Janvier 2008

Retour à la page d’accueil

 

 

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

Un deuxième Bye-Bye » réussi pour RBO !

L’ouverture du 400ième de Québec déçoit !

Robert L’Herbier (1921-2008) : Un géant pour notre culture !

« La fureur » met fin à 10 ans de succès !

Chantal Lacroix pourrait perdre beaucoup d’argent !

Michel Conte meurt à 75 ans !

La réhabilitation des Lavigueur !

Un deuxième départ pour « Tout sur moi » !

Daniel Hétu n’est pas passé au travers !

Les Daraîche pleurent leur mère !

Daniel Hétu salué pour la dernière fois !

Chantal Fontaine quitte « Virginie » !

Carlos emporté par une courte maladie !

Funérailles sobres pour Marcel St-Germain !

Heath Ledger et Brad Renfro : Des décès similaires !

Problèmes d’immigration pour Roger Tabra !

Prix Génie : Encore une bonne cuvée québécoise !

Décès de Christian Brando !

Marc Labrèche encore plus près de son public !

Maxime Denommée fait face à « La belle empoisonneuse » !

Le carnet social !

Les nouveautés sur Star Québec !

 

 

 

 

 

L’ouverture du 400ième de Québec déçoit !

 

L’année 2008 marque le 400ième anniversaire de fondation de la ville de Québec. Pour débuter l’année, on avait convié la population à un spectacle d’ouverture prometteur qui se déroulait en plein-air, à la Place d’Youville dans le Vieux Québec. Des artistes de renom comme Stéphane Rousseau, Claire Pelletier, Florence K., Grégory Charles, Pascale Picard et Bruno Pelletier se sont partagés la scène dans un spectacle mis en scène par Denis Bouchard. Débutant à 23h15, c’est avec les artistes sur scène que le public pouvait défoncer l’année et entrer de plein pied dans l’année du 400ième. Si plusieurs voyaient déjà ce spectacle comme un événement historique, leur espoir fut de courte durée. La majorité des gens présents ont été plutôt déçu par ce spectacle. Certains s’attendaient à une longue fête alors qu’en fait, le tout n’a duré qu’une petite heure. Une autre critique qui revient souvent, c’est le manque d’espace pour les dizaines de milliers de personnes présentes. Certains n’ont même pas eu accès à la Place d’Youville devant l’importance de la foule évaluée à 50 000 personnes. Même pour ceux qui regardaient les fêtes à la télévision, il y avait des longueurs. Le spectacle était diffusé sur ARTV en direct et sur Radio-Canada en différé, après le « Bye-Bye ».

 

 

 

 

« La fureur » met fin à 10 ans de succès !

 

Depuis 10 ans, l’émission de variétés « La fureur » était devenue un classique de la télévision. Pour la dernière fois, les deux animateurs principaux, Véronique Cloutier et Sébastien Benoît, ont mis leurs talents en commun pour présenter une dernière « Fureur » en direct de Québec. L’émission du 31 décembre voulait ainsi souligner l’ouverture des fêtes du 400ième anniversaire de la Vieille Capitale. Sébastien Benoît avait le cœur gros de quitter cette émission qu’il animait avec brio depuis le départ de Véronique Cloutier. Cette dernière a donné naissance à « La fureur » au Québec en animant l’émission pendant les cinq premières années. Les chansons du jour de l’an étaient à l’honneur, il va s’en dire, comme « Mon Joe » de Paul Piché, repris à la façon de Jean-François Breau et Marie-Ève Janvier. Au fil des ans, « La fureur » était l’endroit par excellence de promotion pour la chanson québécoise.

 

 

 

 

Un deuxième « Bye-Bye » réussi pour RBO !

 

Pour une deuxième année consécutive, RBO a fait du « Bye-Bye » l’un des moments marquants de l’année en télévision. 3,8 million de personnes étaient devant leur téléviseur pour les voir déblatérer sur les personnalités marquantes de l’année. Si les critiques ont parlé d’un « Bye-Bye » moins drôle et plus politisé, le public, lui, a aimé l’humour grinçant des quatre gars qui s’en sont donné à cœur joie dans les parodies de chanteurs, de politiciens et de séries télévisées. Les moments les plus forts selon les téléspectateurs, c’est sans doute la parodie de Julie Snyder, animatrice du « Banquier » devenu « Le caissier ». Pour imiter Julie, on avait fait appel à une artiste invitée, Véronique Cloutier. Une autre artiste invitée, la comédienne Julie Perreault, a littéralement volé la vedette dans son interprétation de France Beaudoin à « Bons baisers de France ». Parodiant la série « Les hauts et les bas de Sophie Paquin », on a pu assister à la déchéance de Myriam Bédard, subjuguée par son conjoint. Et que dire de ce sketch où les candidats au poste de chef du Parti Libéral du Canada devaient s’affronter à « Loft story ». Un sketch où Mario Dumont fait son entrée à l’Assemblée Nationale avec ses jeunes députés ainsi que des imitations de Lise Thibault et de Pauline Marois ont aussi beaucoup amusé le public. Le coup de minuit a été marqué par une parodie du groupe Mes Aïeux, peu de temps après que les artistes originaux aient rejoint leur copie.

Consultez notre dossier spécial sur les « Bye-Bye » !

 

 

 

 

Robert L’Herbier (1921-2008) : un géant pour notre culture !

 

L’année 2008 commence bien tristement pour la colonie artistique québécoise. Le 1er janvier, l’ancien chanteur devenu gestionnaire Robert L’Herbier est décédé à la suite d’une longue maladie à la Cité de la santé de Laval. Il avait 86 ans. Né à Lévis, près de Québec, il avait fait ses débuts dans le milieu de la chanson à la fin des années 30 alors que son oncle, Fernand Perron, jouissait déjà d’une certaine renommée. Les années 40 seront des années d’or pour celui qui prend le nom de Robert L’Herbier puisque sa popularité croît sans cesse. Il se fait connaître grâce au grand succès de ses chansons « Rita » et « Ton petit kaki » en 1942, à l’époque de la guerre. Son mariage avec la chanteuse Rolande Désormeaux contribuera grandement à l’essor de sa carrière, puisque le couple devient le point de mire du public dans notre industrie culturelle naissante. Ils chantent en duo, se produisent sur scène ensemble et animent aussi « Rolande et Robert » à la télévision de Radio-Canada dans les années 50. Fort du succès de sa chanson « Heureux comme un roi », Robert L’Herbier reçoit la Médaille d’or de Radiomonde en 1946 et en 1948. Homme des grandes premières, Robert L’Herbier est le premier artiste québécois à enregistrer un 45 tours avec sa chanson « Fascination ». Il est aussi à l’origine du premier palmarès au Québec, dans la revue Radio 49 qu’il fonda avec Fernand Robidoux. En 1960, il réoriente sa carrière en devenant l’un des piliers de la direction de Télé-Métropole, une nouvelle station de télévision. Devant le vide laissé par le décès de son épouse en 1963, il gravit les échelons de Télé-Métropole, occupant plusieurs postes de prestige dont ceux de directeur des programmes et vice-président. Retiré en 1985, il demeure toutefois consultant pendant quelques années. Ayant refait sa vie en 1968, il laisse dans le deuil sa deuxième épouse Gabrielle ainsi que ses enfants Benoît et Emmanuelle.

 

 

 

 

Michel Conte meurt à 75 ans !

 

L’auteur compositeur Michel Conte, bien connu pour sa chanson « Évangéline », est décédé le 5 janvier à l’âge de 75 ans. Il a succombé à une crise cardiaque survenue alors qu’il se trouvait aux Îles Canaries, où il vivait depuis un certain temps déjà. Né en France, il était arrivé au Canada en 1950. Il entre au service de Radio-Canada où il travaille comme chorégraphe. Par la suite, il monte des comédies musicales et se lance dans la chanson, comme interprète, mais surtout comme auteur. Il écrit notamment des chansons pour Lucille Dumont, Monique Leyrac, Julie Arel et Renée Claude à qui il donne la chanson « Shippagan ». Son plus grand succès demeure « Évangéline », interprétée par Isabelle Pierre en 1971. La chanson fut reprise par Marie-Jo Thério au milieu des années 90, puis par Annie Blanchard de « Star Académie » qui en a fait la chanson de l’année au gala de l’ADISQ en 2006. Michel Conte avait quitté le milieu artistique dans les années 70 pour aller vivre aux Îles Canaries où il œuvrait comme thérapeute énergétique. Il créait tout de même des albums nouvel âge à l’occasion. En 2007, il avait lancé son autobiographie « Évangéline ou l’amour en exil ».

 

 

 

 

Chantal Lacroix pourrait perdre beaucoup d’argent !

 

À la fin du mois de décembre, nous avons appris que les problèmes financiers de la station de télévision TQS forçait la direction a se placer sous la protection de la loi sur l’entente avec les créanciers. L’une des personnes qui pourraient perdre un gros montant d’argent avec la faillite de TQS, c’est l’animatrice Chantal Lacroix à qui TQS doit 846 000$. Cette somme lui est due en tant que productrice de l’émission « 90 minutes de bonheur » dont elle est aussi l’animatrice. On croit même que si Chantal Lacroix devait perdre ce montant, c’est tout sa compagnie de production, les Productions Kenya, qui seraient engloutie, comme quoi les répercussions sont grandes. Depuis environ 15 ans, Chantal Lacroix est l’animatrice vedette de TQS, puisqu’elle anima à leur antenne des émissions ayant connu une certaine popularité comme « Partis pour l’été » et « Donnez au suivant ». Par ailleurs, la production de certaines émissions diffusées à TQS a aussi été interrompue en attendant de savoir ce qui adviendra de la station. C’est le cas notamment de « 450 chemin du Golf » et « Bob Gratton, ma vie, my life ».

 

 

 

 

Un deuxième départ pour « Tout sur moi » !

 

Pour une seconde saison, la vie de la comédienne Macha Limonchik est exposée, dans ses vérités comme dans sa fiction. N’allez pas chercher à savoir ce qui est vrai et ce qui ne l’est pas, il suffit de se laisser porter par l’action. Pour ce retour, Macha Limonchik est toujours entourée de ses meilleurs amis, Valérie Blais et Éric Bernier. Plusieurs artistes invités joindront l’intrigue au cours des prochaines semaines, ne faisant que passer lors d’un épisode. C’est ainsi que nous pourrons voir défiler Normand Daneau, Paul Buissonneau, Pascale Montpetit, Janette Bertrand, Vincent Graton et Pierre Lapointe. La première saison de « Tout sur moi » avait été présentée à l’automne 2006.

 

 

 

 

La réhabilitation des Lavigueur !

 

Dans les années 80, l’histoire de la famille Lavigueur a beaucoup fait jaser. Famille modeste, peu fortunée, ils devenaient soudain les gagnants du plus gros montant gagné à la loto par des Québécois. Par la suite, leur vie ne fut pas des plus faciles : chicane de famille, pertes d’argent et décès de certains membres de la famille dans des circonstances tragiques. Radio-Canada présente depuis le 8 janvier une série racontant « Les Lavigueur : la vraie histoire ». Mettant en vedette Pierre Verville, Laurence Leboeuf et Sophie Cadieux, le premier épisode nous a montré le bonheur d’une famille bien ordinaire et très unie, avant de gagner le gros lot, une image qui cadre mal avec l’existence misérable qu’on a toujours associée aux Lavigueur. Malgré quelques anachronismes, les faits rapportés semblent bien plausibles. Aussi, on est en droit de se demander qui étaient vraiment les Lavigueur : la famille presque angélique qu’on découvre dans cette série ou ceux que les journalistes nous ont dépeint lorsqu’ils ont fait la manchette en 1986 ? Les prochains épisodes nous aideront peut-être à nuancer un peu notre perception, sachant fort bien que la véritable histoire des Lavigueur se trouve probablement quelque part entre les deux pôles qu’on nous a offerts. Le jeu des comédiens est splendide et l’émotion sait toucher les téléspectateurs, faisant de la série « Les Lavigueur » l’un des moments forts de la rentrée d’hiver à la télévision.

 

 

 

 

Les Daraîche pleurent leur mère !

 

Dans le milieu de la musique country, le nom de Daraîche est l’un des plus connus depuis 40 ans déjà. Julie et Paul Daraîche sont reconnus comme de véritables pionniers dans les cabarets country de toute la province de Québec. Le cœur n’est pas à la joie par les temps qui courent puisque les deux artistes viennent de perdre leur mère. Le 7 janvier, madame Marie-Rose Daraîche (née Aubut) a rendu l’âme à 95 ans à l’Hôpital de Chandler en Gaspésie. C’est une double pneumonie qui a eu raison de la dame, veuve de Daniel Daraîche. Outre Julie et Paul, la femme laisse pour la pleurer sept autres enfants : Rose, Simone, Fernande, Antonio, Léonard, Daniel et Sylvio. Elle laisse également 79 petits-enfants et arrières-petits-enfants, parmi lesquels on retrouve également les chanteuses Dani et Katia Daraîche. Ses funérailles ont été célébrées en l’église St-Adélaïde de Pabos en Gaspésie.

 

 

 

 

Daniel Hétu n’est pas passé au travers !

 

Le mois de décembre fut difficile pour la famille et l’entourage du chanteur et musicien Daniel Hétu. L’artiste de 57 ans n’aura toutefois pas pu échapper à son destin. Il a rendu l’âme, tard en soirée, le 8 janvier à l’Hôpital St-Luc de Montréal. Il avait été hospitalisé le 4 décembre 2007 à la suite d’une hémorragie gastrique. Opéré d’urgence, il fut pendant 48 heures dans le coma et avait même récupéré par la suite. Il fut victime d’une seconde hémorragie le 28 décembre. Opéré de nouveau, l’hémorragie reprit de plus belle 12 heures plus tard. Cette fois, elle fut plus violente et il tomba dans le coma pour ne plus jamais en ressortir. Enfant de la balle, né le 1er décembre 1950, Daniel Hétu était le fils du célèbre organiste Lucien Hétu. Dès l’âge de 4 ans, il apprend le piano avec pour professeur André Mathieu. En 162, il n’a que 11 ans lorsqu’il enregistre son premier 45 tours à l’orgue, « La parade des soldats de bois », qui lui vaut un Grand Prix du Disque Canadien dans la section enfantine. À la fin des années 60, il étudie la musique à l’École Vincent d’Indy et apprit les orchestrations avec Neil Chotem. En 1971, il remporte le concours international d’orgue Yamaha au Japon. À son retour, sa renommée est maintenant acquise et il travaille sur les arrangements et les accompagnements d’artistes comme René Simard, Renée Martel, Patsy Gallant, Aimé Major, Renée Claude, Édith Butler et Ginette Reno. Il fut aussi chef d’orchestre dans les émissions de variétés les plus populaires des années 70 et 80, dont « Les coqueluches », « Michel Jasmin », « Les tannants » et « Montréal en direct » où sa complicité avec Pierre Marcotte a marqué la télévision. D’ailleurs, lors des « Tannants », Marcotte en avait fait un sex-symbol pour les québécoises en lui cherchant une femme à marier. En 1977, il se lance dans la chanson. Le succès est instantané grâce à la ballade « Je t’attendais » qui se vend à plus de 100 000 copies. Par la suite, il enregistre encore quelques albums où certaines chansons se démarquent, comme « Je cherche une fille » et « Amoureux de tes yeux ». Cependant, rien n’égale le succès de « Je t’attendais » qui fut d’ailleurs honorée lors du gala de la SOCAN en 1999. Moins présent sur disque et à la télé au cours des dernières années, Daniel Hétu n’en était pas moins toujours actif, travaillant surtout dans l’ombre. Il laisse dans le deuil sa conjointe Diane Juteau, productrice, qu’il avait épousée en 1992.

 

 

 

 

Chantal Fontaine quitte « Virginie » !

 

C’est une grosse nouvelle qui nous est parvenue lorsqu’on a appris que la comédienne Chantal Fontaine quittait son personnage de Virginie Boivin dans le téléroman quotidien « Virginie ». Malgré l’importance de la nouvelle, ce n’était pas vraiment une surprise. Depuis le début de l’automne, Chantal Fontaine jouait dans moins d’épisodes qu’avant. De plus, la venue d’un nouveau personnage prénommé Virginie, (Virginie Charest jouée par Stéphanie Crête-Blais), avait permis de lancer des rumeurs concernant l’éventuel départ de Chantal Fontaine. C’est donc au mois d’avril que nous la verrons jouer son personnage pour la dernière fois, après 12 ans de succès. Chantal Fontaine espère ainsi prendre davantage pour elle et pour ses projets personnels, dont l’écriture d’un film.

 

 

 

 

Funérailles sobres pour Marcel St-Germain !

 

L’ancien membre du groupe humoristique Les Cyniques, Marcel St-Germain, a été salué une dernière fois par ses proches, le 12 janvier, lors d’une cérémonie qui s’est déroulée dans un salon funéraire de Brossard. On se rappelle que Marcel St-Germain est décédé le 28 décembre dernier à 68 ans. Pour lui dire au revoir, on comptait plusieurs personnalités de la classe politique ainsi que des artistes ayant côtoyé la vedette. Parmi eux, on comptait même des confrères de classe alors qu’il étudiait à l’Université de Montréal, soit l’ancien premier ministre Bernard Landry ainsi que le cinéaste Denys Arcand. Du côté des artistes présents, on s’attendait à la présence des trois autres membres des Cyniques, Marc Laurendeau, Serge Grenier et André Dubois. Ce n’était pas tout, puisqu’on a pu remarquer la présence de l’humoriste Pierre Verville, le chanteur Pierre Létourneau et le cinéaste Jacques Godbout pour qui Marcel St-Germain a joué dans le film « Ixe-13 ». Chez les politiciens, notons la présence du député Serge Ménard et de Christine St-Pierre, la ministre de la culture.

 

 

 

 

Daniel Hétu salué pour la dernière fois !

 

C’est le 12 janvier, au salon funéraire Urgel Bougie de la rue Beaubien à Montréal, que parents et amis sont venus rendre un dernier hommage au pianiste et chanteur Daniel Hétu décédé quelques jours plus tôt à l’âge de 57 ans. La tristesse pouvait se lire sur les visages de ceux qui étaient présents à commencer par l’animateur Mario Lirette, ami de Daniel Hétu depuis l’émission « Les tannants ». Le chanteur et animateur Serge Laprade n’a pas voulu rater cette occasion de remercier une dernière fois celui avec qui il a fait de nombreuses tournées. La chanteuse Claude Valade était également sur place. Emporté par une hémorragie digestive, Daniel Hétu est décédé le 8 janvier, presque 18 ans jour pour jour après le décès de son célèbre père, l’organiste Lucien Hétu. Ce dernier, on s’es rappelle, est mort le 10 janvier 1990. Quant à Daniel Hétu, il laisse dans le deuil sa conjointe Diane Juteau, sa fille Dina, sa petite-fille Léa ainsi que sa belle-fille Annie-Kim.

 

 

 

 

Carlos emporté par une courte maladie !

 

Le music-hall français n’est pas épargné en ce début d’année puisque l’un de ses plus colorés personnages, le chanteur Carlos, vient de s’éteindre, le 17 janvier, après un foudroyant cancer diagnostiqué il y a à peine deux mois. Il avait 64 ans. Carlos, c’était l’image de la joie de vivre avec son ventre rond, sa barbe, ses chemises à fleurs et ses colliers hawaïens. Fils de la psychanalyste Françoise Dolto, rien ne le prédisposait pourtant à tant de fantaisie. Il débute dans les clubs comme danseur et tourne dans quelques films avant de connaître la gloire comme chanteur dans les années 70. Habitué des hit parade, il accumule les disques d’or avec des succès comme « Senor Météo », « Y’a des indiens partout », « Rosalie », « Tout nu, tout bronzé » et « Big Bisou ». En 1996, il devient le héros d’un dessin animé, « Les aventures de Carlos ». Lors des dernières élections présidentielles, il avait soutenu la candidature de Nicolas Sarkozy. C’était quelques semaines à peine avant qu’il apprenne la nouvelle de sa terrible maladie.

 

 

 

 

Problèmes d’immigration pour Roger Tabra !

 

Roger Tabra est une référence si importante pour la culture québécoise qu’on a tendance à oublier qu’il n’est pas citoyen canadien. Immigration Canada s’est chargé de nous le rappeler ces derniers jours alors qu’ils ont contraint le célèbre parolier à retourner dans son pays d’origine, la France, pour demander le renouvellement de son visa de travail au Canada. Ces démarches pourraient l’obliger à demeurer en Europe pour une période variant de trois semaines à trois mois. De plus, Roger Tabra n’était pas bien de sa santé au moment de son extradition. Une proche collaboratrice a précisé aux médias qu’il était malade au point d’avoir de la difficulté à se rendre à l’aéroport. La nature de sa maladie n’a toutefois pas été rendue publique. Roger Tabra est un Algérien né en France. C’est en 1992 qu’il est arrivé au Canada pour la première fois. Il s’y est établi et a fondé une famille. Son fils, aujourd’hui âgé de 9 ans, a dû rester au Canada. Roger Tabra est devenu un parolier très recherché et il écrit des chansons pour de nombreuses vedettes du Québec, dont Isabelle Boulay et Éric Lapointe. Tabra est d’ailleurs un proche collaborateur d’Éric Lapointe pour qui il a écrit ses plus grands succès, dont « N’importe quoi » et « Mon ange ».

 

 

 

 

Marc Labrèche encore plus près de son public !

 

« 3600 secondes d’extase », c’est la nouvelle série humoristique de Radio-Canada animée par Marc Labrèche. La première de cette série a été présentée le 19 janvier. Chaque samedi, à 19h00, Marc Labrèche et son équipe se transportent dans le salon d’une famille québécoise pour enregistrer « 3600 secondes d’extase ». On peut donc ainsi dire que Marc Labrèche n’aura jamais été aussi près de son public. Avec son humour unique, Marc Labrèche livre ainsi une revue de l’actualité tout en humour, incluant des parodies de personnalités très en vue. En cette première semaine, on a eu droit à une parodie de l’émission « Le cercle » où Charles Lafortune était très accommodant envers les participants d’origine ethnique, un sujet chaud des derniers mois au Québec. Paul Houde et Bruno Blanchet sont des chroniqueurs réguliers de l’émission, le premier exprimant son commentaire en studio tandis que le second présente un reportage vidéo venu d’ailleurs. Lors de cette première, on a aussi pu compter sur la participation du chanteur Daniel Bélanger, donnant une entrevue bidon, et de l’humoriste Lise Dion qui s’est joint à la famille visitée, comme membre du public. La formule n’est pas sans nous rappeler « La fin du monde est à 7 heures » qui a connu son heure de gloire à la fin des années 90 à TQS. Marc Labrèche avait obtenu beaucoup de succès avec cette série. Le seul problème avec « 3600 secondes d’extase », c’est son heure de diffusion. Le samedi à 19h00, est-ce un moment propice pour ce genre de spectacle ? « La fureur » a réussi à se démarquer dans cette case horaire, voyons voir maintenant si Marc Labrèche arrivera à attirer le public.

 

 

 

 

Heath Ledger et Brad Renfro: Des décès similaires !

 

En l’espace de quelques heures, Hollywood a perdu deux jeunes acteurs dans des circonstances troublantes et similaires. Heath Ledger a été retrouvé sans vie dans son appartement par sa femme de ménage, le 22 janvier, dans son appartement de New York. Il avait 28 ans. Le 18 janvier, on avait aussi découvert le corps sans vie de Brad Renfro, âgé de 25 ans, chez-lui à Los Angeles. Des autopsies seront pratiquées, mais déjà, dans les deux cas, la consommation de drogues est le principal motif de décès envisagé. Et comme si les ressemblances entre les deux décès n’étaient pas déjà flagrantes, les deux acteurs avaient débuté leur carrière alors qu’ils étaient enfant. Heath Ledger n’avait que 12 ans lorsqu’il fit ses premiers pas au cinéma en 1992 dans « Clowning Around ». Natif d’Australie, c’est en 2000 qu’il tente sa chance pour la première fois. Il se taille rapidement une place sous le soleil hollywoodien et travaille sur des productions comme « Le patriote », « Les frères Grimm » et « Les seigneurs de Dogtown », mais c’est « Brokeback Mountain », en 2006, qui demeure son film le plus marquant. Pour son rôle de cowboy gai, il avait d’ailleurs été nominé comme meilleur acteur lors de la soirée des Oscars. Brad Renfro a lui aussi débuté sa carrière comme enfant vedette. À 11 ans, il jouait dans « Le client » aux côtés de Susan Sarandon et Tommy Lee Jones. Puis, on le voit grandir dans « Sleepers », « Ghost World » et « Bully ». En 2006, il avait été condamné à 3 ans de mise à l’épreuve pour possession d’héroïne. Les deux acteurs n’ont pas fini de jouer sur nos écrans, puisque dans les films prévus pour les prochains mois, on pourra voir Brad Renfro dans « The Informers ». Quant à Heath Ledger, il fera partie du film « The Dark Night ».

 

 

 

 

Prix Génie : Encore une bonne cuvée québécoise !

 

Si le cinéma québécois n’existait pas, le cinéma canadien serait beaucoup moins reluisant. Encore une fois cette année, les artistes et productions du Québec récoltent une large part des mises en nomination pour le prochain gala des Génie Awards. « J’ai serré la main du diable » et « Eastern Promises » sont les films favoris avec 12 nominations chacun. La vedette de ce film, Roy Dupuis, est d’ailleurs en nomination comme meilleur acteur tout comme Claude Legault (« Les trois petits cochons ») et Marc Labrèche (« L’âge des ténèbres »). Du côté des actrices, deux vedettes québécoises se disputent les honneurs, soit Anne-Marie Cadieux pour « Toi » et Béatrice Picard pour « Ma tante Aline ». Le ratio de vedettes québécoises atteint son apogée dans la catégorie des actrices de soutien alors qu’on y retrouve en nomination Fanny Mallette (« Continental, un fils sans fusil »), Véronique LeFlaguais (« Comment survivre à sa mère »), Laurence Leboeuf (« Ma fille, mon ange ») et Marie-Ginette Guay (« Continental, un film sans fusil »). Chez les hommes, on retrouve les noms de Guillaume Lemay-Thivierge (Les trois petits cochons ») et Gilbert Sicotte (« Continental, un film sans fusil »). Malgré les critiques acerbes, Denys Arcand est nomination comme meilleur réalisateur pour « L’âge des ténèbres ». Les films « Soie » et « Nitro » obtiennent aussi leur part de nomination. Le nom des gagnants sera connu le 3 mars.

 

 

 

 

Maxime Denommée fait face à « La belle empoisonneuse » !

 

Le cinéaste Richard Jutras vous invite à voir son premier long métrage, « La belle empoisonneuse », sorti sur nos écrans de cinéma le 25 janvier. Dans le rôle titre, on retrouve la pétillante Isabelle Blais. Pour lui faire face, Maxime Denommée tient le rôle d’un mycologue qui s’éprend d’une jeune femme qu’il tente désespérément de conquérir. L’éventuel couple connaîtra des aventures dignes des plus grandes tragédies grecques. Pour soutenir l’action, Isabelle Blais et Maxime Denommée peuvent compter sur le talent du grand Robert Lepage. On y retrouve aussi Isabelle Miquelon, Andrée Lachapelle, Benoît Gouin, Tanya Kontoyanni, André Melançon, Serge Houde et Steve Banner. Bien qu’il en soit à son premier long-métrage, Richard Jutras n’en est pas à ses premières armes au cinéma. On se rappelle qu’en 2003, il s’était mérité le Jutra du meilleur court-métrage.

 

 

 

 

Décès de Christian Brando !

 

Fils aîné de l’acteur Marlon Brando, Christian Brando est décédé le 26 janvier dans un hôpital de Los Angeles. Il avait 49 ans. Les premières informations laisse entendre qu’il aurait succombé à une pneumonie, mais la famille du défunt a réclamé une autopsie, prétendant que Christian Brando avait un sérieux problème de dépendance aux drogues, problème qui pourrait bien être à l’origine de son décès. Christian Brando a été rendu tristement célèbre au début des années 90 alors qu’il fut arrêté et condamné pour le meurtre de son beau-frère Dag Drolet, l’ami de sa sœur Cheyenne. Son décès met ainsi fin à cette page tragique de la vie de Marlon Brando puisque Cheyenne Brando s’est elle-même suicidée en 1995. Condamné en 1991 à 10 ans de prison, Christian Brando avait été libéré en 1996. Il s’était marié en 2004, quelques semaines à peine après le décès de son célèbre père.

 

 

 

 

 

Le carnet social !

 

Bravo aux tourtereaux !

 

- L’acteur Eddie Murphy s’est marié le 1er janvier avec la productrice de cinéma Tracey Edmonds.

 

Aux heureux parents !

 

- La comédienne Évelyne Gélinas est devenu maman du petit Florent.

- Naissance le 19 janvier d’un fils pour l’acteur Chris North, vedette des séries télévisées « Sex And The City » et « Law & Order ».

- Ancienne danseuse devenue juge à l’émission « Le match des étoiles », Geneviève Guérard est devenue maman le 18 janvier en donnant naissance à un beau gros garçon.

- Le 15 janvier, la comédienne Édith Cochrane et le comédien Emmanuel Bilodeau sont devenus les parents d’un garçon.

- La chanteuse Christina Aguilera a accouché d’un garçon, Max Liron, le 12 janvier.

- La comédienne Sophie Bourgeois, vedette des séries « C.A. » et « Ramdam » a accouché d’une petite fille, Charlie, le 2 janvier.

- L’actrice Nicole Kidman et le chanteur country Keith Urban attendent la venue d’un enfant pour les prochains mois.

 

Sincères condoléances !

 

- À 59 ans, l’acteur français Philippe Khorsand s’est éteint le 29 janvier. Il avait entre autre joué dans la série télévisée « Palace ».

- Sincères condoléances au comédien Alexis Martin pour le décès de son père, Louis Martin, survenu le 22 janvier à 72 ans. Louis Martin fut journaliste et animateur à la radio et à la télévision de Radio-Canada.

- Sincères condoléances au designer Jean Airoldi, animateur de l’émission télévisée « Airoldi pour une sortie », qui a eu la douleur de perdre sa mère. Carmelle Airoldi est décédée le 17 janvier à l’âge de 63 ans.

- Sincères condoléances à l’auteur compositeur interprète Claude Léveillée, dont le frère Jean est décédé subitement le 15 janvier à 80 ans.

Sincères félicitations !

- Sincères félicitations à l’actrice française Jeanne Moreau qui a fêté le 23 janvier son 80ième anniversaire de naissance en plus de fêter cette année ses 60 ans de carrière.

- À Mario Lirette qui fête ses 35 ans de carrière comme animateur de radio.

- L’actrice Elizabeth Montgomery, l’interprète de Samantha dans « Ma sorcière bien-aimée », a reçu son étoile du Hollywood Walk of Fame. Décédée à 62 ans en 1995, elle a reçu cet hommage à titre posthume.

- Les Schtroumpfs fêtent cette année leur 50 ans d’existence.

 

Nos pensées vous accompagnent !

- Après quatre ans de fréquentations, la chanteuse Émily Bégin et le chanteur et comédien Martin Rouette se sont séparés. Le couple s’était connu en 2003 lors de la première édition de « Star Académie ».

- La comédienne Hélène Bourgeois-Leclerc et le chanteur Richard Petit ont mis fin à près de trois ans de relation.

- Le guitariste Pascal Dufour quitte le groupe Les Respectables.

- L’actrice Robin Wright a demandé le divorce de l’acteur Sean Penn après 11 ans de mariage.

 

Prompt rétablissement !

- À l’humoriste Jean-Marc Parent qui se retrouve en repos forcé jusqu’en avril après avoir été victime d’un infarctus.

 

 

 

 

Les nouveautés sur Star Québec

 

L’année 2008 a commencé de bien triste façon pour la colonie artistique québécoise. Le 1er janvier, l’ancien chanteur et pionnier de la télévision Rober L’Herbier est décédé à l’âge de 86 ans. Connu pour ses chansons « Heureux comme un roi » et « Ton petit kaki », il a longtemps travaillé en duo avec son épouse, la chanteuse Rolande Désormeaux avant de devenir l’un des grands manitous de la direction de Télé-Métropole. En réaction à son décès, Star Québec lui a consacré une fiche bio.

 

À la fin du mois d’août 2007, Star Québec inaugurait sa nouvelle section, Le Coffre aux Souvenirs. On peut accéder à cette section via le site de Star Québec ou directement au http://coffreauxsouvenirs.ifrance.com/ . Pour le mois de janvier 2008, le Coffre aux Souvenirs a inauguré les fiches des artistes suivants :

 

- Rolande Désormeaux, chanteuse

- Daniel Hétu, chanteur et musicien

- Lucien Hétu, organiste

- Léo Ilial, comédien

- Jean-Paul Kingsley, comédien

- Claude Legault, auteur et comédien

- Claude Léveillée, chanteur et comédien

- Serge Thériault, comédien

- Huguette Uguay, comédienne

- Kim Yaroshevskaya, comédienne

 

Finalement, durant le mois de janvier, le Rallye de fin d’année 2007 de Star Québec a eu lieu. La grande gagnante fut Carmelle Croteau qui a choisi son prix, le DVD du film « Les trois petits cochons » de Patrick Huard. En deuxième place, Jocelyn Croteau a remporté le CD « Duos Dubois » de Claude Dubois. Finalement, le troisième prix est allé à Isabelle Dodier, qui s’est mérité le roman « Le bien des miens » de Janette Bertrand.

 

Nous tenons à remercier particulièrement les nouveaux lecteurs qui se sont joints à Star Québec au cours du mois. En janvier, Star Québec a connu un nombre record de visiteurs. 23 852 visites ont été faites sur le site au cours du mois. Merci à tous de votre support !