Septembre 2007

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

Luciano Pavarotti emporté par la maladie !

Des funérailles de prince pour Pavarotti !

Prix Gémeaux : La soirée Guy A. Lepage !

Prix Gémeaux : Le bonheur des vétérans !

Prix Gémeaux : Un clin d’œil à la carrière de Gilles Latulippe !

L’actrice Jane Wyman meurt à 93 ans !

Kevin Parent harcelé !

La France perd un grand artiste : Jacques Martin !

Rupture de Serge Postigo et Marina Orsini !

Le monde lyrique pleure Robert Savoie !

Véronique Cloutier n’a pas volé son retour !

« Soie », la plus douce de François Girard !

« Le banquier » fête les 40 ans de Julie Snyder !

Le succès de Pascale Picard est désormais confirmé !

Le mime Marcel Marceau est parti sans faire de bruit !

Paul Arcand donne dans la pilule !

50 fois bravo pour Michel Louvain !

Percy Rodriguez, le premier noir célèbre du Québec !

Patrice L’Écuyer vous lance un défi !

Éric Salvail remercie Dieu pour son succès !

Les nouveaux albums de septembre !

Les DVD du mois de septembre !

Le carnet social - septembre !

Les nouveautés sur Star Québec !

 

 

 

 

 

 

Luciano Pavarotti emporté par la maladie !

 

Le plus célèbre ténor au monde, Luciano Pavarotti, s’est éteint le 6 septembre à l’âge de 71 ans. Il souffrait d’un cancer du pancréas. Quelques heures avant son décès, les médias avaient été informés que son état se détériorait rapidement et que ses reins ne fonctionnaient plus. Malgré la maladie, il est mort comme il le souhaitait, à sa résidence de Modène en Italie, entouré de ceux qu’il aimait, sa femme Nicoletta et ses quatre filles. Né le 12 octobre 1935, il fut d’abord enseignant. Lorsque la chorale à laquelle il participait gagna un concours, il décida de tout laisser tomber et de devenir chanteur. Il avait alors 20 ans. Dans les années 60, il devient une vedette de l’opéra et il chante aussi bien au Covent Garden, qu’à La Scala ou au Metropolitan. Dans les années 70, il se fait connaître à une plus grande échelle en tournant des publicités et en donnant des grands concerts en plein-air. C’est toutefois dans les années 90 que sa renommée atteint son apogée alors qu’il forme « Les trois ténors » en compagnie de José Carreras et Placido Domingo. Ensemble, ils battent des records de ventes sur disque. Ses célèbres spectacles « Pavarotti and friends » lui ont permis de chanter avec les plus grands chanteurs de ce monde, peu importe le style musical qu’ils représentaient. C’est ainsi qu’on l’a vu avec des noms de taille comme Sting, Céline Dion et plusieurs autres. Avec Bono, le chanteur du groupe U2, il avait voulu venir en aide aux victimes de la guerre en Bosnie en interprétant la chanson « Miss Sarajevo ». Il avait aussi chanté à l’ouverture des jeux olympiques de Turin en 2006, peu de temps avant d’apprendre qu’il était malade. Sa vie personnelle fut assez stable, bien qu’elle ait subi un virage marquant en 1996 alors qu’il quittait son épouse après 35 ans de mariage. Depuis, il vivait avec sa jeune secrétaire, Nicoletta, qui n’avait que 26 ans lorsqu’il commença à la fréquenter. Il l’avait épousée en 2003.

 

 

 

 

Des funérailles de prince pour Pavarotti !

 

Les adieux que l’Italie réservait au ténor Luciano Pavarotti passeront à l’histoire. En effet, l’homme de 71 ans, décédé le 6 septembre d’un cancer du pancréas, a d’abord été exposé en chapelle ardente à la Cathédrale de Modène où des milliers d’italiens se sont rendus pour le saluer une dernière fois et signer les registres de condoléances mis à leur disposition. Même le pape Benoît XVI avait adressé un message de condoléances à la famille. Puis, le 8 septembre, ce sont des funérailles grandioses et émouvantes qui ont eu lieu pour le célèbre fils de Modène. L’un des moments les plus déchirants fut sans doute celui où l’on a entendu le célèbre ténor chanter le « Panis Angelicus » en duo avec son père Fernando, pièce enregistrée en 1978. D’autres célèbres chanteurs lyriques d’Italie ont aussi contribué de leurs vois émues, dont Raina Kabaivanska  et Andrea Bocelli. On a aussi lu un petit mot de la part d’Alice, la fille de quatre de Luciano Pavarotti. Le chanteur Bono, le cinéaste Franco Zeffirelli et le secrétaire général des Nations Unies Koffi Annan ont assisté à la cérémonie.  À la sortie de Cathédrale, des patrouilles aériennes du pays ont survolé la foule, laissant échapper de la fumée verte, blanche et rouge, pour représenter les couleurs du drapeau italien. Jamais n’aura-t-on vu des funérailles aussi grandioses pour une personnalité de la scène artistique.

 

 

 

 

Prix Gémeaux : La soirée Guy A. Lepage !

 

André Robitaille a livré une performance impeccable le 9 septembre alors qu’il animait l’édition 2007 du Gala des Prix Gémeaux. Le gala de l’industrie de la télévision faisait cette année un retour à Radio-Canada après une absence de quelques années. La série « Minuit le soir » a récolté sa large part du gâteau cette année encore en rempotant un total de sept trophées. À titre personnel, c’est toutefois Guy A. Lepage, à la fois comédien, animateur et producteur, qui est monté sur le podium le plus souvent. En effet, le nom de Guy A. Lepage a pu être gravé sur 6 trophées cette année : trois fois pour le « Bye-bye RBO 2006 » (Texte, interprétation et meilleur spécial humoristique) et trois fois aussi pour « Tout le monde en parle » (animation, meilleure série de variétés ainsi que le convoité prix du public). Du côté des interprètes, de belles surprises nous attendaient alors que quatre vétérans du monde du spectacle ont été récompensés pour la première fois de leur carrière (voir article suivant). Un hommage bien particulier a été rendu à un grand comique de la télévision, Gilles Latulippe, récipiendaire du grand prix de l’Académie (voir article suivant). Voici en bref les principaux récipiendaires de cette édition 2007.

Dramatiques :

Meilleure série : Minuit le soir

Meilleure acteur dans un premier rôle : Emmanuel Bilodeau (René)

Meilleure actrice dans un premier rôle : Louise Forestier (Le négociateur)

Meilleur acteur dans un rôle de soutien : Julien Poulin (Minuit le soir)

Meilleure actrice dans un rôle de soutien : Angèle Coutu (Le négociateur)

Téléroman :

Meilleur téléroman : Annie et ses hommes

Meilleure acteur dans un premier rôle : Denis Bouchard (Annie et ses hommes)

Meilleure actrice dans un premier rôle : Monique Mercure (Providence)

Meilleur acteur dans un rôle de soutien : Marc Béland (Annie et ses hommes)

Meilleure actrice dans un rôle de soutien : Louise Latraverse (La promesse)

Comédies :

Meilleure série : François en série

Meilleure acteur dans un premier rôle : Stéphane Crête (Les étoiles filantes)

Meilleure actrice dans un premier rôle : Suzanne Clément (Les hauts et les bas de Sophie Paquin)

Meilleur acteur dans un rôle de soutien : Christian Bégin (Rumeurs)

Meilleure actrice dans un rôle de soutien : Élise Guilbeault (Les hauts et les bas de Sophie Paquin)

Autres :

Grand Prix de l’Académie : Gilles Latulippe

Prix du public : Tout le monde en parle

Prix Jean-Besré : Le rebut global

Prix du multiculturalisme : Pure laine

Animation variétés, talk-show, humour, jeu, téléréalité : Guy A. Lepage (Tout le monde en parle)

Interprétation humour : Guy A. Lepage, André Ducharme, Yves Pelletier et Bruno Landry (Bye-bye RBO 2006)

Interprétation jeunesse dans un premier rôle : Mariloup Wolfe (Ramdam)

Interprétation jeunesse dans un rôle de soutien : Guillaume Lemay-Thivierge (Ramdam)

Animation jeunesse : Jean-Sébastien Busque, Mathieu Pichette et Félix Tanguay (Les pieds dans la marge)

Animation magazine : Marie-France Bazzo (Il va y avoir du sport)

Animation affaires publiques : Jean-François Lépine (Zone libre enquêtes)

 

 

 

 

Prix Gémeaux : Le bonheur des vétérans !

 

Quatre moments forts sont à souligner dans l’édition 2007 du gala des Prix Gémeaux. Quatre interprètes vétérans de la scène et de la télévision se sont mérités un premier prix en carrière, nous donnant droit à des moments fort touchants :

Monique Mercure :

La comédienne Monique Mercure a remporté le trophée de la meilleure actrice dans un premier rôle de téléroman. C’est le rôle d’Edith dans « Providence » qui lui a valu cet honneur. Ce n’est pas le premier prix que reçoit Monique Mercure : elle a d’ailleurs souligné qu’il y a exactement 30 ans, elle avait reçu ce prestigieux prix d’interprétation à Cannes. Toutefois, c’est la première fois qu’elle reçoit un Gémeaux, ce qui lui a fait très chaud au cœur.

Julien Poulin :

Si le personnage d’Elvis Gratton a rendu célèbre Julien Poulin il y a 25 ans déjà, c’est toutefois son rôle dans « Minuit le soir » qui lui aura permis de récolter le premier Gémeaux de sa carrière. Ce prix du meilleur acteur dramatique dans un rôle de soutien reconnaît officiellement son grand talent. Julien Poulin en était ému aux larmes lors de son allocution.

Louise Latraverse :

Lorsqu’elle s’est déplacée pour remercier, Louise Latraverse a rappelé que ce prix, décerné à la meilleure actrice de soutien dans un téléroman, était le premier qu’elle recevait malgré ses 67 ans, et c’est grâce à son rôle dans « La promesse » qu’elle a pu savourer ce moment de gloire. Avec humour, elle a cherché à décrocher de nouveaux contrats en se faisant valoir auprès des jeunes qui la connaissent moins.

Louise Forestier :

Le talent de chanteuse de Louise Forestier a déjà été récompensé par quelques Félix, mais elle a mis cette année la main sur son premier Gémeaux grâce à son rôle d’Irma dans « Le négociateur ». Le prix de la meilleure actrice dramatique dans un premier rôle vient ainsi cristalliser le talent de comédienne de Louise Forestier qui n’en était pas à ses premières armes en tant que comédienne, elle qui a joué dans plusieurs films et téléromans depuis 40 ans.

 

 

 

 

Prix Gémeaux : Un clin d’œil à la carrière de Gilles Latulippe !

 

Il y a quelques jours à peine, il fêtait ses 70 ans. Bientôt, il y aura 50 ans qu’il pratique le métier qu’il aime tant. L’occasion était donc toute désignée pour saluer Gilles Latulippe qui a reçu le Grand Prix de l’Académie lors du gala des Prix Gémeaux. Dans un premier temps, l’une de ses partenaires de prédilection, Janine Sutto, lui a adressé quelques mots. Puis, Yvon Deschamps lui a parlé via moniteur. Il fut suivi de Suzanne Lapointe, qui a animé « Les démons du midi » avec lui. Finalement, quelques-uns de ses proches, dont l’ancienne chanteuse Muriel Millard, lui ont raconté quelques blagues comme lui seul sait si bien le faire. Malheureusement, cet hommage ne nous a pas donné beaucoup d’émotions. Même le vidéo hommage s’était concentré surtout sur « Symphorien », « Les démons du midi » et « Poivre et sel ». Pourtant, Gilles Latulippe, c’est beaucoup plus que ça. Il aurait mérité beaucoup plus. C’est vrai que la plupart de ses partenaires de jeu sont décédés, mais on aurait pu faire quelque chose de plus senti pour se dernier survivant de la tradition du burlesque. Au moins, l’Académie aura eu la bonne idée de pense à lui pour cet hommage, ce qui est déjà beaucoup en soi.

 

 

 

 

L’actrice Jane Wyman meurt à 93 ans !

 

L’une des grandes stars de Hollywood vient de s’éteindre. L’actrice Jane Wyman est décédée le 10 septembre à l’âge de 93 ans. En plus d’avoir bénéficié d’une carrière enviable, Jane Wyman était aussi connue comme la première épouse de l’acteur Ronald Reagan, devenu par la suite président des États-Unis. Née en 1914 au Missouri, elle avait débuté sa carrière au cinéma en 1932 dans des petits rôles. La gloire l’attendait toutefois dans les années 40 et 50 alors qu’elle récolte quatre nominations aux Oscars. Elle remporta la convoitée statuette en 1948 pour le film « Johnny Belinda ». En 1940, elle épousa Ronald Reagan avec qui elle a eu deux fils aujourd’hui décédés. Ils en avaient aussi adoptés un troisième avant de divorcer en 1948. Les plus jeunes ont davantage connue Jane Wyman pour ses participations à des feuilletons télévisées comme invitée, notamment « La croisière s’amuse » et « Drôles de dames ». Toutefois, c’est son rôle d’Angela Channing, rôle principal dans « Falcon Crest », qui la rendit célèbre. Elle tient ce rôle de 1981 à 1990. Elle s’était depuis retirée pour prendre soin de sa santé.

 

 

 

 

Kevin Parent harcelé !

 

Une femme de Trois-Rivières, Renée Toupin, a dû se soumettre à une évaluation psychiatrique à l’hôpital de Maria en Gaspésie après avoir été accusée de harcèlement à l’endroit du chanteur Kevin Parent. Les événements remontent à la fin du mois de juillet alors que la dame en question s’était introduite dans la résidence de Kevin Parent pendant que le chanteur dormait. Elle voulait lui déclarer son amour. Chassée du domicile, elle l’a relancée à deux autres reprises dans des endroits publics, ce qui a poussé Kevin Parent à porter plainte contre elle. Ce n’est pas la première fois que Renée Toupin traverse la bulle de la vedette. En 2005, elle avait été condamnée à trois mois de prison après qu’elle ait commis des actes semblables. À ce moment-là, elle affirmait que Kevin Parent n’assumait pas l’amour qu’il avait pour elle.

 

 

 

 

La France perd un grand artiste : Jacques Martin !

 

L’une des grandes figures de la télévision française, Jacques Martin, est décédé le 14 septembre à l’âge de 74 ans. Il était très malade depuis 1998, année où il avait été victime d’un AVC. Les dimanches lui étaient familiers puisqu’il occupait la case horaire importante de cette journée, notamment avec « L’école des fans », une émission où il recevait des enfants pour chanter les grands succès d’un artiste invité. Il n’avait d’ailleurs jamais cessé d’innover en télévision, ayant participé entre autres aux émissions « Le petit rapporteur », « Les grosses têtes » et « Dimanche Martin ». Mais pour les Français, Jacques Martin, c’était beaucoup plus que ça. Il avait touché à tout, autant à la chanson qu’à la comédie. Il laisse dans le deuil 8 enfants nés de quatre unions différentes.

 

 

 

 

Rupture de Serge Postigo et Marina Orsini !

 

On ne l’avait pas vu venir celle-là. Le comédien Serge Postigo et la comédienne Marina Orsini ont mis fin à leur relation amoureuse après 11 ans d’amour. C’est du moins ce qui a été annoncé en exclusivité à la radio du 98,5 FM. Dans son édition du 15 septembre, Échos Vedettes a fait le point sur cette nouvelle étonnante. Ils ont eu la confirmation de cette séparation par les agents du célèbre couple qui ont précisé qu’ils confirmaient la nouvelle mais que ni l’un, ni l’autre n’émettrait de commentaires. Ce qui surprend le plus, c’est que Marina Orsini et Serge Postigo formaient l’un des plus beaux couples de notre colonie artistique. Malgré leurs horaires respectifs, ils arrivaient à donner une vie familiale de qualité à leur fils Thomas, né en 2002. Les deux ex-tourtereaux s’étaient connus en 1996 alors qu’ils partageaient la vedette de la série télévisée « Urgence ». Par la suite, ils avaient tous les deux travaillé de nouveau ensemble sur scène dans la comédie musicale « Grease ». Il ne nous reste plus qu’à essayer d’imaginer Serge sans Marina, et vice-versa…

 

 

 

 

Le monde lyrique pleure Robert Savoie !

 

Baryton québécois de renommée internationale, Robert Savoie a rendu l’âme le 14 septembre. Âgé de 80 ans, c’est une crise cardiaque qui a eu raison de ce grand ambassadeur de lyrique québécois. Robert Savoie était né à Montréal en 1927. Il avait fait ses débuts à l’Opéra Guild en jouant dans « Samson et Dalila ». Très tôt, il quitta le Canada pour aller chanter en Italie où il travailla notamment sous la direction d’Antonio Narducci. C’est au Théâtre Nuovo qu’il obtint son plus important engagement, celui de Scarpia dans « La Madre Di Viroli ». De 1953 à 1981, il chante sur les scènes du monde entier, donnant plus de 3000 représentations. Mais jamais il n’oublia son pays. Ainsi, de 1979 à 1996, il fut le directeur artistique de la ville de Lachine. Il collabora aussi à la création de l’Opéra de Montréal et présida et fonda l’Orchestre métropolitain du Grand Montréal. En 2002, il avait été décoré de l’Ordre du Canada et en 2006, il avait reçu le titre de Chevalier de l’Ordre National du Québec.

 

 

 

 

« Soie », la plus douce de François Girard !

 

Il aura fallu attendre 9 ans avant que le cinéaste François Girard récidive après nous avoir donné le magnifique « Violon rouge ». Son nouveau film, « Soie », est adapté d’un roman d’Alessandro Baricco. Un jeune français part à la recherche de vers à soie lors d’un séjour au Japon. Il y fait la connaissance d’une jeune asiatique qui lui fait tourner le cœur. Au-delà de l’histoire d’amour, le film nous offre peu d’action, comme le veut la tradition des films de François Girard qui sont plutôt des œuvres d’atmosphère. Ce qui est indéniable par contre, c’est la beauté des images de « Soie » qui laisse une place importante à la contemplation et aux paysages à couper le souffle.

 

 

 

 

Véronique Cloutier n’a pas volé son retour !

 

L’animatrice Véronique Cloutier est de retour à la barre d’une émission de Radio-Canada. Le 21 septembre, on assistait à la première de sa nouvelle émission, « Paquet voleur ». Il s’agit d’un jeu où des participants doivent s’éliminer tout en recueillant le maximum d’argent possible. On peut dire qu’il s’agit d’un retour réussi pour la blonde vedette qui ne l’avait pas eu facile avec l’échec de son talk-show quotidien. À force de persévérance, elle a gagné le pari et a repris du service dignement. On peut dire qu’elle ne l’a pas eu facile au cours des dernières années et pas seulement à cause de son échec télévisuel. On sait qu’elle a été fortement perturbée par le procès et l’emprisonnement de son père. Mais tout ça est maintenant derrière elle et « Paquet voleur » marque un nouveau début à sa fulgurante carrière. On sait que Véronique Cloutier a gagné ses galons en tant qu’animatrice de télévision grâce à ses années à Musique Plus et son passage à la barre de « La fureur ».

 

 

 

 

Le succès de Pascale Picard est désormais confirmé !

 

Si je vous avais parlé de Pascale Picard il y a un an, vous n’auriez probablement pas su de qui il s’agissait. Aujourd’hui, son nom résonne comme celui de l’une de nos stars actuelles de la chanson québécoise. Son album « Me, Myself & Us » a gardé la tête des palmarès radio et des étagères de meilleurs vendeurs durant tout l’été. Il n’est donc pas étonnant qu’elle se mérite maintenant un disque d’or pour cet album. Chanteuse francophone qui préfère faire carrière en anglais, elle a réussi à quitter le réseau des bars pour poursuivre sa route aux côtés des grands. Pour preuve : elle a décroché une nomination au Gala de l’ADISQ dans la catégorie du meilleur album anglophone de l’année. De plus, le 23 septembre, elle était l’invitée de Guy A. Lepage à l’émission « Tout le monde en parle », prouvant une fois de plus qu’on lui reconnaît sa place dans le show business.

 

 

 

 

« Le banquier » fête les 40 ans de Julie Snyder !

 

Le 23 septembre, la première émission de la nouvelle saison du jeu « Le banquier » réservait une grande surprise à son animatrice Julie Snyder. L’émission, enregistrée l’été dernier, soulignait les 40 ans de l’animatrice dans une édition spéciale intitulée « Le banquier saisit Julie ». D’abord, lorsqu’elle présenta sa concurrente, quelle ne fut pas sa surprise de constater que la chanteuse Céline Dion se présenta sur le plateau pour prendre sa place. Devenant animatrice, Céline permettait ainsi à Julie de jouer à son propre jeu, allant de surprise en surprise. D’abord, quelques beautés furent remplacées par des amis connus de Julie : l’ancien premier ministre Brian Mulroney et son épouse Mila, la comédienne Dominique Michel, les animateurs Herby Moreau et Joël Legendre ainsi que la chanteuse Marie-Élaine Thibert. Comme supporteurs, on avait choisi l’animateur Éric Salvail, l’auteure Denise Bombardier et l’ancien premier ministre Bernard Landry. Même le banquier avait un visage et une voix ce soir-là : il empruntait les traits de René Angélil. Après l’émission, toute une pléiade de personnalités, dont Denise Filiatrault, Pierre Bruneau et Denise Robert, attendait Julie dans un studio de TVA pour lui faire la fête. Les fonds amassés ce soir-là étaient remis à la Fondation de l’Hôpital Ste-Justine et à la Fondation de la recherche sur la greffe de la moelle osseuse, deux causes qui tiennent particulièrement à cœur à Julie Snyder.

 

 

 

 

Le mime Marcel Marceau est parti sans faire de bruit !

 

Le 23 septembre, le mime français Marcel Marceau a rendu son dernier souffle, sans faire de bruit, comme seul un vrai mime peut le faire. Âgé de 84 ans, il laisse pour le pleurer des admirateurs de partout à travers le monde. Né à Strasbourg en 1923, rien ne laissait croire pourtant que ce jeune homme d’origine juive aurait pu devenir une star incontestée en son domaine. C’est grâce à son père qui l’emmène au spectacle qu’il découvre la musique, le théâtre ainsi que le cinéma de Charlie Chaplin et de Buster Keaton. La guerre lui enlève son père, exterminé en camp de concentration. Le jeune Marcel réussit à s’en sauver en prenant le nom de Marceau. Ce n’est qu’après la guerre qu’il débute sa carrière artistique. En 1947, il crée le personnage de Bip qui lui permet de se démarquer et d’atteindre une renommée importante dans l’art du mime. En 1978, il fonde une école de mime où toute une nouvelle génération d’artiste pourra apprendre avec le plus grand. Durant toutes ces années, Marcel Marceau a reçu de nombreuses récompenses. Il fut notamment décoré de la Légion d’Honneur.

 

 

 

 

50 fois bravo pour Michel Louvain !

 

En 1957, l’un de nos plus grands chanteurs de charme d’un jeune chanteur de charme débutait officiellement sa carrière. Il s’appelait Michel Louvain. Ayant débuté dans les cabarets de Québec et de Montréal, il fait sa première prestation publique, au Colisée de Québec en 1958 alors qu’on y présente le Gala des Splendeurs retransmis à la télévision. Michel Louvain était venu y chanter « Buenas noches mi amore ». En 2007, Michel Louvain fête donc ses 50 ans de carrière. L’anniversaire est souligné par la sortie d’un coffret compilation de ses grands succès, comprenant notamment « Louise », « Sylvie », « Un certain sourire » et « La dame en bleu ». Mais ce n’est pas tout ! Sa ville natale, Thetford Mines, a aussi choisi de lui rendre hommage en présentant une exposition unique à la Station des Arts. L’exposition nous permet de voir les souvenirs personnels de Michel Louvain, ses disques, ses nombreux trophées ainsi que plusieurs souvenirs de ce demi-siècle de carrière. De plus, il en profite pour faire un retour sur scène grâce au spectacle « 50 ans d’amour » qu’il présentait au Théâtre St-Denis de Montréal et au Théâtre Capitole de Québec.

 

 

 

 

Paul Arcand donne dans la pilule !

 

Après avoir connu beaucoup de succès avec son film « Les voleurs d’enfance », le journaliste Paul Arcand s’attaque à une nouvelle problématique sociale dans son nouveau documentaire cinématographique. « Québec sous ordonnances » est en fait une enquête sur la consommation abusive de médicaments au Québec. On peut penser que la situation est d’autant plus inquiétante depuis la mise sur pied de l’assurance médicaments obligatoire du gouvernement provincial. En effet, année après année, les chiffres de ventes de médicaments ne cessent d’augmenter et les profits des entreprises pharmaceutiques explosent. Encore une fois, on peut compter sur le professionnalisme de Paul Arcand pour faire la lumière là-dessus.

 

 

 

 

Percy Rodriguez, le premier noir célèbre au Québec !

 

La nouvelle du décès de l’acteur Percy Rodriguez est passée plutôt inaperçue. Il aura fallu attendre la fin du mois avant d’apprendre sa mort, survenue le 6 septembre à 89 ans. D’origine montréalaise, il s’est éteint à sa résidence d’Indio en Californie. Né dans le quartier St-Henri de la métropole québécoise, Percy Rodriguez avait d’abord été boxeur, mais l’attrait de l’art dramatique le gagna et il devint plutôt comédien. Au début des années 50, il devient le premier noir à être engagé par la télévision de Radio-Canada. Il faut dire que ses rôles se limitent à quelques apparitions dans des téléthéâtres. Son rôle le plus important, il le tient dans « Opération Mystère » aux côtés de Louise Marleau et Hervé Brousseau. Il y tient le rôle du robot Oscar, donc personne ne reconnaît ses traits sous son costume aux allures métalliques. Sa notoriété, il l’a acquise dans les années 60 alors qu’il se rend jouer sur Broadway. Par la suite, la télévision américaine lui a permis de poursuivre une carrière enviable pour un petit québécois, puisqu’il participe à « Mission impossible », « Perry Mason », « Le fugitif », « Racines » et « Star Trek », série dans laquelle il tient le rôle du commodore Stone.

 

 

 

 

Patrice L’Écuyer vous lance un défi !

 

Seriez vous capable d’apprendre toutes les affiches des sorties de l’autoroute 20, nom des villes et numéros de sortie, dans l’ordre… et de les renommer par cœur en moins de 3 minutes ? Pourriez-vous différencier quatre marques différentes d’eau embouteillée en faisant un test à l’aveugle ? C’est le genre de défis que l’animateur Patrice L’Écuyer vous invite à relever dans le cadre de sa nouvelle émission « Le moment de vérité ». En équipe de trois ou quatre, les volontaires ont une semaine pour se pratiquer à réussir une épreuve choisie par les concepteurs de l’émission. Cette épreuve se veut complexe, mais sa réussite donne droit à un cadeau dont la personne a toujours rêvé : voiture, voyage, ameublement ou tout autre objet de convoitise. Et ce n’est pas arrangé avec le gars des vues : à preuve, ce n’est pas toutes les équipes qui réussissent leur épreuve. « Le moment de vérité » est une émission amusante qui sait à l’occasion nous garder sur le bout de notre fauteuil, retenant notre souffle pour le participant. Le seul défaut de l’émission, c’est que Radio-Canada la diffuse le samedi soir, un moment peu propice pour regarder ce type de jeu. On espère tout de même que Patrice L’Écuyer réussisse une fois de plus à faire un succès de cette émission.

 

 

 

 

Éric Salvail remercie Dieu pour son succès !

 

Les jeudis soirs à TVA ne seront plus jamais les mêmes. On a trouvé une nouvelle façon de mettre l’improvisation à l’honneur grâce au nouveau jeu « Dieu merci » animé par Éric Salvail. Déjà, l’émission a connu un bon début au niveau des cotes d’écoute et avec le bouche à oreille, sûrement que d’autres téléspectateurs seront intéressés à y jeter un coup d’œil au cours des prochaines semaines. Le concept est simple. Un artiste invité doit entrer dans un décor qu’il n’a jamais vu et s’intégrer à la scène préparée par les comédiens maison, sans texte et sans savoir vers où l’action doit s’orienter. Le seul indice lui permettant de commencer à se créer un personnage est son costume qu’on lui fait enfiler avant de l’envoyer dans la fosse aux lions. À la fin de l’émission, le comédien Gaston Lepage, qui agit à titre de juge, détermine un gagnant qui reçoit le trophée Dieu Merci. Lors de la première émission, nous avons pu voir évoluer Guillaume Lemay-Thivierge lors d’un repas galant au restaurant. Élise Guilbeault est devenu une vendeuse de produits érotiques. Pierrette Robitaille devait se faire valoir en tant que Miss Mexique. Et finalement, Martin Drainville fut époustouflant en gérant de quincaillerie qui doit congédier une employée. C’est d’ailleurs ce dernier qui a remporté le trophée de la soirée. À la fin de l’émission, les quatre invités se retrouvent dans une même scène pour le défi de groupe. Éric Salvail vient de s’assurer une place à TVA pour un certain temps encore grâce à « Dieu merci »

 

 

 

 

Les nouveaux albums de septembre !

 

Jonathan Painchaud, « Qu’on se lève »

L’ancien membre du groupe Okoumé nous offre son deuxième album solo. Pour en faire la promotion, il a trouvé l’idée originale de faire un tour du Québec en 48 heures. Deux chansons à surveiller : « Qu’on se lève », inspiré par les tribunes téléphoniques à la radio, et « Pousse pousse », une chanson sur les centres de conditionnement physique.

 

Stéphane Mercier, « Voilà… »

Le chanteur de Normétal est de retour. Après s’être fait connaître à « Star Académie » en 2003, il avait connu l’échec avec l’album « Entre chums » où il partageait la vedette avec deux autres académiciens. Souhaitons-lui une meilleure chance avec ce premier album solo.

 

Francis Bernier, « Prince d’Azur »

Il n’a que 10 ans et déjà il entame une carrière qu’on lui souhaite bien remplie. Le jeune homme s’est fait connaître en chantant « Sous le vent » en duo avec Céline Dion à « L’école des fans » et déjà il s’était montré digne du talent de la star internationale. Souhaitons que ce premier album le fasse connaître davantage d’un plus large public.

 

Kaïn, « Les saisons s’tassent »

Le groupe Kaïn s’est payé rien de moins que tout un spectacle au National pour souligner le lancement de son deuxième album « Les saisons s’tassent ». Premier extrait radiophonique à surveiller : « L’amant du jour ». Kaïn doit maintenant entretenir son succès, d’autant plus qu’il est en nomination à l’ADISQ comme meilleur groupe de l’année.

 

Roch Voisine, « Best of »

Star incontestée de la chanson des années 90, Roch Voisine en est rendu à nous offrir un premier bilan. Avec son album double « Best of », il nous fait revivre quelques moments importants de sa carrière à travers les chansons « Hélène », « La berceuse du petit diable » et « Kissing Rain ».

 

 

 

 

Les DVD du mois de septembre !

 

« Contes pour tous » : Coffret 3

Un troisième coffret DVD de la série de films « Contes pour tous » vient de paraître. On nous offre cette fois-ci : « Opération beurre de pinottes », « Les aventuriers du timbre perdu », « Le retour des aventuriers du timbre perdu », « Tirelires, combines et cie » et « Pas de répit pour Mélanie. En bonus, on nous offre l’un des premiers films jeunesse produit par Rock Demers, « Le martien de Noël », sorti en 1970, qui ne faisait pas partie à proprement parler des Contes pour tous, mais qui s’y apparente beaucoup.

 

« Bob Gratton – Ma vie, my life », saison 1

Certains ont adoré, d’autres ont détesté, mais Bob Gratton ne laisse personne indifférent. Le personnage créé par Julien Poulin faisait l’objet d’une série télévisée l’an dernier, voilà qu’on lance la série en DVD. On peut aussi y voir Yves Trudel dans la peau de Méo ainsi que Pierre-Paul Alain dans celle du jeune caissier du garage.

 

« C.A. »

En attendant les nouveaux épisodes de la série « C.A. » cet automne, vous pouvez toujours vous replonger dans les intrigues de la première saison, mettant en vedette Louis Morissette, Antoine Bertrand, Isabelle Blais et Sophie Bourgeois. Mais faites, car les nouveaux épisodes sont attendus pour les prochains jours.

 

« Requiem pour un beau sans cœur »

Sorti en 1991, ce film de Robert Morin mettant en vedette Gildor Roy s’est librement inspiré du criminel Richard Blass. Dans ce film qui connaît maintenant une seconde vie sur DVD, l’entourage de Régis Savoie se rappelle les frasques de celui qui est mort comme il a vécu : … intensément !

 

« Pudding chômeur »

En 1996, le comédien Robert Gravel faisait sa dernière apparition au cinéma dans ce film de Gilles Carle mettant en vedette Chloé Ste-Marie. Dernier grand film de fiction de ce cinéaste légendaire, le film « Pudding chômeur » est désormais immortalisé grâce au DVD.

 

 

 

 

 

Le carnet social !

 

Bravo aux tourtereaux !

 

Aucun pour ce mois !

 

 

 

 

Aux heureux parents !

 

- À l’actrice Mathilde Seigner, qui est devenu maman d’un garçon, Louis, prénommé ainsi en l’honneur de son arrière-grand-père, lui aussi acteur, décédé en 1991.

- Félicitations à Noel Gallagher, membre du groupe musical Oasis, devenu papa d’un fils le 22 septembre.

 

Sincères condoléances !

 

- Le 21 septembre, l’actrice Alice Ghostley, bien connu pour son rôle de la directrice Mrs Murdock dans « Grease », a perdu son combat contre le cancer à 81 ans.

- Aux proches de l’actrice canadienne Lois Maxwell, interprète de Miss Moneypenny dans les films de James Bond, décédée à 80 ans.

- À la chanteuse Laurence Jalbert qui a eu la douleur de perdre son père, âgé de 82 ans, en septembre.

Sincères félicitations !

 

- Au chanteur Danny Boudreau qui a été choisi pour interpréter « Tant d’histoires », la chanson thème des fêtes du 400ième de la ville de Québec, célébration prévue en 2008.

- Au chanteur Corneille qui a signé un contrat, au début de septembre, avec la légendaire compagnie Motown.

- À la comédienne Edith Cochrane, qui est enceinte de quatre mois, ainsi qu’à son conjoint le comédien Emmanuel Bilodeau.

- Au cinéaste québécois Yves Simoneau dont le film « Bury My Heart At Wounded Knee », qu’il a réalisé et co-produit, a remporté le trophée Emmy du meilleur téléfilm aux États-Unis.

- Au comédien Paul Hébert dont le nom a été donné à la Maison des Petits Frères des Pauvres de Québec.

- À la comédienne Anne-Marie Cadieux (« La dame aux camélias ») et au comédien Benoît Brière (« Don Juan ») qui ont été récompensés d’un prix Gascon-Roux comme meilleurs interprètes de l’année, prix remis par les abonnés du Théâtre du Nouveau Monde.

 

Nos pensées vous accompagnent !

 

- À l’acteur Owen Wilson, vedette du film « Garçons sans honneur », qui se repose à la suite d’une tentative de suicide.

- L’acteur Samy Naceri, vedette du film « Taxi », a été condamné à 10 mois de prison pour un épisode de violence volontaire envers un jeune homme de 25 ans.

- Au comédien Patrick Labbé, dont la relation avec Véronique Nadeau s’est terminée après plus de 6 ans.

 

Prompt rétablissement !

 

- À l’actrice française Charlotte Gainsbourg qui se  remet d’une opération pour une hémorragie cérébrale, subie le 6 septembre.

- Prompt rétablissement à l’actrice Zsa Zsa Gabor qui a été opérée pour une infection à la jambe le 18 septembre.

 

 

 

 

Les nouveautés sur Star Québec

 

En septembre, Star Québec présentait sa 25ième fiche-bio. Pour cette occasion, nous avions choisi de rendre à trois dames, pionnières de la chanson populaire au Québec, qui sont toujours des nôtres malgré un âge avancé.

 

* Surnommé « la grande dame de la chanson », Lucille Dumont a contribué à faire connaître les œuvres des grands auteurs-compositeurs de la francophonie grâce à sa magnifique voix. Première chanteuse à recevoir le titre de Miss Radio, son travail se perpétue grâce à une école de chant qu’elle a mise sur pied en 1968.

 

* Muriel Millard, celle que l’on appelle « la reine du music-hall », n’a pas hésité à jouer la carte de la fantaisie dans ses chansons. Sur scène, ses spectacles à grand déploiement faisaient une large place aux plumes et aux paillettes. Écrivant elle-même la plupart de ses pièces, on lui doit un classique du temps des fêtes, « Dans non vieilles maisons ». Retirée depuis plusieurs années, elle est devenue une artiste peintre renommée.

 

* La troisième et non la moindre, Alys Robi, se mérite le titre de « première star du Québec ». En effet, elle est la première à dépasser nos frontières pour aller chanter dans plusieurs pays d’Europe, d’Amérique du Sud et des États-Unis. Une belle carrière l’attendait à Hollywood lorsque la maladie l’obligea à s’arrêter. Internée en institut psychiatrique pendant 5 ans, elle a eu le courage de reprendre le métier dans des conditions de débutante.

 

 

À la fin du mois d’août, Star Québec inaugurait sa nouvelle section, Le Coffre aux Souvenirs. On peut accéder à cette section via le site de Star Québec ou directement au http://coffreauxsouvenirs.starquebec.net/. Pour son deuxième mois d’existence, le Coffre aux Souvenirs a inauguré les fiches des artistes suivants :

 

- Patrick Huard, humoriste, comédien et cinéaste

- Diane Jules, comédienne et animatrice

- Paolo Noël, chanteur, fantaisiste et comédien

- Marina Orsini, comédienne

- Roch Voisine, chanteur