d’une émission. Au début, « Michel Jasmin » était diffusé 5 jours par semaine, le midi, et présentait une personnalité en entrevue chaque jour. Avec le temps, l’émission est devenue hebdomadaire. C’est également au cours de cette décennie que l’animateur a dû se faire amputer une jambe, un moment qu’il n’oubliera jamais. Durant sa convalescence, Pierre Marcotte avait tenu son siège au chaud en le remplaçant. Tout le monde se souvient de l’animateur qui a repris le collier après l’épreuve et qui mérite encore aujourd’hui tout notre respect. On ignore pour le moment si Michel Jasmin nous reviendra dans une autre émission dans les prochains mois.

 

 

 

 

Gilles Vigneault en duo !

 

Le trésor national du Québec, le chansonnier Gilles Vigneault, vient de succomber à la mode des reprises en duos. Après Marjo, Claude Dubois et Jean-Pierre Ferland, Gilles Vigneault lance maintenant un nouvel album, « Retrouvailles », sur lequel il revisite quelques-uns de ses grands succès avec la collaboration d’autres artistes d’ici, et même dailleurs puisqu’on le retrouve même en duo avec Charles Aznavour, Guy Béart et Nana Mouskouri. Jean-Pierre Ferland est sorti de sa retraite une fois de plus pour rendre hommage à son vieil ami avec qui il chante « Gros Pierre ». Richard Desjardins, Lynda Lemay et Louise Forestier font partie des artistes québécois qui ont apporté leur contribution à l’album. Parmi les moments les plus étonnants sur ce CD, signalons que Florent Vollant interprète « Jack Monoloy », une chanson qu’on aurait dite écrite pour lui, ainsi que Catherine Major, plus endiablée que jamais, qui nous entraîne dans « La danse à St-Dilon ». Notons également que le célèbre poète s’est même payé le luxe d’un duo avec sa propre fille, Jessica, qui fait elle-même carrière dans la chanson.

 

 

 

 

Ian Halperin en veut à Guy A. Lepage !

 

L’auteur Ian Halperin n’a pas encore digéré son passage à l’émission « Tout le monde en parle » le 11 avril dernier. Insatisfait du traitement que lui ont réservé les animateurs Guy A. Lepage et Dany Turcotte, Ian Halperin les a accusés d’avoir tenu des propos anti-sémites à son égard. Dany Turcotte a d’ailleurs répliqué à ces accusations en précisant qu’il ignorait qu’Ian Halperin était juif. Le québécois d’origine anglophone estime avoir été lésé par sa participation à l’émission et a répliqué en intentant une poursuite de 1 789 000$ contre Radio-Canada, ainsi que les producteurs et  animateurs de l’émission. Il demande donc 1$ par téléspectateur ce soir-là. Les personnes sur le plateau, ce soir-là, ont effectivement été durs à l’endroit de celui qui se considère comme journaliste en le confrontant sur ses conclusions sensationnaliste sur la mort de Michael Jackson. La justice devra donc voir si les propos tenus étaient réellement diffamatoires. Il faut dire qu’Ian Halperin travaille souvent sur des projets controversés. Il avait d’ailleurs été poursuivi par le créateur du Cirque du Soleil, Guy Laliberté, après avoir lancé une biographie non-autorisée de lui et comportant des scènes plutôt croustillantes.

 

 

 

 

Aurélie Laflamme voit enfin le jour !

 

Toutes les jeunes filles du Québec attendaient avec impatience la sortie du film « Le journal d’Aurélie Laflamme ». Voilà que c’est chose faite. Pour personnifier le personnage déjà célèbre, des centaines d’adolescentes et pré-adolescentes avaient participé aux auditions. C’est finalement Marianne Verville, fille de l’humoriste et comédien Pierre Verville, qui a répondu aux attentes de l’équipe de production. Inspiré d’un roman d’India Desjardins, « Le journal d’Aurélie Laflamme » raconte l’histoire d’une jeune fille de 14 ans, orpheline de père, qui confie à son journal ses pensées sur le sens de la vie. En plus de Marianne Verville, le film réalisé par Christian Laurence met aussi en vedette Geneviève Chartrand, Aliocha Schneider, Jérémie Essiambre, Édith Cochrane, Pierre Gendron et Valérie Blais.

 

 

 

 

Pénélope McQuade s’en va !

 

L’animatrice Pénélope McQuade vient d’annoncer qu’elle ne sera pas de retour à la barre de l’émission « Salut bonjour week-end » l’automne prochain. L’animatrice a expliqué sa décision par l’horaire exigeant que lui impose l’émission, diamétralement opposé à son rythme biologique. En effet, l’horaire de l’émission l’oblige à se lever en pleine nuit pour pouvoir être disponible pour les lève-tôt, d’autant plus que l’édition de fin de semaine est présentée en direct de Québec. C’est en 2007 que Pénélope McQuade est devenue animatrice de « Salut bonjour week-end » en remplacement de Gino Chouinard, devenu lui-même animateur de l’édition quotidienne.

 

 

 

 

Estelle Caron meurt à 83 ans !

 

La colonie artistique québécoise est de nouveau en deuil avec la disparition de la chanteuse Estelle Caron. La grande dame retirée du métier depuis plusieurs années a succombé à un cancer le 20 avril. Elle avait 83 ans. Elle s’était particulièrement fait connaître comme la chanteuse attitrée de la légendaire émission radiophonique « Les Joyeux Troubadours » sur les ondes de Radio-Canada. Née à Hull le 31 décembre 1926, elle avait débuté dans le métier comme comédienne à la radio locale, CKCH. Lorsqu’elle rencontre le compositeur Pierre Pétel, en 1949, sa carrière prend une autre tournure. Il lui présente des gens influents à la radio de Radio-Canada. Elle y est rapidement engagée comme chanteuse dans différentes émissions de radio, mais également comme comédienne dans certains feuilletons. C’est en 1951 qu’elle joint l’équipe des « Joyeux Troubadours ». Elle développe une belle complicité avec ses deux acolytes de l’émission, Jean-Maurice Bailly et Gérard Paradis. Sa renommée lui permet d’enregistrer quelques disques. Elle connaît un succès relatif avec les chansons « Timide sérénade » et « Le train miniature ». Lorsque « Les Joyeux Troubadours » quitte les ondes en 1977, elle en profite pour prendre sa retraite et se consacrer à sa famille. Elle avait récemment perdu son mari, Jean Larose, qui avait lui-même été pianiste. Elle laisse dans le deuil ses filles Sylvie, conjointe de Bill White,  et Isabelle, son petit-fils David, ses sœurs Claire et Alyette ainsi que son frère Olivier. Ses funérailles ont eu lieu le 24 avril.

 

 

 

 

Un gala Artis différent !

 

 

 

Le gala Artis avait lieu le 25 avril dernier. Soirée où le public est invité à élire ses coups de cœur de la télévision, le gala a été animé pour une deuxième année consécutive par les Grandes Gueules, José Gaudet et Mario Tessier. Pour la première fois, lors de cette 25ième édition du gala, les nominations dans la catégorie des personnalités féminines et masculines de l’année ont été dévoilées seulement au début de la soirée. Le public n’avait donc que la durée du gala pour voter en direct pour ses vedettes chouchous, en l’occurrence Véronique Cloutier et Patrick Huard. Heureusement que le public était heureux de retrouver ses stars préférées, car la soirée a unanimement déplu. Les gags des animateurs tombaient à plat ou s’éternisaient de façon à ralentir le rythme. Pourtant, on avait eu droit à un excellent numéro d’ouverture qui a fait revivre des personnages marquants de la télévision comme le Capitaine Cosmos, Ti-Coune et la Violette de « Parler pour parler ». L’un des pires numéros fut sans doute celui où la chanteuse tyrolienne Manon Bédard a annoncé les perdants dans la catégorie Émissions de services. Chaque animateur apprenait sa défaite avec la caméra braqué sur lui. Même le gagnant de cette catégorie, Gino Chouinard, s’est exclamé que c’était « chien » ! Parmi les trop rares bons moments de la soirée, on compte la victoire de Marina Orsini et Marc Messier comme meilleurs acteurs de série dramatique, qui ont reçu leur prix en même temps, ainsi qu’un numéro spécial du magicien Luc Langevin, la coqueluche de l’heure à la télé. Soulignons également la bonne idée de permettre à des vétérans de la télévision de remettre le prix des personnalités de l’année. D’ailleurs, ces quatre vedettes choisies, Gilles Latulippe, Janette Bertrand, Rita Lafontaine et Michelle Tisseyre, ont eu droit à une ovation de la part du public. Voici donc les gagnants de la soirée :

 

Animation d’émissions de variétés ou de divertissement : Éric Salvail (Dieu merci)

Animation d’émissions de services : Gino Chouinard (Salut bonjour)

Animations d’émissions de sports : Marie-Claude Savard (Boxe)

Animation d’émissions d’affaires publiques : Jean-Luc Mongrain (LCN)

Animation d’émissions de jeux : Patrice L’Écuyer (Le moment de vérité) (L’union fait la force) (Des squelettes dans le placard)

Artiste d’émissions jeunesse : Guy Jodoin (Taktik)

Artiste d’émissions d’humour : Louis-José Houde (Ici Louis-José Houde)

Animation de bulletin de nouvelles : Sophie Thibault (TVA 22 heures)

Animation de magazines culturels et de talk-show : Guy A. Lepage (Tout le monde en parle)

Rôle masculin de téléroman : Denis Bouchard (Annie et ses hommes)

Rôle féminin de téléroman : Anne Dorval (Les Parent)

Rôle masculin de télésérie : Marc Messier (Lance et compte : Le grand duel)

Rôle féminin de télésérie : Marina Orsini (Lance et compte : Le grand duel)

Personnalité masculine : Patrick Huard (Taxi 0-22)

Personnalité féminine : Véronique Cloutier (Paquet voleur)

  

 

 

 

 

Les nouveaux albums du  mois d’avril !

 

Jonathan Painchaud, « La dernière des arcades »

Après avoir connu un grand succès avec son album « Qu’on se lève », Jonathan Painchaud est de retour avec son nouvel album qui comporte dix nouvelles pièces. Il performe aussi bien dans le rock (sur les chansons « Toujours rebelle », « Dans le sang et l’encre » et « La dernière des arcades ») que dans la folk (comme dans « Seul à seul », « Rien à chanter » et « À genoux »)

 

Caroline Néron, « Le destin »

Après une certaine période d’absence, Caroline Néron effectue un retour sur disque et nous présente son troisième album. En plus de 9 nouvelles chansons, Caroline Néron se permet aussi deux reprises : « Amoureuse » de Véronique Sanson et « The Rose » d’Amanda McBroom.

 

Karkwa, « Les chemins de verre »

La musique folk a encore ses défenseurs avec le groupe Karkwa qui présente son deuxième album. Le premier extrait, « Les chemins de verre », tourne déjà à la radio et permet les plus grands espoirs à ce jeune groupe qui a su se tailler une place bien à lui sur le marché de la musique québécoise.

 

Anik Jean, « Anik Jean »

Sa relation amoureuse avec Patrick Huard l’a-t-elle changée ? Toujours est-il qu’Anik Jean se fait beaucoup moins rock sur son troisième album. Elle aborde même la ballade avec des titres comme « Insomnie », « Je sais » et « Love-moi ». Le premier extrait de l’album a pour titre « J’aurai tout essayé ».

 

 

 

 

 

Le carnet social !

 

 

Sincères félicitations !

- Au journaliste Bernard Derome, honoré du Prix Hyman-Solomon à Toronto, pour sa contribution exceptionnelle à la qualité des politiques publique du Canada.

- Aux chanteuses Ginette Reno ainsi qu’Anna et Kate McGarrigle qui se retrouveront prochainement sur des timbres de Postes Canada.

- À la comédienne Louise Richer, directrice de l’École Nationale de l’Humour, qui a reçu, le 26 avril, un Prix Reconnaissance de la Faculté des sciences humaines de l’UQAM pour sa contribution à l’essor de l’humour au Québec.

- À l’auteur Michel Tremblay qui a remporté le Prix Lutte contre l’homophobie 2010.

- Au cinéaste Mel Brooks qui a reçu son étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

 

 

De tout cœur avec vous !

- L’humoriste Louis-José Houde s’est séparé de la musicienne Mélissa Lavergne qu’il fréquentait depuis deux ans.

- L’actrice Halle Berry et le mannequin québécois Gabriel Aubry sont séparés.

 

 

Prompt rétablissement !

- Au chanteur Bret Michaels, ancien leader du groupe Poison, qui a dû être opéré d’urgence pour une appendicectomie.

 

 

Sincères condoléances !

- À la famille de l’animateur Robert De Courcel, bien à la télévision CHLT de Sherbrooke, où il a animé « Le cirque à Tonton » dans les années 60 et « Café Show » dans les années 80. Emporté par un cancer du poumon, l’homme de 70 ans est mort le 21 avril.

- Sincères condoléances à la chroniqueuse sportive Marie-Claude Savard qui a eu la douleur de perdre sa mère, Louise Myrand, emportée par le cancer le 5 avril à l’âge de 61 ans.

- Le 6 avril, l’acteur Corin Redgrave s’éteint à l’âge de 70 ans, laissant dans le deuil ses sœurs, les actrices Lynn et Vanessa Redgrave.

- Décès à 70 ans de l’actrice Dixie Carter, qu’on a pu voir notamment dans la série télévisée « Beautés désespérées ».

 

 

Dossier justice

- Le 17 avril, l’actrice Heater Locklear a été arrêtée pour délit de fuite après avoir embouti un panneau de signalisation avec sa voiture.