Mars 2009

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

Un repos mérité pour Céline Dion !

Maxime Proulx : Une star est née !

René Angélil admet sa dépendance au jeu !

Varda parle de sa maladie bipolaire !

Mongrain revient chez-lui !

André Forcier se souvient !

Jean-François Harrison arrêté !

Des artistes face à la justice !

Dédé Fortin : Comme s’il était là !

« Starmania » en version opéra !

Alain Bashung succombe au cancer !

« Destinées » : Annette gravement blessé !

« Broue » a 30 ans !

Décès de Natasha Richardson !

Un grand retour pour Éric Lapointe !

La famille Beau Dommage a 35 ans !

Ginette Reno souligne ses 50 ans de carrière !

Gilles Carle en DVD !

« Les invincibles » font leurs adieux !

Soir de premières pour les Jutra !

Les académiciens lancent leur album !

Klimbo meurt à 69 ans !

Marie-Chantal Toupin : Souvenirs pénibles !

Les nouveaux albums de mars !

Le carnet social !

 

 

 

 

 

Un repos mérité pour Céline Dion !

 

 La chanteuse Céline Dion venait à peine de terminer sa tournée mondiale « Takin Chances » lorsqu’elle fut la vedette invitée au gala de Star Académie du 1er mars dernier. Tout juste avant de prendre de longues vacances, elle est généreusement venue chanter avec les académiciens à l’émission animée par sa bonne amie Julie Snyder. Les jeunes artistes de la relèove se sont fait un plaisir de chanter en duo les grands succès de la diva, dont « D’amour ou d’amitié », « Pour que tu m’aimes encore », « S’il suffisait d’aimer » et « My Heart Will Go On ». Même The Lost Fingers a participé à cette soirée unique en réarrangeant « Incognito ». Durant cette soirée qu’on lui consacrait, Céline y est allée également de quelques anecdotes de sa vie privée et a glissé subtilement quelques conseils aux vedettes de demain. Au terme de cette soirée, Céline Dion est parti en vacances. Elle a affirmé qu’elle ne rechanterait plus avant 18 mois, le temps, peut-être, de donner naissance à un nouvel héritier.

 

 

 

 

Maxime Proulx : Une star est née !

 

 Le concept de « Star Académie » est bien cruel. Chaque semaine, un des étudiants doit quitter l’Académie. Et pourtant, de très grands talents sont parfois éliminés, surtout lorsque la compétition est très relevée. Le délogé du 1er mars, Maxime Proulx, a bien prouvé cette théorie. La performance qu’il a livrée ce soir-là était digne des plus grands interprètes. En se remémorant les moments de son adolescence où il fut rejeté par d’autres jeunes, il a interprété d’une façon si touchante la chanson « Ma gueule » de Johnny Hallyday. À la fin de sa pièce, l’animatrice Julie Snyder semblait elle-même soufflée par son talent en envoyant ce message à ceux qui avaient ridiculisé Maxime dans le passé : « Bonsoir les baveux ! » Plus tôt dans la soirée, Maxime Proulx avait chanté « Unison » en duo avec Céline Dion. Comme lui seul peut le faire, Maxime a dansé sa chanson entraînant même Céline Dion dans des voies qu’on ne voit pas souvent. S’il continue de chanter et de danser en y mettant tout son cœur, le jeune homme de 18 ans deviendra sûrement l’une des grandes stars du milieu artistique québécois.

 

 

 

 

René Angélil admet sa dépendance au jeu !

 

 Après une longue carrière jalonnée de hauts et de bas, l’imprésario René Angélil est devenu l’une des personnalités les plus influentes du milieu artistique. Il était donc tout à fait normal qu’on s’intéresse à la vie de celui qui a laissé une marque indélébile sur l’histoire artistique du Québec. Georges-Hébert Germain raconte l’histoire de ce grand homme dans une biographie parue chez Libre Expression, « Le maître du jeu ». Le titre fait clairement référence à la dépendance au jeu que le gérant admet publiquement pour la première fois. Il était d’ailleurs de notoriété publique que René Angélil adorait les casinos, et ce, même avant que Céline Dion soit engagée à Las Vegas. La sortie du livre s’accompagnait d’une entrevue spéciale accordée par René Angélil à Paul Arcand et présentée à TVA. Avant d’être imprésario, René Angélil a été chanteur dans le groupe les Baronets. Puis, en compagnie de Guy Cloutier, il a travaillé à l’essor de la carrière de René Simard. Gérant pour Anne Renée et Ginette Reno, c’est sa rencontre avec la jeune Céline Dion qui lui ouvrit les portes de la gloire. Depuis quelques semaines, il est directeur de la quatrième édition de « Star Académie ».

 

 

 

 

Varda parle de sa maladie bipolaire !

 

 La maladie mentale est toujours un sujet tabou dans la société. C’est pour cette raison que l’animatrice Varda Étienne a décidé de lever le voile sur sa propre maladie bipolaire afin de faire évoluer les mentalités. Dans un livre qu’elle vient de publier et qui a pour titre « Maudite folle », Varda raconte des moments moins glorieux de sa vie où la maladie contrôlait ses actions. C’est ainsi qu’elle ne se gêne pas pour élaborer sur ses chicanes de couple tumultueuses, dont l’une s’est terminée par une séance de magasinage de 40 000$. La maladie bipolaire se manifeste par des périodes de dépression profonde qui alternent avec des périodes où les idées de grandeur n’ont aucune limite. Plusieurs personnalités connues ont souffert de ce trouble dont le producteur Guy Latraverse et l’humoriste François Massicotte. La maladie peut être très bien contrôlée par la prise régulière et continuelle de médication, ce qui permet aux personnes touchées de vivre normalement.

 

 

 

 

Mongrain revient chez-lui !

 

 Après avoir annoncé son départ de TQS il y a près d’un an, l’animateur Jean-Luc Mongrain est de retour à la télévision. Après une brillante carrière, il revient en quelque sorte chez-lui, puisqu’il a désormais son émission sur LCN, une chaîne du groupe TVA. On se souvient que Jean-Luc Mongrain a fait ses débuts à la télévision à Télé-7 de Sherbrooke, station affiliée à TVA. Chaque matin, il fait ce qu’il a toujours si admirablement fait, il comment l’actualité à sa façon. Il en profite également pour faire son tournant technologique en créant son propre blogue où les téléspectateurs peuvent s’exprimer. Parions que sa popularité n’en sera qu’accrue.

 

 

 

 

André Forcier se souvient !

 

 Le cinéaste André Forcier n’a plus rien à prouver au milieu du cinéma québécois. Il a fait ses classes et a créée son style bien à lui, qui ne plaît peut-être pas à tout le monde, mais qui a l’avantage d’oser nous amener dans des zones jamais explorées. Son plus récent film, « Je me souviens », a les mêmes caractéristiques qui ont fait sa réputation. Avec son humour unique, Forcier raconte l’histoire d’un groupe de mineurs, en Abitibi, aux débuts des années 50, qui tentent de mettre sur pied un syndicat. On y décèle une critique du duplessisme de l’époque de la grande noirceur. La distribution du film est surprenante et de haut calibre : Rémy Girard, France Castel, Roy Dupuis, Céline Bonnier, Gaston Lepage, David Boutin, Pierre-Luc Brillant, Hélène Bourgeois-Leclerc ainsi que Michel Barrette qui incarne le premier ministre Maurice Duplessis.

 

 

 

 

Des artistes face à la justice !

 

 Plusieurs artistes québécois ont dû faire face aux tribunaux en ce mois de mars. En voici un résumé :

 

Michèle Richard

On ne compte plus les démêlés judiciaires de Michèle Richard. Une fois de plus, c’est pour une accusation de conduite en état d’ébriété qu’elle a comparu au Palais de justice de St-Jérôme pour des actes commis en décembre 2005. Après les témoignages du policier et de la chanteuse, on a reporté la suite de l’audience à juillet prochain. Michèle Richard a déjà été acquitté de ce même chef d’accusation à Québec en 2004 et une autre cause est sur le point de se régler à Montréal.

Nathalie Simard

Nathalie Simard et son mari Lévis Guay étaient au Palais de justice de Chicoutimi afin de témoigner relativement à l’homologation d’une entente hors cour qu’ils auraient établi avec Audrey Sergerie qui les poursuit pour 2,3 millions $ pour bris de contrat et perte de profits anticipés à cause de sa dernière tournée abandonnée. Le juge a finalement accepté l’entente et le couple devra payer 100 000$ à madame Sergerie.

Renée Martel

La chanteuse Renée Martel a été condamnée à verser une amende de 1200$ après avoir été reconnue coupable de conduite avec les facultés affaiblies. Elle avait été arrêtée en Montérégie le 20 janvier dernier. Il s’agissait de sa première infraction.

 

 

 

 

 

Jean-François Harrison arrêté !

 

 Le comédien Jean-François Harrison, bien connu surtout pour ses rôles dans des émissions jeunesse, est dans une situation fort délicate. L’homme de 34 ans a été arrêté le 4 mars à son appartement du quartier Hochelaga-Maisonneuve de Montréal pour possession et distribution de pornographie juvénile. Il se trouvait également en possession d’une petite quantité de drogue, dont de l’ectasy. Lors de son arrestation, les policiers ont également perquisitionné du matériel et des photos. En attendant la suite des événements, il a été remis en liberté moyennant une caution de 2000$. Jean-François Harrison a participé aux séries télévisées « Minuit le soir », « Max inc. », « Diva » et « Grosse vie » où il interprète le fils de Normand Brathwaite. Toutefois, il est surtout connu pour ses participations aux émissions jeunesse « Watatatow », « R-Force » et « Une grenade avec ça ? ». La chaîne spécialisée VRAK a d’ailleurs choisi de retirer toutes les émissions où il apparaissait. Il était également en nomination au prochain Gala Artis dans la catégorie artiste d’émissions jeunesse, mais sa nomination a été retirée après son arrestation. Par la voix de son avocat, Claude F. Archambault, Harrison a laissé entendre qu’il n’était pas d’accord pour retirer lui-même sa candidature, ce qu’a dû faire pour lui les organisateurs du gala. Me Archambault a allégué que la justice canadienne est basée sur la présomption d’innocence, mais son client est déjà condamné comme un coupable avant même d’être jugé.

 

 

 

 

Dédé Fortin : Comme s’il était là !

 

 Il y aura bientôt 8 ans que le chanteur des Colocs, Dédé Fortin, s’est fait hara-kiri et pourtant, son souvenir est toujours bien présent au cœur des québécois. L’œuvre des Colocs occupe une large part dans la culture moderne du Québec. Pour immortaliser celui qui ne sera jamais oublié, le cinéaste Jean-Philippe Duval et le producteur Roger Frappier consacre à sa mémoire un long-métrage de fiction, « Dédé à travers les brumes », l’un des films les plus attendus de l’année au Québec. Dans la peau d’André Fortin, on a choisi Sébastien Ricard qui a lui-même réenregistré les chansons des Colocs. C’était tout un défi pour lui de prendre le risque d’incarner un tel monument de la chanson québécoise et dont le souvenir est encore très récent. Pourtant, il sait relever le défi avec brio, nous permettant de découvrir un personnage attachant, qui oscille continuellement entre la fête et la tourmente. Sébastien Ricard est un comédien bien connu pour ses performances à la télévision dans « Tabou », « Nos étés » et « Les hauts et les bas de Sophie Paquin ». Il est aussi chanteur et fondateur du groupe Loco Locass qui a obtenu un énorme succès avec la chanson « Libérez-nous des libéraux ». Pour promouvoir le film « Dédé à travers les brumes », Sébastien Ricard a monté un numéro spécial dans le cadre du gala de « Star Académie ».

 

 

 

 

« Starmania » en version opéra !

 

 Classique incontournable de la francophonie, le spectacle « Starmania » revit d’une nouvelle façon. C’est à l’opéra que l’œuvre créée par Luc Plamondon et Michel Berger vit son nouveau souffle. Présentée à Québec l’an dernier, le spectacle sera également offert aux montréalais à partir de la mi-mars, une présentation de l’Opéra de Montréal et l’Orchestre Métropoliatain. La vedette du spectacle, c’est sans contredit Marie-Josée Lord qui vole la vedette du spectacle dans le rôle de Marie-Jeanne, la serveuse automate. En version lyrique, les chansons bien connues du spectacle prennent une toute autre profondeur. Le fameux businessman, Zéro Janvier, est défendu par Marc Hervieux. Lyne Fortin et Étienne Dupuis font également partie de la distribution. L’opéra rock « Starmania » a été créé il y a déjà 30 ans et l’œuvre ne s’essouffle pas encore.

 

 

 

 

« Destinées » : Annette gravement blessée !

 

 La loi sur l’interdiction du cellulaire au volant a fait jaser beaucoup au Québec. Il était donc tout à fait normal que l’une de nos téléséries aborde le sujet. Dans l’épisode du 11 mars, dans le téléroman « Destinées », le personnage d’Annette se retrouve entre la vie et la mort après avoir conduit tout en parlant à son téléphone cellulaire. Campé par la comédienne Marie-Chantal Perron, Annette était en route pour un rendez-vous lorsque son téléphone sonna. En voyant qu’il s’agissait de son amoureux Normand (François Chénier), elle a choisi de répondre en sachant très bien que c’était interdit. Ayant tout entendu de la collision, son anesthésiste de chum se culpabilise maintenant de l’avoir appelé. Annette a survécu, mais son état est très grave et elle pourrait même garder des séquelles.

 

 

 

 

Alain Bashung succombe au cancer !

 

 Le chanteur français Alain Bashung a finalement perdu son combat contre le cancer le 14 mars. Il avait 61 ans. Selon son agence de production, il est mort à l’Hôpital St-Joseph de Paris entouré de ceux qu’il aimait. Né en 1947, après avoir chanté dans des hôtels et restaurants, il enregistre son premier disque en 1966. Le succès se fait toutefois attendre. Après avoir tenté une incursion du côté de la musique punk, il connaît le succès grâce au rock en 1980. À ce moment, il cartonne avec la chanson « Gaby ». Puis, l’année suivante, « Vertige de l’amour » reçoit le même accueil chaleureux. Il atteint le sommet de la gloire en 1991 grâce à « Osez Joséphine » et « Madame rêve ». En 1999, il reçoit trois Victoires de la musique pour son album « Fantaisie militaire » qui reçoit également, l’année suivante, le prix du meilleur album des 20 dernières années. Il récidive l’exploit des trois trophées Victoires en 2009 pour son album « Bleu pétrole ». Ses funérailles auront lieu à Paris le vendredi 20 mars.

 

 

 

 

Décès tragique de Natasha Richardson !

 

 L’actrice Natasha Richardson a rendu l’âme le 18 mars à l’âge de 45 ans. Elle avait été déclarée cliniquement morte deux jours plus tôt à la suite d’un accident de ski, survenu à Mont Tremblant au nord de Montréal. Après une chute, elle ne montrait pourtant aucun signe de blessure avant d’être conduite à l’Hôpital de Ste-Agathe. Inquiets pour sa santé, on a jugé bon de transporter son corps à l’Hôpital Sacré Cœur de Montréal où l’on a découve rt que la médecine ne pouvait plus rien pour la mère de deux enfants. Ses proches ont donc demandé son transfert aux tats-Unis où on l’a débranchée des appareils qui la maintenaient en vie. Ses proches étaient présents lors de son décès, dont son époux, l’acteur Liam Neeson, et sa mère, l’actrice Vanessa Redgrave. C’est d’ailleurs cette dernière qui a annoncé la mort de sa fille aux médias. En plus d’avoir joué dans une douzaine de films, Natasha Richardson était surtout connue pour ses rôles au théâtre, dont « Cabaret » qui lui avait valu un Tony Award.

 

 

 

 

« Broue » fête ses 30 ans !

 

 30 ans de succès ininterrompu, c’est rare pour une pièce de théâtre québécoise… on pourrait même dire que c’est un cas unique ! Tout le monde reconnaît ainsi la pièce « Broue » sans même qu’on ait besoin de la présenter davantage. C’est le 21 mars 1979 qu’on présentait la première de cette création bien de chez-nous au petit Théâtre des Voyagements, à Montréal. Personne ne se doutait à ce moment-là que « Broue » deviendrait un monument aussi important de notre culture. Les tavernes ont disparu, mais « Broue » persiste et rappelle cette époque où les hommes se réunissaient dans ces lieux sacrés interdits aux dames. 30 ans plus tard, la même distribution défend toujours les nombreux rôles de la pièce : Marc Messier, Marcel Gauthier et Michel Côté ont bien sûr leurs projets personnels, chacun de son côté, mais ils se retrouvent comme des vieux potes pour faire revivre leur pièce en province, toujours à guichets fermés malgré les années. Si vous n’avez pas encore vu la pièce, vous avez donc encore une chance en surveillant le passage de « Broue » dans une salle près de chez-vous.

 

 

 

 

Un grand retour pour Éric Lapointe !

 

 Ses problèmes de santé ont largement défrayé les manchettes au cours des dernières semaines. Maintenant qu’il est de nouveau sur pied, le chanteur Éric Lapointe est de retour. Pour marquer en grand ce renouveau dans sa carrière, il a participé au gala dominical de « Star Académie » le 22 mars où il a chanté quelques-uns de ses succès avec les académiciens, de « Terre promise » à « Belle dans tête », en passant par « 1500 miles ». Éric Lapointe, maintenant sobre, a parlé un peu de ses deux semaines où on l’a plongé dans un coma artificiel pour contrôler les symptômes de sevrage d’alcool et de drogues. Il a reconnu n’avoir pas été facile pour le personnel médical et infirmier durant ses délires. Il a aussi voulu remercier personnellement deux amis qui l’ont soutenu dans ses démarches vers une nouvelle vie, Patrick Huard et Michel Rivard, deux professeurs de « Star Académie ». Au cours des prochaines semaines, Éric Lapointe reprend la tournée. Il se produira un peu partout en province avant de faire sa grande rentrée montréalaise en mai prochain.

 

 

 

 

La famille Beau Dommage a 35 ans !

 

 Beau Dommage a 35 ans ! Même si le mythique groupe ne produit plus de matériel neuf, il ne s’est jamais tout à fait dissout et au plus grand plaisir des québécois, ils se retrouvent à l’occasion pour des événements spéciaux, comme celui soulignant ses 35 ans d’existence. Pour souligner la sortie de leur premier album en 1974, Beau Dommage lance « L’album de famille », un coffret comprenant tous leurs CD pour un total de 73 chansons. Le coffret comprend également deux DVD présentant le groupe en spectacle, un documentaire sur leur tournée de 1994 ainsi que leur première apparition télévisée à l’émission « Lise Lib » animée par Lise Payette. Le coffret est complété par un album de photos et de commentaires d’une quarantaine de pages. Parmi les chansons présentées dans ce coffret, 8 sont inédites, et 5 d’entre elle n’ont jamais été exécutées en public, de quoi ravir les fans inconditionnels.

 

 

 

 

Gilles Carle en DVD !

 

 Le cinéaste Gilles Carle verra une partie de son œuvre être immortalisée par un coffret DVD. En effet, un coffret de 5 films de Gilles Carle vient d’être mis en vente. C’est bien peu si on considère l’immensité de l’œuvre de Gilles Carle, mais on peut au moins se réjouir que les 5 films offerts dans ce coffret sont les titres les plus prestigieux de sa carrière. « La vie heureuse de Léopold Z. » mettant en vedette Guy L’Écuyer est le premier long-métrage de fiction de Carle. Avec Micheline Lanctôt dans le rôle titre, « La vraie nature de Bernadette » fut le premier film québécois en sélection officielle au Festival de Cannes. « Les corps célestes » est peut-être un titre méconnu, mais il représente la première co-production entre le Québec et la France. « La mort d’un bûcheron » est considéré comme l’un des plus grands films de Gilles Carle. En plus d’avoir été présenté en compétition officielle à Cannes, il met en vedette une distribution prestigieuse (Willie Lamothe, Carole Laure, Denise Filiatrault, Pauline Julien et plusieurs autres). Finalement, « La tête de Normande St-Onge » est un autre moment fort de la collaboration de Gilles Carle avec Carole Laure. Ce projet de coffret DVD a vu le jour notamment grâce à la détermination de Chloé Ste-Marie, la conjointe du cinéaste, qui le soutient depuis plus de 18 ans dans son combat contre la maladie de Parkinson. D’ailleurs, pour chaque coffret vendu, 1,50$ sera versé à la Fondation Gilles-Carle.

 

 

 

 

Ginette Reno souligne ses 50 ans de carrière !

 

 Pour souligner leurs 50 ans de carrière, la plupart des artistes replongent dans leurs souvenirs et font preuve de nostalgie. La chanteuse Ginette Reno a choisi de faire les choses autrement. Elle a plutôt choisi d’offrir du nouveau matériel pour souligner son demi-siècle de chanson. Le 24 mars, son nouvel album, « Fais-moi la tendresse », a été offert au public. En plus de préciser qu’elle considère ce disque comme l’album de sa vie, elle a laissé son fils Pascalin réalisé l’album et composer trois chansons qu’on y retrouve. Le dernier album de chansons originales créé par Ginette Reno remonte à 1998 avec « Love is All », un album anglophone. La sortie de cet album s’accompagnera également d’une série de spectacles. À partir de septembre, elle présentera une série de 45 spectacles à la salle Pierre-Mercure de Montréal. Pour la création de cette œuvre, elle travaillera avec l’équipe technique de Céline Dion ainsi qu’avec Robert Lepage à la mise en scène. L’automne sera également chargé pour Ginette Reno puisqu’elle a aussi prévu la sortie d’une autobiographie ainsi que d’un film relatant ses 62 ans d’existence.

 

 

 

 

« Les invincibles » font leurs adieux !

 

 Le 25 mars, la populaire télésérie « Les invincibles » a fait ses adieux définitifs aux téléspectateurs de Radio-Canada. Le dernier épisode a marqué la rupture du groupe de gars qui se tenaient depuis les tout débuts et par la disparition inattendu de l’un de ses personnages les plus pittoresques, Lyne-la-pas-fine… En effet, lors de ce dernier épisode, Lyne (jouée par Catherine Trudeau) se retrouve dans un état grave après avoir subi une hémorragie lors de l’accouchement de son bébé. Perturbé, Carlos (Pierre-François Legendre) rompt définitivement avec ses vieux amis, P.A. (François Létourneau), Rémi (Rémi-Pierre Paquin) et Steve (Patrice Robitaille). Lorsque Lyne succombe finalement, Carlos souhaite trouver réconfort auprès de ses vieux chums, mais ceux-ci ne répondent plus à son appel. C’est donc d’une façon tragique que se termine l’aventure de ces gars simples qui n’avaient rien de super-héros. Avec un scénario aussi original et bien ficelé et une performance à couper le souffle de Pierre-François Legendre, il ne serait pas étonnant de retrouver la série en nomination dans quelques catégories lors du prochain Gala des Prix Gémeaux. On s’ennuiera de vous, les « invincibles ».

 

 

 

 

Les académiciens lancent leur album !

 

 Les trois premiers albums de « Star Académie » ont été aussi populaires que la série de variétés. Il n’est donc pas étonnant qu’on attende ce quatrième album avec impatience. Lancé à la toute fin du mois de mars, l’album « Star Académie 2009 » suscite déjà l’intérêt du public qui s’est fait très nombreux lors du lancement officiel et lors de l’apparition de certains académiciens dans les magasins de disques. L’album comprend 16 chansons. En plus de la chanson solo de chacun des 14 académiciens, on retrouve la chanson thème interprétée par tout le groupe, « 1000 cœurs debout » ainsi qu’une chanson inédite de Marie-Mai. Parmi les pièces maîtresse de l’album, soulignons la performance de Jean-Philippe Audet qui reprend « Swinguez votre compagnie » de Jean-Pierre Ferland et « Je t’emmène au vent », une chanson de Louise Attaque reprise par Olivier Beaulieu. Joanie Goyette s’est attaquée à l’une des premières chansons de Céline Dion, « D’amour et d’amitié », tandis qu’Émilie Lévesque interprète « C’est toute une musique » de Monique Leyrac. Celle qui a dû être le plus intimidée par sa chanson, c’est sûrement Sophie Vaillancourt qui a repris « Libérer le trésor », une chanson de l’un de ses professeurs, Michel Rivard. Finalement, celui qui devait être le plus à l’aise avec sa chanson, c’est sans doute William Deslauriers qui chante « Moisi moé si » de Fred Fortin, une pièce qui lui a permis d’être sauvé lors d’un gala du dimanche. Il serait trop long de passer en revue toutes les chansons de l’album, mais on peut dire que les académiciens ont fait un travail magnifique lors de l’enregistrement en studio.

 

 

 

 

Soir de premières pour les Jutra !

 

 Le milieu du cinéma québécois a eu droit à une soirée simple mais agréables pour l’édition 2009 de la Soirées des Jutra. À l’animation, Karine Vanasse a fait un travail magnifique, une première pour la comédienne qu’on a vue récemment dans « Polytechnique ». Parlant de première, on peut dire que cette soirée nous en a donné quelques-unes. Pour la première fois, une femme a reçu le prix de la meilleure réalisation : Lyne Charlebois pour le film « Borderline ». Autre grande première, l’acteur de l’année est Natar Ungalaaq, un acteur Inuit du Grand Nord, pour sa performance dans « Ce qu’il faut pour vivre ». Outre le prix du meilleur acteur, « Ce qu’il faut pour vivre » a remporté deux autres prix, celui du meilleur scénario et celui du meilleur film de l’année. Pour sa part, « Borderline » a récolté 4 prix, dont ceux de la meilleure actrice pour Isabelle Blais et de la meilleure actrice de soutien pour Angèle Coutu. Comme acteur de soutien, on a choisi Normand D’Amour pour sa performance dans « Tout est parfait », le seul prix pour cette magnifique œuvre touchante. Le film « Babine », inspiré du monde de Fred Pellerin, s’est quant à lui mérité cinq trophées dans le domaine technique.

 

 

 

 

Klimbo meurt à 69 ans !

 

 Le peintre et acteur d’origine bulgare Klimbo est décédé le 30 mars à l’âge de 69 ans. Il serait mort dans son sommeil à sa résidence de Montréal. Né en Bulgarie, le 26 mai 1969, sous le nom de Kliment Dentchev, c’est dans son pays d’origine qu’il fait ses premières armes comme dessinateur et comme acteur.  Il y poursuit sa carrière jusqu’en 1978. Dès ce moment, il déménage au Canada et est engagé à Radio-Canada. Il y joue dans une émission pour enfants qui porte son nom, « Klimbo », mettant en vedette Marie-Michèle Desrosiers, Denyse Chartier, Ghyslain Tremblay et plusieurs autres. Dans cette série, on peut le voir créer en dessinant derrière une vitre, une façon de faire qui est associé à son style unique. La série garde l’antenne de 1979 à 1984. En 1982, « Klimbo » reçoit un prix d’excellence Peabody. Il retourne à l’occasion en Bulgarie pour jouer dans quelques productions cinématographiques, dont le dernier fut tourné en 2005. Le cinéma québécois lui confie également quelques rôles entre autres dans « Sonatine » de Micheline Lanctôt et « Requiem pour un beau sans cœur » où il tient le rôle de l’inspecteur Maki aux côtés de Gildor Roy.

 

 

 

 

Marie-Chantal Toupin : Souvenirs pénibles !

 

 Après Nanette Workman qui a raconté des mésaventures pénibles dans une autobiographie, c’est au tour de la chanteuse Marie-Chantal Toupin de raconter des souvenirs douloureux dans un livre qu’elle a co-écrit avec Marc Gervais. Dans « L’envers de ma vie », elle raconte, tout comme l’a fait Nanette, un viol dont elle a été victime. Née dans le quartier Rosemont à Montréal, elle commence difficilement dans la vie en étant une enfant non désirée. Malgré son succès dès ses débuts professionnels dans la chanson, elle manque de confiance en elle au point de subir un avortement et de se faire implanter des prothèse mammaires. Mais le plus difficile fut sans doute d’avoir été agressée sexuellement, un passage qu’elle livre sans pudeur et qui, espérons-le, sera très réparateur pour celle qui se donne tant à sa musique.

 

 

 

 

Les nouveaux albums de mars !

 

 Dumas, « Rouge »

 Alors qu’il a lancé son plus récent album il y a à peine trois mois, Dumas nous offre encore du nouveau matériel. Pour bien marquer la suite avec « Nord », son album précédent, les pièces du disque « Rouge » sont numérotées 10 à 19. Quel être original que ce Dumas !

  

Marie-Ève Côté, « Maintenant… femme »

Issue de « Star Académie » en 2004, on l’avait presqu’oubliée. Marie-Ève Côté est maintenant très fière d’offrir au public son premier album solo. Son premier extrait a pour titre « Ne pars pas ». Il reste maintenant à voir si la jeune femme saura se distinguer de la masse des jeunes chanteuses.

  

Stéphanie Lapointe, « Donne-moi quelque chose qui ne finit pas »

Grande gagnante de « Star Académie » en 2004, Stéphanie Lapointe nous revient avec un deuxième album. Avec son style bien particulier, Stéphanie sait rejoindre un public plus restreint qu’à l’Académie, mais elle nage comme un poisson dans l’eau dans son propre répertoire. Pierre Lapointe est l’un des auteurs à lui avoir écrit une pièce.

  

 

 

 

 

Le carnet social !

 

Aux heureux parents !

- L’actrice Anne Heche a accouché de son deuxième enfant, un petit garçon prénommé Atlas, né de son union avec l’acteur James Tupper.

 

 

Sincères condoléances !

- Nous déplorons le décès du père Fernand Lindsay, 80 ans, fondateur du Festival de Lanaudière, décédé le 18 mars.

- Le cancer a eu raison du compositeur Maurice Jarre, décédé le 29 mars à 84 ans. On lui devait la musique de plusieurs films, dont « Docteur Jhivago », « Lawrence d’Arabie », « La société des poètes disparus » et « Mon fantôme d’amour ».

- Décès le 15 mars de l’acteur Ron Silver emporté par un cancer de l’œsophage à 62 ans. Il avait joué dans la série télévisée « À la Maison Blanche ».

- Décès le 14 mars de l’actrice et danseuse Altovise Joanne Gore, 65 ans, veuve de l’acteur et danseur Sammy Davis Jr.

 

 

De tout cœur avec vous !

- La chanteuse Annie Villeneuve a rompu du joueur de football Étienne Boulay.

 

 

Prompt rétablissement !

- L’acteur Robin Williams se remet d’une opération à cœur ouvert.

- À l’auteur Yves Beauchemin qui se remet d’une intervention chirurgicale majeure à l’Institut de Cardiologie de Montréal.

- À la chanteuse française Michèle Torr qui doit s’astreindre à une longue réhabilitation à la suite d’un AVC subi à la fin du mois de janvier. Elle a été l’interprète de la chanson « Emmène-moi danser ce soir ».

- Au chef d’orchestre Guy St-Onge qui se remet d’un cancer de la peau.

- À l’animateur Éric Salvail en convalescence après avoir été opéré pour une appendicite le 27 mars.