Juin 2009

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

La vie de Guy Laliberté fait jaser !

J’ai tué ma mère » : Enfin au Québec !

David Carradine tué par un jeu sexuel !

La famille déchirée de Peter Falk !

Benoît Marleau succombe à la maladie !

Guilda ne l’a pas eu facile !

Le chanteur Norman Knight meurt à 72 ans !

Rémi-Pierre Paquin : Un clip osé !

Le Cirque du Soleil a 25 ans !

Un dernier salut à Benoît Marleau !

« À vos marques… party 2 » : Juste à temps pour l’été !

Le Québec honore ses artistes !

Raymond Berthiaume nous quitte !

Michèle Richard chez les peintres !

Farrah Fawcett a perdu son combat contre le cancer !

« Les retrouvailles » : C’est fini !

Michael Jackson (1958-2009) : Victime d’un arrêt cardiaque !

Michael Jackson a révolutionné la musique !

Michael Jackson : Une vie personnelle controversée !

Jacques Fauteux emporté par le cancer !

La Fête Nationale : Une voix qui porte !|

Le Festival de Jazz se paye Stevie Wonder !

Le carnet social !

 

 

 

 

 

La vie de Guy Laliberté fait jaser !

 

  S’il existe un « succes story » par excellence au Québec, c’est bien l’aventure du Cirque du Soleil et de son fondateur Guy Laliberté. Ayant débuté sa carrière comme simple cracheur de feu, Guy Laliberté a monté sa troupe en y mettant beaucoup de travail et surtout de passion. Aujourd’hui, après 25 ans d’existence, le Cirque du Soleil offre des spectacles grandioses qui attirent les foules du monde entier. Le Cirque est même installé en permanence à Las Vegas. Au cours des derniers jours, une biographie non-autorisée de Guy Laliberté, écrite par Ian Halperin, a fait couler beaucoup d’encre. Halperin dit lever le voile sur l’existence passionnée de Guy Laliberté. Il va même jusqu’à parler des fêtes privées qu’il donne entourant le Grand Prix de Montréal où se mêlent sexe et excès de tout genre. Le Cirque du Soleil a dénoncé la sortie de ce livre, le 2 juin, en affirmant qu’aucune information de ce livre n’avait été vérifiée. Pourtant, Helperin assure que chaque information est corroborée par trois sources différentes et que plusieurs détails ont été omis dans le livre, faite de preuve suffisante. Malgré la publication de cette biographie, Guy Laliberté demeure tout de même l’un de nos grands créateurs.

 

 

 

 

« J’ai tué ma mère » : Enfin au Québec !

 

  Vivement qu’il vienne ce mois de juin pour que les Québécois puissent à leur tour apprécier le talent de leur nouveau petit prodige, Xavier Dolan. En effet, à la suite du succès remporté en mai au Festival de Cannes, on avait bien hâte de voir arriver sur nos écrans son premier film comme réalisateur, « J’ai tué ma mère ». Boudé par Téléfilm Canada, Xavier Dolan a dû se débrouiller avec les moyens du bord pour créer son œuvre cinématographique. Au départ, seulement quatre salles devaient présenter le film en province; quelques-unes se sont ajoutées à la suite du succès de Cannes. Par contre, il ne faut pas s’attendre, malheureusement, à une diffusion aussi étendue que les « blockbusters » américains. Le film raconte l’histoire d’Hubert, un jeune homme de 17 ans joué par Xavier Dolan lui-même, qui a une répugnance maladive pour sa mère. Aidé de son amant et d’une enseignante, il tente de renouer profondément avec celle qui l’a vu naître. Dans le rôle de la mère, on dit qu’Anne Dorval offre une performance à couper le souffle. Le film met aussi en vedette Suzanne Clément, François Arnaud et Patricia Tulasne. La première québécoise a eu lieu le 1er juin et sera offerte au grand public le 5 juin.

 

 

 

 

La famille déchirée de Peter Falk !

 

  Adulée de milliers de fans partout à travers le monde, l’acteur Peter Falk, alias l’inspecteur Colombo, vit ses derniers moments de vie dans la discorde. Âgé de 81 ans, Peter Falk est lourdement atteint de démence reliée à la maladie d’Alzheimer. Pour assurer une plus grande tranquillité familiale, on vient d’ofiicialiser une tutelle qui permettra à sa conjointe des 30 dernières années, Shera, de gérer ses biens. Jusqu’ici, la tâche avait été confié à la fille de l’acteur, Catherine, qui n’était pas en très bons termes avec son père, et encore moins avec sa nouvelle conjointe. Pour harmoniser les deux parties, on a accordé à la fille le droit de voir son père dans un lieu neutre, une fois par mois, en l’absence de Shera. Selon le personnel médical, son état est tel qu’il ne se rappellera jamais des visites de sa fille.

 

 

 

 

David Carradine tué par un jeu sexuel !

 

  L’ambassade des États-Unis à Bangkok a annoncé le décès de l’acteur américain David Carradine, décédé en Thaïlande le 3 juin à l’âge de 72 ans. L’acteur qui a connu la célébrité dans les années 70 grâce à la série « Kung Fu » a été retrouvé nu dans sa chambre d’hôtel avec une corde autour du pénis. Pour expliquer son décès, la police étudie la piste d’un jeu sexuel qui aurait mal tourné. Bien qu’on penche pour la thèse de l’accident, on n’écarte pas non plus la possibilité d’un suicide. Il se trouvait en Thaïlande depuis le 29 mai. En plus de son rôle fétiche dans la série « Kung Fu », rôle qu’il a aussi repris au cinéma, il avait joué dans une centaine de films dont « En route pour la gloire » d’Hal Ashby, « Mean Streets » de Martin Scorcese et l’œuf du serpent d’Ingmar Bergman. Le cinéaste Quentin Tarentino a redonné un second souffle à sa carrière en lui offrant le rôle de Bill dans les films « Tuer Bill » en 2003 et 2004. David Carradine était issu d’un famille reconnue d’acteurs étant le fils de John Carradine et le frère de Keith.

 

 

 

 

Benoît Marleau succombe à la maladie !

 

  On le savait malade depuis quelques années déjà, mais Benoît Marleau était très discret sur la nature de ce mal qui le rongeait. Par contre, lors des événements publics auxquels il assistait, il apparaissait visiblement amaigri. Maintenant qu’il est décédé, on a pu maintenant savoir qu’il souffrait d’un cancer du foie en plus de devoir affronter des problèmes pulmonaires. Le comédien est décédé le 3 juin à l’âge de 72 ans, laissant à plusieurs québécois de très bons souvenirs. C’est en 1957 qu’il fait ses premiers pas dans le milieu artistique alors qu’il joue à Radio-Canada dans le téléroman « La pension Velder ». Par la suite, il tiendra de nombreux rôles au théâtre, particulièrement au Rideau Vert de Mercedes Palomino et Yvette Brind’Amour. Les années 70 marqueront sa présence dans les « Bye-bye » de fin d’année puisqu’il participe à 5 de ces revues en compagnies de Dominique Michel, Denise Filiatrault, Danielle Ouimet et plusieurs autres. De 1979 à 1982, il tient le rôle de Jean-Paul dans la comédie « Chez Denise », rôle qu’il reprendra quelques années plus tard dans « Le 101 ouest, avenue des Pins ». C’est aussi dans les années 80 qu’il se fait animateur, notamment dans un jeu télévisée, « Carte d’identité », mais surtout à la radio de CJMS pour « Le Radio Café Provigo » qu’il co-anime avec Angèle Arsenault. Au cinéma, il joua entre autres dans « Solange dans nos campagnes » et « Y’a toujours moyen de moyenner ». Ces dernières années, il consacra surtout son temps au doublage de films et de séries télévisées. C’est à lui qu’on doit les voix de Moe Szyslak et Kent Brockman dans « Les Simpson ». Toutefois, il avait mis fin à toutes ses activités professionnelles il y a deux ans. La famille prévoit une cérémonie au Théâtre Gésù pour lui rendre hommage au cours des prochains jours.

 

 

 

 

Guilda ne l’a pas eu facile !

 

  Le personnificateur Jean Guida, qui a fait carrière en France et au Québec sous le nom de Guilda, se fait très discret depuis quelques années. Ayant éprouvé des problèmes de santé, il se tient loin des médias. Pourtant, à 85 ans, il a décidé de faire un nouveau tour de piste pour raconter ses hauts et ses bas au public qui a toujours été fasciné par la transformation de cet homme en femme, soir après soir. Dans un livre intitulé « Il était une fois… Guilda », il publie ses mémoires pas toujours roses. S’il a connu la gloire en personnifiant à merveille des sex-symbols comme Marilyn Monroe ou Marlene Dietrich, peu de gens savent qu’il a échappé de justesse aux camps de concentration au cours de la Deuxième Guerre Mondiale. Il avait alors été arrêté par la Gestapo pour avoir caché des juifs. Sa vie privée fut aussi mouvementé, donnant naissance à trois enfants de trois relations différentes qui prirent tous fin de façon dramatique. Il n’hésite pas non plus à rapporter des épisodes moins glorieux, notamment de son histoire d’amour avec un jeune homme mineur. Émigré au Canada, Guilda a fait les beaux jours du Théâtre des Variétés de Gilles Latulippe. Devant une vie aussi mouvementée, un projet de film existe actuellement pour mettre sa vie en images.

 

 

 

 

Rémi-Pierre Paquin : Un clip osé !

 

  Pendant quelques heures, une vidéo montrant le comédien Rémi-Pierre Paquin dans une relation intime avec une femme a circulé sur internet. Les sites Youtube et Tagtélé diffusaient ces images provenant vraisemblablement d’un « sextape », soit un enregistrement personnel des ébats amoureux du comédien qui apparaît même complètement nu à la toute fin. Devant l’ampleur du scandale, les médias ont tenté en vain de rejoindre Rémi-Pierre qui ne retournait pas ses appels. Les rumeurs faisaient état d’un coup monté du comédien lui-même pour promouvoir « Bienvenue aux dames », une émission qu’il animera à l’automne à TQS. Cependant, la direction de TQS s’était dissociée de cette vidéo. Il s’agissait effectivement d’une fausse mise en scène qui fera plutôt partie du vidéoclip « Sans toi », le premier extrait du groupe Balboa dont fait partie Rémi-Pierre Paquin, le membre le plus connu du groupe. Le comédien-musicien est bien connu pour ses rôles dans « Les invincibles » et « Rumeurs », deux défuntes séries de Radio-Canada.

 

 

 

 

Le chanteur Norman Knight meurt à 72 ans !

 

  On savait depuis quelques mois qu’il était aux prises avec de sérieux problèmes cardiaques et pulmonaires. Ce n’est donc pas une surprise d’apprendre que le chanteur québécois Norman Knight, bien connu dans les années 50 et 60, a finalement succombé à la maladie le 12 juin au Centre Anna-Laberge de Châteauguay. Celui qui était né sous le nom de Norman Mullins avait 72 ans. À l’instar de Michel Louvain et Fernand Gignac, il était issu de l’époque des cabarets où il a su se tailler une place enviable dès le milieu des années 50. En 1957, il atteint la première place des palmarès grâce à sa chanson « Un peu d’amour ». Il se produit partout au Québec, dans les différentes boîtes de nuit qui pullulent. Les années 60 seront très actives pour lui. En plus de poursuivre sa carrière de chanteur avec des titres comme « Amour frivole », « Ne raccroche pas », « Memphis » et « Pour que jamais tu n’oublies », il devient également animateur et disc-jockey à la radio. Il participe aux tournées « Musicorama » qui réunissait les plus grandes vedettes de la chanson de cette époque. Parallèlement, il devient également l’imprésario du groupe Les Hou-Lops pour qui il négocie de prestigieux contrats, comme la première partie des Rolling Stones ou encore une performance devant la princesse Grace et le prince Rainier de Monaco. Moins actif à partir des années 70, il continue de se produire à l’occasion, notamment pour les spectacles produits par Roger Sylvain dans les années 90 et 2000. Il laisse dans le deuil son épouse Madeleine Daoust avec qui il aurait célébré ses 50 ans de mariage au cours des prochaines semaines. Il laisse également pour le pleurer ses enfants Linda, Diane, Robert et Johanne, ses petits-enfants Michaël et Nadia, sa sœur Maureen, sa belle-sœur Johanne ainsi que plusieurs parents et amis. Le 20 juin, lors de ses funérailles en l’église de St-Constant, on a pu remarquer la présence de Roger Sylvain, du chanteur Pière Sénécal, ainsi que de Guy Harvey, ancien leader du groupe Les Gendarmes.

 

 

 

 

Un dernier salut à Benoît Marleau !

 

  Le comédien Benoît Marleau a eu droit à un dernier hommage non traditionnel le 14 juin, dans une salle du théâtre Gésù. Fidèle aux dernières volontés du comédien décédé le 3 juin, c’est son ancien compagnon de vie, Luc Archambault, qui avait organisé l’événement. Plusieurs camarades artistes qui avaient travaillé avec le disparu étaient présents pour l’événement. Parmi celles-ci, Dominique Michel s’est montré émue du départ de celui avec qui elle a participé à plusieurs « Bye-bye ». Parmi les autres camarades comédiens, on comptait Janine Sutto, Roland Laroche, Mirielle Lachance, Françoise Lemieux, Danielle Ouimet et Diane Arcand. La chanteuse Renée Claude, l’animateur Gaston L’Heureux, le pianiste André Gagnon et la ministre de la culture du Québec Christine St-Pierre étaient également présents.

 

 

 

 

Le Cirque du Soleil a 25 ans !

 

  Le Cirque du Soleil fête ses 25 ans ces jours-ci. Le 16 juin, la troupe fondée par Guy Laliberté se produisait dans le cadre des fêtes de la ville de Gaspé, à l’endroit même où elle a débuté professionnellement en 1984. Par la suite, la troupe parcourra le Québec et se produira jusqu’à Montréal. Dès le 24 juin, le Cirque offrira également un spectacle unique à Québec, au centre-ville, et ce, pour tout l’été. Ayant débuté à Baie St-Paul, dans Charlevoix, avec la troupe Les Échassiers de Baie St-Paul, Guy Laliberté avait présenté un projet de spectacle dans le cadre du 450ième anniversaire de la découverte du Canada par Jacques Cartier. C’est ce spectacle qui fut présenté à Gaspé. Puis, le Cirque s’est produit sous les chapiteaux, particulièrement à Québec et à Montréal. Son originalité lui permit de conquérir le monde et de s’établir en permanence à Las Vegas aux États-Unis. Depuis, plusieurs troupes travaillent simultanément dans différents pays du monde. De plus, le grand manitou du Cirque, Guy Laliberté, a appris qu’il recevra en 2010 une étoile du célèbre Hollywood Walk of Fame. Une seule personnalité québécoise avait mérité cet honneur auparavant : Céline Dion.

 

 

 

 

« À vos marques… party 2 » : Juste à temps pour l’été !

 

  Alors que des milliers d’adolescents québécois s’apprêtent à terminer les classes, le cinéma leur offre la possibilité de se divertir avec la sortie du film « À vos marques… party 2 ». Alors que le premier film se terminait par le bal de graduation, on se retrouve cette fois trois mois plus tard, à la fin de l’été, pour retrouver les amoureux Gaby et Fred. Les deux tourtereaux se préparent aux championnats mondiaux de natation qui auront lieu à Québec. Mais leur amour saura-t-il être assez fort quand un ancien amoureux de Gaby se manifeste pendant la compétition ? C’est ce que vous saurez en allant voir le film. Les deux protagonistes principaux sont toujours interprétés par Mélissa Désormeaux-Poulin et Jason Roy-Léveillée. Les autres jeunes sont campés par Maxime Desbiens-Tremblay, Mariloup Wolfe, Samuel Landry et Rosalee Jacques, de jeunes comédiens qui ont tous une longue feuille de route dans leur carrière. Dans les rôles d’adultes, on retrouve Marina Orsini, Guy Jodoin, Louis-Philippe Dandenault, Sylvie Moreau, Paul Doucet ainsi que Danièle Lorain.

 

 

 

 

Le Québec honore ses artistes !

 

  Comme c’est chaque année la tradition, juste avant la Fête Nationale, plusieurs personnalités impliquées dans leur milieu sont décorés de l’Ordre National du Québec, par le premier ministre de la province, lors d’une cérémonie à l’Assemblée Nationale. Cette année, comme chaque année, quelques artistes ont eu l’honneur de recevoir cet hommage des mains de Jean Charest. C’est René Angélil, l’imprésario de la chanteuse Céline Dion, qui a reçu l’honneur le plus important en étant nommé Officier de l’Ordre National du Québec. La journaliste Céline Galipeau, présentatrice du « Téléjournal » à Radio-Canada, a elle aussi reçu le même titre. Les autres artistes honorés en ce 17 juin ont été nommés Chevalier de l’Ordre National. Parmi eux, citons la danseuse et chorégraphe Margie Gillis, le pianiste Alain Lefèvre, le cinéaste Jean-Claude Labrecque ainsi que le comédien Gilles Latulippe, qui compte plus de 50 ans de carrière.

 

 

 

 

Michèle Richard chez les peintres !

 

  Les frasques de Michèle Richard sont devenues aussi célèbres que les grands succès de sa carrière. Pourtant, cette fois-ci, c’est bien malgré elle qu’elle a suscité une controverse. Certains artistes peintres n’ont pas apprécié qu’elle soit choisie porte-parole du Symposium de peinture Jean-Paul Lapointe présenté au Vieux-Port de Chicoutimi. Ces trois ou quatre protestataires ont donc choisi de quitter le symposium en prétextant que si la chanteuse était porte-parole de l’événement, celui-ci perdait de son caractère élitiste. Le président du comité organisateur de l’événement, Jean-Guy Maltais, a justement précisé que Michèle Richard avait été choisi pour attirer un plus vaste public au lieu de présenter le symposium seulement pour une élite d’initiés. Michèle Richard elle-même a expliqué en conférence de presse qu’elle était aussi une artiste depuis 50 ans, tout comme son père a été artiste pendant 50 ans, et qu’elle aimait les arts sous toutes ses formes. Elle a avoué humblement qu’elle n’était pas une grande peintre, mais qu’elle venait au symposium pour apprendre de ses confrères et consœurs artistes.

 

 

 

 

Raymond Berthiaume nous quitte !

 

  Une autre personnalité artistique québécoise vient de s’éteindre. Le chanteur Raymond Berthiaume a succombé à un cancer le 23 juin à l’Hôpital Sacré-Cœur de Montréal. Il avait 78 ans. Fils unique d’Albert Berthiaume et Cécile Lavoie, il avait vu le jour le 9 mai 1931. Dès son plus jeune âge, il apprend la musique, touchant à plusieurs instruments, dont le saxophone, la clarinette et la batterie. En 1948, il forme le groupe Les Three Bars avec Roger Gravel et Fernand Thibault qui se spécialise dans la musique instrumentale de style « cocktail lounge ». C’est un patron de cabaret qui leur demande d’incorporer des pièces chantées à leur répertoire. Avec sa voix de velours, Raymond Berthiaume devient l’un de nos grands crooners des années 50. Ils obtiennent un énorme succès sur disque et sur scène avec la chanson « N’oublie jamais », devenu une pièce incontournable de l’époque des cabarets des années 50. En 1959, les Three Bars se séparent et Raymond Berthiaume poursuit sa carrière en solo. En plus de travailler comme choriste sur les disques de plusieurs artistes québécois, il se taille une place enviable avec des succès comme « Un monde avec toi » et « Parle plus bas » tiré du film « Le parrain ». Il réussit même à remporter le trophée du meilleur chanteur populaire lors du Gala des Artistes de 1968. Au début des années 70, il chante en duo avec France Castel à l’émission de Claude Blanchard. Sans être une grande star, il continue d’œuvrer dans le milieu de la musique par la suite, soit comme chanteur occasionnel, soit comme arrangeur d’albums. En 2002, il participe à une tournée d’artistes vétérans organisée par Roger Sylvain. Il partage alors la vedette avec Monsieur Pointu, Rosita Salvador, Pierret Beauchamps, René Caron et Clairette Oddera. Il lance son dernier album en 2007, un disque composée de chansons originales écrites avec sa fille Lorraine et Pat DiStasio. Il laisse dans le deuil son épouse Hélène Larose, qu’il avait marié le 31 janvier 1953, ainsi que leurs deux enfants Lorraine et Pierre.

 

 

 

 

« Les retrouvailles » : C’est fini !

 

  Une institution de la télévision disparaît. Après 12 ans à l’antenne de TVA, la série « Les retrouvailles » animée par Claire Lamarche ne reviendra pas en ondes. C’est une mésentente entre le diffuseur et l’équipe de production qui est à l’origine du non-renouvellement de l’émission. Claire Lamarche s’est montrée déçue de la disparition de cette série qu’elle a littéralement mise au monde et qui représentait, en quelque sorte, un service à la population. Chaque année, des gens de tous les milieux retrouvaient des proches avec qui ils avaient perdu contact grâce au travail de recherche de l’équipe de l’émission, mais aussi de la population en général qui pouvait fournir des informations. Certains ont parfois décrié l’exploitation de l’émotion humaine de cette série au profit d’une série télévisée, mais Claire Lamarche s’est toujours défendu de faire preuve de sensationnalisme, contrairement à certaines séries américaines. De son côté, TVA a exprimé sa fierté d’avoir été associé aux « Retrouvailles » pendant douze ans.

 

 

 

 

La Fête Nationale : Une voix qui porte !

 

  Comme chaque année, la Fête Nationale du Québec a été l’objet de multiples réjouissances partout dans la belle province. La fête a débuté le soir du 23 juin sur les Plaines d’Abraham à Québec où Guillaume Lemay-Thivierge a animé ce rassemblement d’envergure sous le thème « Une voix qui porte ». Sur scène, Louise Forestier, qui a vu bien d’autres St-Jean, a côtoyé de jeunes artistes comme Annie Villeneuve, Yann Perreau et Catherine Major. Alfa Rococo, Richard Séguin, Daniel Boucher et Mara Tremblay faisait également partie de la fête. À Montréal, dans l’après-midi du 24 juin, le défilé des géants avait lieu pour une deuxième année consécutive. Dans le défilé, en plus des statues géantes de Fanfreluche (Kim Yaroshevskaya) et de Félix Leclerc, on a pu voir défiler en personne la chanteuse Renée Martel, ainsi que les porte-paroles des festivités 2009, la comédienne Marie-Chantal Perron et l’animateur Boucar Diouf. Là où la fête s’est gâtée, c’est le soir du 24 juin au Parc Maisonneuve à Montréal. Le spectacle animé par Guy A. Lepage était moins rassembleur que ceux auxquels nous avait habitué Normand Brathwaite par le passé. Les propos de Guy A. Lepage visaient beaucoup trop les gens de Montréal au détriment de ceux des régions. Le spectacle était quand même bon et mettait en vedette la Bottine Souriante, Karkwa, Ariane Moffatt, Marie-Mai, Florence K, Zébulon et un Éric Lapointe plus en forme que jamais. Un discours patriotique a été livré par la comédienne Suzanne Clément qui n’a malheureusement pas su transmettre la fibre nationaliste à son auditoire. En voulant y mettre trop d’émotion, la comédienne a noyé son propos. Vivement qu’on la retrouve dans le rôle de Sophie Paquin où elle semble davantage à l’aise.

 

 

 

 

Farrah Fawcett a perdu son combat contre le cancer !

 

  L’actrice Farrah Fawcett a finalement perdu son combat contre un cancer anal le 25 juin. Elle avait 62 ans. Même si on s’attendait à une telle nouvelle, les fans ont été terriblement attristés d’apprendre que c’en était réellement fini pour celle qui a connu son heure de gloire à la fin des années 70 dans la série « Drôles de dames ». Née le 2 février 1947, elle avait débuté sa carrière dans des publicités. Elle joue dans plusieurs téléfilms avant de recevoir une proposition intéressante du producteur Aaron Spelling : il lui offre le rôle de Jill Munroe dans « Drôles de dames ». Elle devient instantanément une superstar. L’une des photos de cette époque, la montrant en maillot rouge, une jambe repliée, devient dès lors l’une des affiches les plus vendues au monde. Elle ne joue dans la série qu’une seule saison, mais déjà, elle est passée à l’histoire. Ses histoires d’amour contribuent également à perpétuer son mythe de sex-symbol. En 1973, elle épouse l’acteur Lee Majors, vedette de la série « L’homme de six millions ». Après sa rupture de celui-ci, en 1982, elle fréquente une autre star du cinéma, Ryan O’Neil, qui lui donne un fils Redmond. Ce dernier purge présentement une peine d’emprisonnement pour trafic de stupéfiants et n’a donc pas pu accompagner sa mère dans ses derniers moments. Farrah et Ryan s’étaient séparés, mais avaient récemment repris la vie commune. Ayant appris la maladie de Farrah, Ryan O’Neil était revenu auprès d’elle pour l’aider à affronter cette épreuve. Il l’avait d’ailleurs demandée en mariage quelques jours avant sa mort.

 

 

 

 

Michael Jackson (1958-2009) : Victime d’un arrêt cardiaque !

 

  La nouvelle a eu l’effet d’une bombe partout dans le monde : le chanteur Michael Jackson a succombé à un arrêt cardiaque le 25 juin à 14h26 exactement, heure où l’on a cessé toute manœuvre de réanimation. Il avait 50 ans. Plus tôt en après-midi, il s’était effondré subitement à sa résidence de Neverland. Un médecin était vraisemblablement sur place et n’a rien pu faire pour sauver la méga-star qui a été conduite à l’Hôpital Ronald-Reagan (UCLA) de Los Angeles. Pendant plus d’une heure, une équipe médicale a tenté de le ramener à la vie, mais qui a dû se rendre à l’évidence qu’il était trop tard. C’est son frère, Jermaine Jackson, qui a annoncé la terrible nouvelle aux médias lors d’un point de presse. Il a été très bref dans son commentaire et a demandé aux journalistes de respecter l’intimité de la famille. Dès les premières rumeurs annonçant son décès, des centaines de fans se sont réunis autour de l’hôpital et ont assisté plus tard au transfert en hélicoptère du corps du chanteur vers le bureau du coroner où on tentera de faire la lumière sur les circonstances de son départ. On dit par contre qu’il était devenu accroc à la morphine et autres substances dérivés. Il aurait même eu l’injection de substances intraveineuses inconnues pour le moment. À l’instar d’autres superstars décédées prématurément, comme Marilyn Monroe et Elvis Presley, Michael Jackson entre maintenant dans la légende et fera l’objet de différentes interprétations de sa mort au cours des prochaines années, c’est assuré.

 

 

 

 

Michael Jackson a révolutionné la musique !

 

  Tous les éléments étaient réunis pour que Michael Jackson passe à l’histoire de la musique et devienne l’un des grands noms de cette industrie. Il était né le 29 août 1958. Enfant vedette, il a débuté dans le métier à l’âge de 11 ans, à la fin des années 60, avec ses frères au sein du groupe Jackson Five. Déjà, il volait la vedette à ses frangins en interprétant notamment « ABC ». C’est à la fin des années 70 qu’il entreprend une carrière solo en lançant l’album « Off The Wall ». C’est le succès, mais c’est encore bien peu par rapport à ce qui va venir. En 1982, il lance l’album « Thriller » qui devient le plus grand succès de l’histoire de la musique. Avec des chansons comme « Beat It » et « Billie Jean », l’album bat des records de ventes absolus et dépasse les 100 millions d’exemplaires. Le disque marque également le début d’une collaboration avec Paul McCartney avec qui il chante « The Girl Is Mine » et plus tard « Say, say, say ». La chanson « Thriller » fera aussi l’objet d’un vidéoclip historique d’une vingtaine de minutes, un genre de mini-film. Le vidéo est présenté en boucle à la télé dès sa sortie. La compagnie Coca-Cola profite de la popularité de Jackson pour lui faire enregistrer une publicité devenue historique, pub télé qui dure une minute 30 secondes. Vedette prédominante des années 80, il co-écrit en 1985 la chanson « We Are The World » enregistrée par un collectif d’artistes américains au profit de la famine en Éthiopie. Puis, suivent « Bad », « Black or White » et combien d’autres qui se vendent bien, mais sans atteindre les sommets de « Thriller ». Dans les années 90, les déboires personnels prennent le dessus sur la carrière et la star est considérée comme déchue. Il désirait relancer sa carrière et devait débuter une tournée mondiale à Londres le mois prochain. Récipiendaire de plusieurs Grammy Awards, il avait été nommé artiste du millénaire lors des World Music Awards en 200 et intronisée au Rock’n’Roll Hall of Fame en 2001.

 

 

 

 

Michael Jackson : Une vie personnelle controversée !

 

  Si Michael Jackson est connu comme « le roi de la pop », sa vie personnelle n’avait rien de très royale. Né dans une famille perturbée par la violence, il commence très tôt à faire parler de lui dans les magazines à potins. En plus de partager la scène avec ses frères, ses sœurs LaToya et Janet deviennent également des personnalités publiques médiatisées. Au sommet de sa carrière, il fait preuve d’originalité avec son gant brillant unique, ses bas blancs et le « Moonwalk », pas de danse à reculons qu’il popularise. Avec sa fortune, il achète une villa munie d’un parc d’attractions et accueille des enfants chez-lui. Cette promiscuité inhabituelle le conduit à des accusations d’agressions sexuelles en 1993 et en 2005. La justice le lave toutefois de toute accusation, bien que les médias apprennent qu’il a conclu une entente monétaire avec les parents de ces enfants. En 1994, coup de théâtre : il annonce son mariage avec Lisa-Marie Presley, l’héritière du chanteur Elvis Presley. Cette union sera de courte durée mais fera vendre beaucoup de journaux qui tentent de faire la lumière sur la vie intime du chanteur. C’est en 1997 qu’il fonde sa propre famille en épousant Debbie Rowe, une infirmière, qui lui donnera deux enfants, Prince Michael Junior et Paris Michael Katherine Jackson. En 2001, il devient le père d’un troisième enfant, Prince Michael II, dont l’identité de la mère demeure confidentielle encore aujourd’hui. En 2002, alors qu’il est de passage dans un hôtel de Berlin, une foule l’acclame. Michael apparaît à la fenêtre en présentant son plus jeune fils au public en le balançant dans le vide par cette fenêtre. Ce geste fera l’objet de nombreuses réprimandes dans les médias. La mort de Michael Jackson dans des circonstances nébuleuses fera également, sans aucun doute, les choux gras de la presse artistique au cours des prochains mois, voire même des prochaines années.

 

 

 

 

Le Festival de Jazz se paye Stevie Wonder !

 

  Le Festival international de Jazz de Montréal entamait sa trentième édition le 30 juin. Pour commencer en grande cette édition anniversaire, on avait invité le chanteur américain Stevie Wonder. Stevie Wonder inaugurait par la même occasion la nouvelle scène General Motors, bâtie au coût d’un million de dollars dans le nouveau quartier des festivals à Montréal. Une foule imposante s’était déplacée pour l’écouter malgré un temps gris et mouillé. Et il n’a pas déçu le public présent. Icône de la musique noire américaine, Stevie Wonder a profité de sa tribune pour rendre hommage à Michael Jackson décédé quelques jours plus tôt. Plus tôt en après-midi, l’équipe du Festival lui avait remis le Prix Spirit pour l’ensemble de sa carrière, un honneur que Paul Simon, Bob Dylan et Leonard Cohen s’étaient mérité par les années passées.

 

 

 

 

Jacques Fauteux emporté par le cancer !

 

  La mort n’en finit plus de nous ravir des personnalités depuis le dernier mois. Cette fois, c’est l’ancien animateur Jacques Fauteux de nous quitter, victime du cancer à l’âge de 76 ans. Il s’est éteint le 30 juin à l’Hôpital Général de Montréal. Né en 1933, Jacques Fauteux a été pendant de nombreuses années associé aux émissions de Radio-Canada, étant tour à tour animateur remplaçant à « Point de mire » et « Tous pour un ». Il s’est plus particulièrement fait connaître du grand public comme co-animateur du talk-show « Appelez-moi Lise » aux côtés de Lise Payette. Avec madame Payette, il a aussi animé les célèbres galas du plus bel homme du Canada dans les années 70. « Appelez-moi Lise » garda l’antenne à Radio-Canada de 1972 à 1975. Ardent défenseur de la langue française, il a terminé sa carrière en faisant du doublage et en prêtant sa voix grave à des vidéos corporatives. Jacques Fauteux avait été marié à la comédienne Gisèle Mauricet, bien connu pour son rôle de « Rosa-Rose dans « Les belles histoires des pays d’en haut » et qui avait aussi joué dans la série pour enfants « Grujot et Délicat ». Avec elle, il avait eu un fils, Nicolas.

 

 

 

 

Le carnet social !

 

Bravo aux tourtereaux !

- La comédienne Bianca Gervais est amoureuse de Sébastien Diaz, chroniquer à l’émission estivale « Sucré salé ».

- Denis Lévesque, animateur à LCN, est amoureux de l’animatrice radio Pascale Wilhelmy.

 

 

Aux heureux parents !

- Le chanteur Steve Veilleux, du groupe Kaïn, qui est devenu papa pour la deuxième fois alors que sa conjointe, Audrey, a donné naissance à un garçon, Éloi, le 1er juin.

- Le 18 juin, le comédien et animateur Jici Lauzon est devenu papa d’une fille de 8 lbs et 8 oz prénommée Maya. La maman, Fannie Daoust, se porte bien.

 

 

Sincères condoléances !

- À l’actrice Mia Farrow, pour le décès de son frère Patrick Farrow, qui s’est suicidé à 66 ans le 15 juin.

 

 

Sincères félicitations !

- À l’animatrice Suzanne Lapointe qui a été décorée de l’Ordre du Canada par la Gouverneure Générale Michaëlle Jean.

- À l’animateur Pierre Pagé qui fête ses 30 ans de radio.

- Au chanteur country Georges Hamel qui a reçu le 11 juin la Médaille de l’Assemblée Nationale des mains de la ministre de la culture Christine St-Pierre pour l’ensemble de sa prolifique carrière.

- Au chanteur Bernard Lachance qui a présenté son spectacle à Chicago le 6 juin avec beaucoup de succès.

- À la chanteuse Ima qui a reçu un disque d’or pour la vente de 40 000 copies de son album « À la vida ».

 

 

Prompt rétablissement !

- Toutes nos pensées vont à l’animatrice Chantal Jolis qui a dû abandonner son émission de radio sur Espace Musique après avoir appris qu’elle souffrait de la maladie de Parkinson.

- Au chanteur Mario Pelchat qui souffre de fracture à deux vertèbres.