Octobre 2007

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

Quand Roy Dupuis joue le héros !

Claude Dubois de nouveau papa !

Didier Buzizi accusé de meurtre !

Adamo de retour au Québec !

Richard Petit veut donner de l’espoir !

Hommage à Robert Lepage !

Stéphane E. Roy l’a échappé belle !

Décès de la voix de Fantomas !

Bertrand Cantat libéré !

Joey Bishop, le dernier survivant du Rat Pack, s’éteint !

Un baiser de Deborah Kerr avait marqué le cinéma !

La chanteuse Teresa Brewer n’est plus !

La fièvre de l’ADISQ commence à monter !

Maxime Desjardins-Tremblay, star de demain !

La revanche de Mes Aïeux au gala de l’ADISQ !

Portrait de Marc Favreau et son épouse !

L’ADISQ fait des heureux… et des déçus !

« Les filles de Caleb » passent à l’histoire !

Fernand Gignac aurait été tué par du sang contaminé !

Robert Goulet meurt à 73 ans !

Les DVD du mois d’octobre !

Les nouveaux albums d’octobre !

Le carnet social !

Les nouveautés sur Star Québec !

 

 

 

 

Quand Roy Dupuis joue le héros !

 

Roy Dupuis peut tout jouer : amoureux éperdu dans « Les filles de Caleb », journaliste intrépide dans « Scoop » ou même amnésique à la recherche de son passé dans « Mémoires affectives ». Par contre, nul doute que son dernier projet en liste représentait tout un défi pour lui. En effet, il incarne le général Roméo Dallaire dans le film « J’ai serré la main du diable », basé sur l’autobiographie de ce militaire dont la vie a été chamboulée par une expérience traumatisante au Rwanda. Ce n’est pas la première fois que Roy Dupuis incarne un personnage existant réellement : rappelons-nous qu’il a été Maurice Richard autant à la télé qu’au cinéma. Le plus grand défi de Roy était sans doute celui de rendre l’émotion rattaché à ce qu’a vécu le général lors du génocide au Rwanda. Ce film est fait surtout pour qu’on n’oublie jamais les atrocités dont notre humanité est capable et ce but est atteint haut la main. Les critiques ont été touchés par ce film qui rend bien compte de la situation des événements de 1994. Bravo à Roy Dupuis et bravo à tous les artistes et artisans qui ont travaillé sur cette grande œuvre.

 

 

 

 

Claude Dubois de nouveau papa !

 

À 60 ans, le chanteur Claude Dubois ne s’est jamais senti aussi jeune. Ça tombe bien puisqu’il vient de nouveau de connaître les joies de la paternité. Le 1er octobre, sa compagne Crystal Miller a donné naissance à une fille de 7 livres et 7 onces. L’enfant ainsi que la jeune maman de 24 ans se portent bien. Claude Dubois a même pu être présent à l’accouchement, s’étant rendu au chevet de sa conjointe après un spectacle donné au Lac St-Jean. Il a même pu couper lui-même le cordon ombilical de la petite qui portera le prénom de Mélodie-Créa. Ce n’est pas la première fois que Claude Dubois a la chance de devenir papa puisqu’il a déjà un fils, maintenant devenu adulte. C’est une année faste pour le chanteur puisqu’en plus de la venue au monde de cet enfant, son album « Duos Dubois » est un énorme succès et le nouveau papa continuera à se produire sur différentes scènes du Québec au cours des prochaines semaines.

 

 

 

 

Didier Buzizi accusé de meurtre !

 

Au début des années 2000, Didier Buzizi était un visage familier des téléromans québécois. Âgé de 13 ans, il tenait le rôle de Dieudonné, l’un des fils adoptifs de Dyane et Frédéric dans le téléroman « Fred-Dy ». Il y jouait aux côtés de Dominique Pétin, Luc Guérin, Nicole Leblanc et Pierre Collin sur les ondes de Radio-Canada. Voilà que ce jeune homme si attachant à la télé est en attente de son procès pour meurtre. En effet, il est accusé d’avoir poignardé Maxime Rushemeza après une altercation survenue le 26 août à Montréal. Soupçonné d’être associé à une gang de rue, l’ancien comédien est détenu depuis ce temps au Centre de détention de Rivière-des-Prairies. Didier Buzizi avait immigré au Québec en compagnie de ses parents qui avaient fui le Rwanda. Lorsque « Fred-Dy » s’est terminé, il a quitté le métier d’acteur pour se consacrer au rap. Il chantait d’ailleurs sous le nom de Bilo da Kid. En 2006, il avait déjà été condamné à 7 mois de prison pour viol et voies de fait. Au moment des événements d’août 2007, il était toujours en probation.

 

 

 

 

Richard Petit veut donner de l’espoir !

 

Lorsqu’il a commencé dans le métier, on disait « il est le frère de … » en faisant référence à son frère Martin Petit, humoriste qui avait déjà gagné ses galons. Très vite, il s’est imposé par ses chansons entraînantes et réussit à se faire un prénom. Lorsqu’on a appris qu’il souffrait d’un cancer, la nouvelle fut un choc non seulement pour ses proches, mais aussi pour le public : une personnalité aussi jeune et dynamique qui est atteinte d’une maladie aussi grave, ça nous rappelle la fragilité de la vie. Pourtant, chaque jour, des centaines de personnes sont confrontés à la même réalité. Maintenant en rémission, Richard Petit a décidé de donner espoir à ces gens qui traversent une épreuve aussi terrible. Pour ce faire, il a publié un livre intitulé « Détour imposé ». Par ailleurs, il est de retour au travail et il nous promet un nouvel album pour le début de l’année 2008.

 

 

 

 

Adamo de retour au Québec !

 

Les années passent, mais l’attrait pour Adamo demeure. Le chanteur qui a fait courir les foules dans les années 60 est de nouveau de passage au Québec pour y faire une tournée partout en province. Au programme : ses grands succès, de « Tombe la neige » à « L’amour te ressemble », en passant par « C’est ma vie » qui l’avait fait connaître d’une nouvelle génération alors qu’une publicité de lait connut un succès immense en 2002. Adamo est connu partout à travers le monde et c’est un grand honneur qu’il soit de passage chez-nous. Et dire que nous avons bien failli ne plus le revoir sur scène… En effet, en 2004, le célèbre chanteur a été victime d’une hémorragie cérébrale dont il s’est très bien remis, heureusement.

 

 

 

 

Hommage à Robert Lepage !

 

La réputation de Robert Lepage n’est plus à faire. Homme de théâtre et cinéaste dont la réputation a dépassé les frontières du Québec, il est tout à fait normal que l’on rende à César ce qui appartient à César. Trois grandes organisations professionnelles se sont donc associées pour lui rendre hommage lors d’une soirée dans sa ville d’origine, Québec. Ces trois organismes, l’ACTRA, la CAEA et l’UDA ont voulu souligner son apport important à la culture québécoise et à son rayonnement partout à travers le monde. On doit à Robert Lepage la création de plusieurs pièces qui ont fait le tour du monde, dont « La face cachée de la lune » et « Le projet Andersen ». Au cinéma, il nous a donné des films de répertoire inoubliables comme « Le confessionnal » et « Nô ». Robert Lepage est aussi un acteur qui sait jouer avec naturel, dans ses propres œuvres, mais aussi parfois pour le compte d’autres créateurs, comme ce fut le cas pour « Jésus de Montréal » de Denys Arcand.

 

 

 

 

Stéphane E. Roy l’a échappé belle !

 

Le comédien et metteur en scène Stéphane E. Roy a dû être hospitalisé d’urgence le 13 octobre après avoir été victime d’un accident d’automobile. C’est après une soirée au Théâtre Corona de Montréal que l’événement qui aurait pu lui être fatal s’est produit. En retournant chez-lui, il se serait endormi au volant et aurait perdu le contrôle de son véhicule qui a terminé dans le fond d’un ravin à St-Mathieu-de-Beloeil. Le comédien retournait chez-lui. Heureusement, un agent de sécurité d’une usine avoisinante l’a découvert. Sur cette route peu passante, il aurait très bien pu ne pas être secouru à temps. Hospitalisé à l’Hôpital Pierre-Boucher, Stéphane E. Roy a été opéré pour des lacérations au visage. Sa convalescence devrait être de courte durée puisqu’il prévoit même être capable de jouer au théâtre, le 20 octobre, dans la pièce « Me, Myself et moi-même ». En plus d’être très impliqué dans le théâtre québécois, Stéphane E. Roy est bien connu des téléphiles pour son rôle de Sylvain, le comptable de la comédie « Caméra café ».

 

 

 

 

Décès de la voix de Fantomas !

 

L’acteur français Raymond Pellegrin a rendu l’âme le 14 octobre dernier. Il était âgé de 87 ans. Bien qu’il ait eu une carrière artistique bien remplie, son rôle le plus célèbre demeure une simple voix, celle de Fantomas, dans les films de la même série mettant en vedette Jean Marais et Louis De Funès. Ayant débuté sa carrière en pleine guerre, en 1942, il joua dans plus de 80 films sous la direction de cinéastes aussi réputés que Sacha Guitry et Marcel Pagnol. « Napoléon », « Manon des Sources » et « Topaze » sont quelques-uns des films importants auxquels il participa. En 1981, il joua aussi dans l’œuvre de Claude Lelouch, « Les uns et les autres ». Raymond Pellegrin était le conjoint de l’actrice Gisèle Pascal, elle-même décédée en février dernier.

 

 

 

 

Bertrand Cantat libéré !

 

Le chanteur français Bertrand Cantat, soliste du groupe Noir Désir, a été libéré de prison le 16 octobre après avoir purgé une peine de quatre ans pour le meurtre de l’actrice Marie Trintignant. C’est en juillet 2007 que les tristes événements avaient fait le tour de la planète. On se souvient qu’une dispute avait éclaté entre Cantat et sa conjointe Marie Trintignant. Après lui avoir asséné des coups violents, l’actrice était tombée dans un coma pour ne plus en ressortir. Elle est morte quelques jours plus tard. Voilà maintenant qu’après quatre ans derrière les barreaux, Cantat était admissible à une libération conditionnelle qui lui fut accordée. Selon le juge, son dossier ne permet pas de croire qu’il représente encore un danger pour la société. De plus, sa conduite en prison fut exemplaire, ce qui lui permet de bénéficier de cette libération. La mère de Marie Trintignant, la cinéaste Nadine Trintignant, a tenté d’empêcher cette libération, craignant que son exemple nuise à la lutte contre la violence faite aux femmes. Malheureusement, ses doléances n’ont pas été écoutées.

 

 

 

 

Joey Bishop, le dernier survivant du Rat Pack, s’éteint !

 

Le Rat Pack est un groupe bien abstrait pour les jeunes d’aujourd’hui, et pourtant, il fut à l’origine des plus brillantes carrières américaines. Le dernier membre survivant de ce groupe, Joey Bishop, a rendu l’âme le 17 octobre à l’âge de 89 ans. Le Rat Pack était un groupe de chanteur et acteurs américains qui ont connu leur heure de gloire dans les années 50. Outre Joey Bishop, les autres membres étaient Peter Lawford, Sammy Davis Jr, Dean Martin et Frank Sinatra. Ayant débuté sa carrière en théâtre burlesque, Joey Bishop était devenu une star lorsque Frank Sinatra lui proposa de chanter avec lui dans les clubs à la mode dès 1952. Joey Bishop était le dernier survivant du célèbre groupe depuis le décès de Sinatra survenu en 1998.

 

 

 

 

La chanteuse Teresa Brewer n’est plus !

 

L’une des grandes vedettes de la chanson américaine des années 50 s’est éteinte le 17 octobre. La chanteuse Teresa Brewer est morte à l’âge de 76 ans. Née en 1931, sa mère l’a amenée dans des concours d’amateurs alors qu’elle n’avait que 2 ans. Par la suite, jusqu’à l’âge de 12 ans, elle fit des tournées avec une troupe amateure. À 16 ans, elle entreprend sa carrière professionnelle à New York. En 1950, sa chanson « Music, Music, Music » atteint les sommets des palmarès partout à travers le monde. Dès lors, les succès se suivent. En 1956, elle interprète même une chanson en hommage à Mickey Mantle, le joueur des Yankees de New York. Puis, elle s’est recyclée en chanteuse de jazz, réduisant sa visibilité du même coup. Mais le souvenir de sa gloire demeure, notamment grâce à son étoile du Hollywood Walk Of Fame. Elle fut emportée par une maladie neuromusculaire.

 

 

 

 

Un baiser de Deborah Kerr avait marqué le cinéma !

 

Vous souvenez-vous du film « Tant qu’il y aura des hommes » mettant en vedette Deborah Kerr et Burt Lancaster ? Si oui, vous vous souvenez sans aucun doute du fameux baiser qu’ils échangeaient tous les deux sur la plage ! C’est l’une des scènes les plus célèbres du cinéma hollywoodien. L’actrice qui a donné ce baiser n’est plus qu’un souvenir. En effet, Deborah Kerr est décédée le 18 octobre à l’âge de 86 ans. Deborah Kerr était née en Écosse en 1921. Elle avait fait des débuts modestes au théâtre. À cette époque, rien ne laissait croire qu’elle deviendrait la star qu’elle est devenue. C’est en 1941 qu’elle tourne pour la première fois au cinéma dans un rôle important. C’était pour « Major Barbara ». Puis sont venus d’autres grands classiques comme « The Night of The Iguana », « Julius Caesar », « From Here To Eternity » (version originale de « Tant qu’il y aura des hommes »), « The King And I » et « An Affair to Remember » où elle joua aux côtés de Cary Grant en 1957. Nominée 6 fois pour l’obtention d’un Oscar, elle aura dû attendre en 1993 avant d’en récolter un, pour l’ensemble de sa carrière.

 

 

 

 

La fièvre de l’ADISQ commence à monter !

 

Le gala de l’ADISQ est devenu un événement incontournable de la vie culturelle au Québec. Depuis 1979, l’organisme récompense les artistes de la chanson et du spectacle avec ses trophées Félix. Quelques jours avant le grand gala qui aura lieu le 28 octobre, l’Autre Gala de l’ADISQ a été présenté, nous donnant un avant-goût de ce qui nous attend pour le gala télévisée. C’est à Ariane Moffatt que revenait l’honneur d’animer ce gala. Plusieurs artistes importants ont été récompensés lors de cette soirée, dont Isabelle Boulay qui a remporté le trophée du meilleur album country pour « De retour aux sources ». Il n’est pas surprenant non plus d’apprendre que le prix du meilleur album anglophone a été décerné à Grégory Charles pour « I Think Of You » qui a littéralement balayé les ondes radiophoniques et les palmarès l’an dernier. Avec le succès de leur chanson « Dégénération », Mes Aïeux est vraiment passé dans le rang des grands de la chanson québécoise et il le prouve une fois de plus en remportant le trophée du meilleur album folk contemporain. Mais ils ne sont pas les seuls à être sortis victorieux de cette soirée, alors voici les principaux lauréats de cette remise de prix :

 

Album anglophone de l’année : « I Think Of You » de Grégory Charles

Album country de l’année : « De retour aux sources » d’Isabelle Boulay

Album de l’année folk contemporain : « Tire-toi une bûche » de Mes Aïeux

Album de l’année – Traditionnel : « L’album du temps des fêtes » de La Volée d’Castors

Album alternatif de l’année : « Mexico » de Jean Leclerc (autrefois Jean Leloup)

Album de l’année – Musiques du monde : « Bossa Blue » de Florence K

Album de l’année – Classique vocal : « Aeterna Celesta » de Nathalie Choquette

Album de l’année – Jazz de création : « One More Time » d’Oliver Jones

Album de l’année – Jazz d’interprétation : « Frédérick DeGrandpré » de Frédérick DeGrandpré

Album de l’année – Classique soliste : « Solo » d’Angèle Dubeau

Album de l’année – Humour : « Les grandes gueules live 2 »

Album de l’année – Jeunesse : « Les quatre saisons de Piquot » de Gilles Vigneault

Spectacle de l’année – Humour : « Chick’n’Swell en spectacle » des Chick’n’Swell

Vidéoclip de l’année : « Qu’en est-il de la chance » de Pierre Lapointe

Artiste québécois s’étant le plus illustré hors Québec : Malajube

Artiste de la francophonie s’étant le plus illustré au Québec : Zachary Richard

 

 

 

 

Maxime Desjardins-Tremblay, star de demain !

 

Les cinéphiles ne parlent que de lui ces temps-ci. Le jeune Maxime Desjardins-Tremblay a beau n’avoir que 14 ans, on lui promet déjà un brillant avenir au cinéma. C’est dans le film « Le ring » d’Anaïs Barbeau-Lavalette qu’il dévoile son talent pour la première fois. Les critiques sont unanimes : le jeune homme défonce l’écran par son talent immense et son naturel désarmant. Le film raconte les difficultés de Jessy, un adolescent du quartier Hochelaga-Maisonneuve de Montréal, secteur de la ville reconnu pour sa pauvreté et sa misère sociale. Pas étonnant que Maxime soit aussi à l’aise dans ce rôle, puisqu’il a lui-même grandi dans ce quartier de la métropole. Il a appris à lutter et à se battre pour survivre. Parallèlement à sa carrière de comédien, il poursuit aussi son entraînement à la boxe. Bref, il faut absolument voir les débuts au cinéma de ce jeune homme dont on entendra sûrement parler dans le futur.

 

 

 

 

Portrait de Marc Favreau et son épouse !

 

L’auteur Georges-Hébert Germain est passé maître dans l’art de la biographie. Il en a réalisé plusieurs, dont les plus connues sont celles de Céline Dion et de Monica la mitraille. Cette fois, il nous propose de découvrir l’humoriste et comédien Marc Favreau, mais surtout sa vie de couple avec Micheline Gérin. Tous les proches interviewés pour ce document ont rappelé à quel point ils étaient unis. La mort de Marc Favreau, en décembre 2005, a brisé ce beau roman d’amour qui durait depuis 52 ans. Micheline a rejoint son cher amoureux en mai de cette année. Revivez cette magnifique histoire, cet amour du quotidien, à travers les pages de « L’homme au déficient manteau ». Marc Favreau est bien connu pour avoir incarné le clown Sol dans la série pour enfants Sol et Gobelet, personnage qu’il a reprise en solo sur scène dans plusieurs spectacles à travers le Canada et l’Europe. Micheline Gérin fut elle aussi comédienne, mais avait abandonné sa carrière pour vivre sa passion amoureuse avec Marc Favreau.

 

 

 

 

La revanche de Mes Aïeux au gala de l’ADISQ !

 

Les membres du groupe Mes Aïeux ont vécu une soirée de rêve le 28 octobre alors qu’ils furent les grandes vedettes du gala de l’ADISQ. C’est trois trophées qu’ils ont réussi à récolter lors de cette remise de prix, dont ceux de groupe de l’année et album le plus vendu de l’année. Lorsqu’ils ont mis la main sur leur dernier trophée, celui de la chanson la plus populaire de l’année pour « Dégénération », le chanteur Stéphane Archambault a expliqué qu’il s’agissait là d’une douce revanche pour le groupe folk. Lorsque cette chanson est sortie sur disque, les radiodiffuseurs ont refusé de la mettre en ondes pendant deux ans, prétextant que le public n’appréciait pas ce genre musical. C’est pourtant ce même public qui a voté pour décerner le trophée fort significatif. En plus des trois trophées de ce soir-là, Mes Aïeux avait aussi remporté celui du meilleur album folk pour « Tire-toi une bûche » quelques jours plus tôt, lors de la première partie de la remise des Félix.

 

 

 

 

L’ADISQ fait des heureux… et des déçus !

 

Les racines de la chanson québécoise étaient à l’honneur en cette soirée du gala de l’ADISQ du 28 octobre. En plus du triomphe du groupe  Mes Aïeux qui s’inspire de la musique traditionnelle de chez-nous (voir article suivant), Isabelle Boulay a reçu les plus grands honneurs grâce à son album aux assonances country. Il ne faut pas se leurrer, Isabelle Boulay n’a pas effectué de virage dans sa carrière, elle continue de chanter de la ballade, mais elle accole maintenant l’étiquette country à ses chansons, façon de tenter de se renouveler. Il faut dire que la recette a fonctionné puisqu’elle a reçu les trophées de meilleur spectacle dans la catégorie interprète, en plus de recevoir le titre d’interprète féminine de l’année. Plus tôt cette semaine, elle avait reçu le Félix du meilleur album country, ce qui a un peu déçu le milieu qui ne considère pas le disque d’Isabelle comme un album country, mais comme un album pop. Quoiqu’il en soit, on lui doit d’avoir redoré le blason de ce style musical au Québec cette année, ce qui a donné l’idée aux responsables de l’ADISQ de rendre hommage à un vieux routier du country, Patrick Norman. En recevant cet hommage de ses pairs, le chanteur s’est montré ému, surtout lorsque des chanteurs de la nouvelle génération se sont levés dans la salle, guitare à la main, pour entonner en chœur « Quand on est en amour ». C’est Nicola Ciccone qui a été choisi interprète masculin de l’année au terme d’un vote populaire qui a rappelé qu’il était possible de réussir l’immigration au Québec, en faisant référence au débat actuel sur les accommodements raisonnables. La plus grande déception revient sûrement à Pierre Lapointe qui n’a reçu qu’un seul trophée, celui du meilleur spectacle auteur compositeur interprète, alors qu’il avait le plus grand nombre de nominations pour la soirée. Même chose pour Vincent Vallières, Richard Séguin et Dumas qui sont rentrés bredouilles. Finalement, il faut souligner le magnifique travail de Louis-José Houde qui en était à sa deuxième expérience comme animateur du plus célèbre de nos galas. Voici la liste des gagnants :

Interprète masculin de l’année : Nicola Ciccone

Interprète féminine de l’année : Isabelle Boulay

Groupe de l’année : Mes Aïeux

Révélation de l’année : Tricot Machine

Auteur compositeur interprète de l’année : Daniel Bélanger

Trophée hommage : Patrick Norman

Chanson la plus populaire de l’année : Mes Aïeux (Dégénération)

Album de l’année – Meilleur vendeur : Mes Aïeux (Tire-toi une bûche)

Album de l’année – Populaire : Claude Dubois (Duos Dubois)

Album de l’année – Pop-rock : Daniel Bélanger  (L’échec du matériel)

Album de l’année – Rock : Les Trois Accords (Grand champion international de course)

Spectacle de l’année – Interprète : Isabelle Boulay

Spectacle de l’année – Auteur-compositeur-interprète : Pierre Lapointe

 

 

 

 

Fernand Gignac aurait été tué par du sang contaminé !

 

C’est une révélation plutôt troublante qui vient d’être faite par Benoît Gignac, fils du chanteur et comédien Fernand Gignac, décédé à 72 ans en août 2006. C’est une transfusion de sang contaminé qui aurait entraîné la mort de la vedette populaire. En 1992, Benoît Gignac avait écrit la biographie de son père intitulée « Fernand Gignac, mon père ». Le décès de Fernand Gignac lui a donné l’occasion d’enrichir son volume et de compléter les passages marquants de la fin de sa vie dans une édition rééditée du livre. C’est dans cette réédition qu’il parle pour la première fois des vraies raisons qui ont amené Fernand Gignac à l’agonie. À la fin des années 70, après avoir été hospitalisé pour un ulcère d’estomac, Fernand Gignac avait dû recevoir une transfusion de sang. C’est au cours de cette transfusion qu’il a été contaminé par l’hépatite C. Quelques années plus tard, le scandale du sang contaminé éclata et des compensations monétaires furent offertes aux victimes de ces erreurs. Mais Fernand Gignac poursuit sa carrière qui va d’ailleurs très bien dans les années 80. À l’été 2006, il est hospitalisé pour des problèmes musculaires. Ce n’est qu’à ce moment que le virus se développe et est diagnostiqué. Jusque là, l’hépatite était demeurée latente. Le 18 août, il meurt des suites ce cette hépatite. La véritable raison de son décès était demeurée cachée pour le public, mais Benoît Gignac a maintenant choisi de tout révéler. Même si les circonstances de la contamination sont toujours sous enquête, Benoît Gignac affirme toutefois que sa mère a déjà touché un dédommagement de la part du gouvernement du Québec.

 

 

 

 

« Les filles de Caleb » passent à l’histoire !

 

La comédienne Marina Orsini a eu l’honneur d’animer le Gala annuel des œuvres magistrales, initiative du Trust AV, une soirée qui vise à honorer des œuvres artistiques audio-visuelles considérées comme des perles de notre culture. De cette façon, on espère protéger ces œuvres et en faciliter leur diffusion. Marina Orsini s’est dite choyée d’animer cet événement, d’autant plus que cette année, on a choisi d’honorer la série télévisée « Les filles de Caleb » dans laquelle elle tenait le rôle d’Émilie Bordeleau. En plus des « Filles de Caleb », on a aussi rendu hommage à la série pour enfants « Mr Dressup », à l’émission de radio « Le festival de l’humour québécois » les œuvres de Leonard Cohen et de l’Orchestre Symphonique de Montréal et au film « La guerre des tuques ».

 

 

 

 

Robert Goulet meurt à 73 ans !

 

L’acteur et chanteur américain Robert Goulet est décédé le 30 octobre au Centre médical Cedars-Sinaï de Los Angeles. Âgé de 73 ans, il y avait été hospitalisé en septembre, souffrant de fibrose pulmonaire. Depuis son hospitalisation, il était en attente d’une greffe pulmonaire, mais le temps lui a manqué. Né au Massachusetts de parents d’origine canadienne, il avait commencé à chanter à l’âge de 5 ans. De retour au Canada, il faisait ses débuts professionnels à 16 ans avec l’Orchestre Symphonique d’Edmonton. Ayant étudié le chant au Conservatoire royal de l’Université de Toronto, il est devenu une vedette du Canada anglais en faisant de la radio, du théâtre et de la télévision. Sur scène, personne n’a oublié son rôle de Lancelot dans « Camelot » aux côtés de Richard Burton et Julie Andrews en 1960. En 1964, il devient une vedette du palmarès avec la chanson « My Love Forgive Me ». Sa carrière de chanteur lui permet d’être invité régulièrement au « Ed Sullivan Show ». Aussi réputé pour son talent d’acteur que pour celui de chanteur, il est récompensé d’un Grammy en 1962 et d’un Tony en 1968 pour son travail au théâtre où il joua pour la dernière fois en 2005 dans « La cage aux folles ». Puis, le cinéma fait aussi appel à ses services. C’est ainsi qu’on a pu le voir dans « Atlantic City » en 1980 et plus récemment dans « The Naked Gun 2 ½ ». Très attaché au Canada, il a tenté d’obtenir sa citoyenneté, mais sans succès. Il avait toutefois pu se réjouir d’être intronisé sur le Canada Walk Of Fame.

 

 

 

 

Les DVD du mois d’octobre !

 

« Pop citrouille »

La jeunesse des années 70 et 80 revivra de beaux souvenirs avec la mise sur le marché de ce coffret DVD regroupant 13 épisodes de la série « Pop citrouille ». Sketch et chansons fantaisistes ont fait le bonheur des pré-adolescents et adolescents de cette époque. La série mettait en vedette Michèle Deslauriers, Denyse Chartier, Ghyslain Tremblay et André Cartier. Pour les textes, on avait eu recours à des gens aussi doués que Jean-Pierre Plante, Michel Rivard, Robert Gravel et Francine Ruel.

 

« Les invincibles » - Saison 2

L’aventure se poursuit pour les 4 super-héros du quotidien. Mais la vie n’est pas facile depuis que Carlos a refusé d’épouser Lyne-la-pas-fine. Nos quatre amis sont à couteaux tirés et il ne sera pas facile de recoller les pots cassés. La série met en vedette Pierre-François Legendre, Patrice Robitaille, Rémi-Pierre Paquin et François Létourneau.

 

« Symphorien volume 2 »

La célèbre comédie qui a fait les beaux jours de TVA est de retour. Après un premier coffret qui a connu passablement de succès l’an dernier, ce volume 2 met en scène nos personnages dans d’autres aventures grâce au talent de Gilles Latulippe, Fernand Gignac, Juliette Huot, Janine Sutto, Jean-Louis Millette, Béatrice Picard et tous les autres. Ce coffret de trois DVD comprend notamment un épisode de Noël et un autre du nouvel an.

 

Jean-Marc Parent

Un coffret DVD fait un survol de la carrière de Jean-Marc Parent avant son spectacle actuel, « Urgence de vivre ». On y retrouve son tout premier numéro au Festival Juste pour rire, « L’handicapé », de nombreuses performances sur scène et à la télé ainsi que des extraits de son émission « L’heure JMP »… Un coffret de collection.

 

 

 

 

Les nouveaux albums d’octobre !

 

Sylvain Cossette, « 70s »

Replonger dans les années 70, c’est ce que voulait Sylvain Cossette pour son nouvel album. Il y reprend des succès anglophones ayant marqué le monde de la musique, comme « We Are The Champions », « Let It Be » et Rocket Man ». Des pièces des Rolling Stones, Elton John, John Lennon, Cat Stevens et Queen pour ne nommer que ceux-là.

 

Jérôme Charlebois, « 27 »

Une nouvelle génération de Charlebois s’attaque à notre milieu artistique. Jérôme, le fils cadet de Robert Charlebois, présente son premier album, « 27 », qui correspond à son âge, son « année chanceuse » comme il le dit. Le rejeton ressemble comme deux gouttes d’eau au paternel alors qu’il avait le même âge, souhaitons-lui donc autant de succès.

 

Michel Louvain, « L’anthologie 50 chansons »

Pour souligner ses 50 ans de carrière, Michel Louvain vient de lancer un coffret double de 50 chansons qui ont marqué sa carrière dans les années 50 et 60. « Buenas noches mi amor », « Lison » et « Louise » font partie de cette compilation qui nous offre, en bonus, « La dame en bleu ».

 

Jérôme Minière, « Cœurs »

Jérôme Minière récidive avec son nouvel album, « Cœurs ». Le poète des années 2000 nous donne encore beaucoup d’émotions avec ses pièces « Hivers », « Présent, passé recomposé » et « Brindilles ». Il s’est même offert le luxe de mettre en musique un poème de Paul Éluard, « L’amoureuse ».

 

Gilles Vigneault et les Charbonniers de l’enfer, « La sacrée rencontre »

Immortalisé à jamais, le spectacle, que le vétéran Gilles Vigneault avait donné avec les Charbonniers de l’enfer, est maintenant disponible sur CD. Il est donc possible de retrouver l’ambiance de cette soirée-là tout en retrouvant l’âme et les racines de notre Québec.

 

Gregory Charles, « Loin de la lumière »

L’an dernier, son album « I Think Of You » nous a révélé une nouvelle facette de Grégory Charles. On a découvert qu’il pouvait aussi être un chanteur pop à succès. Il récidive cette année, mais cette fois en chantant en français. Il se dit heureux du résultat de cet album, notamment la chanson « Quand on se voit » qu’il fait en duo avec Chimène Badi.

 

Nathalie Simard, « Il y avait un jardin »

Le dernier album de Nathalie Simard remonte à 1994. Voilà qu’elle fait un retour sur disque avec « Il y avait un jardin » sur lequel elle interprète ses chansons coup de cœur. Le premier extrait, « Y’a le mots » qu’elle a reprise de Francine Raymond, est déjà un grand succès radiophonique depuis quelques semaines.

 

Laurence Jalbert, « Tout porte à croire »

La chanteuse Laurence Jalbert s’impose de plus en plus comme auteure-compositeure. Sur son nouvel album, elle signe les paroles et musiques de toutes ses chansons, sauf une d’Isabelle Fiset et Paul Daraîche, « Je pars à l’autre bout du monde ».

 

France D’Amour, « Les autres »

Mine de rien, c’est son septième album que nous présente France D’Amour. Sur cet album, on peut entre autres y attendre la chanson « Le soleil et le cirque », dédiée à son amoureux qui est acrobate pour le Cirque du Soleil. Il y a aussi une chanson dédiée à sa sœur, intitulée tout simplement « Ma sœur ».

 

Diane Dufresne, « Effusions »

Avec « Effusions », Diane Dufresne nous offre le 25ième album de sa carrière. On y retrouve notamment des pièces écrites par Michel Rivard et Daniel Bélanger, mais la pièce de résistance est sans doute la chanson « Terre, planète bleue » dont le texte a été signé par le scientifique Hubert Reeves.

 

Artistes variés, « Quand la chanson dit bonjour… volume 2 »

Après le succès du volume 1 de l’an dernier, le producteur Mario Pelchat récidive avec ce disque où des artistes pop sont invités à chanter du country. Cette année, on peut entendre Lynda Lemay, Wilfred LeBouthillier, Laurence Jalbert, Michel Rivard, Boom Desjardins, Jean-François Breau, Marie-Ève Janvier et même les Denis Drolet qui interprètent « À qui le petit cœur après neuf heures ».

 

Marc Dupré, « Revenir à toi »

Sur son deuxième album, Marc Dupré interprète deux duos que le public a certainement très hâte d’entendre. Pour le premier, « Si pour te plaire », il chante avec Marie-Mai. Pour l’autre, c’est encore plus particulier puisque pour la chanson « Nos voix », il a obtenu la collaboration de sa conjointe, Anne-Marie Angélil, fille de l’imprésario René Angélil.

 

 

 

 

Le carnet social !

 

Bravo aux tourtereaux !

 

- L’actrice Pamela Anderson s’est mariée pour la troisième fois le 6 octobre. Cette fois, l’élu de son cœur est Rick Salomon.

 

Aux heureux parents !

 

- Félicitations au comédien Marc Messier et sa conjointe Lyne Ste-Marie pour la naissance de leur fille.

- L’acteur Nick Nolte est devenu père pour la deuxième fois à 66 ans alors que sa conjointe Clytie Lane a donné naissance à une fille le 3 octobre.

 

Sincères condoléances !

 

- Le 28 octobre, le chanteur country Porter Wagoner, légende du Grand Ole Opry, est décédé à 80 ans. Il avait entre autres contribué au lancement de la carrière de Dolly Parton et avait animé sa propre émission pendant 12 ans.

Sincères félicitations !

- À l’humoriste Rachid Badoury, qui obtient un énorme succès avec son premier one-man show, « Arrête ton cinéma ».

- À l’acteur Roger Moore à qui on attribué son étoile sur le Hollywood Walk of Fame.

- Aux récipiendaires des prix de la SPACQ (Société professionnelle des auteurs et compositeurs du Québec).

 

* Prix Sylvain-Lelièvre à Claude Léveillée

 

* Prix Lucille-Dumont à Lucille Dumont

 

* Prix Gilles-Vigneault à Vincent Vallières

 

* Prix André-Gagnon à Lorraine Desmarais

 

Nos pensées vous accompagnent !

- À l’actrice Reese Witherspoon et à l’acteur Ryan Philippe dont le divorce a été officiellement prononcé le 5 octobre.

 

Prompt rétablissement !

- À l’animatrice Claire Lamarche qui a été hospitalisée à la suite d’une chute de pression et qui a dû annuler son émission de « Retrouvailles » qui devait avoir lieu le 12 octobre.

- À la comédienne et humoriste Clémence Des Rochers qui a dû annuler tous ses spectacles après avoir été victime de la bactérie H. pylori.

- À l’actrice Farrah Fawcett, atteinte d’un cancer, et dont l’état de santé se détériore.

 

 

 

 

Les nouveautés sur Star Québec

 

En ce mois d’octobre, Star Québec se souvient de ses artistes country. On honore plus particulièrement la mémoire des Willie Lamothe et Bobby Hachey, qui ont longtemps travaillé en duo et dont on célèbre l’anniversaire de décès en octobre.

 

* Considéré comme le maître du country qu Québec, la renommée de Willie Lamothe s’est faite progressivement, grâce à ses succès sur disque, comme « Je chante à cheval », « Allô allô petit Michel » et « Mille après mille », ses tournées avec Rita Germain son émission de télévision « Le ranch à Willie » et ses participations mémorables à plusieurs films. Miné par la maladie pendant une quinzaine d’années, il meurt le 19 octobre 1992.

 

* Presque 14 ans jour pour jour après le décès de son ami Willie Lamothe, le 18 octobre 2006, Bobby Hachey était emporté par un cancer. Ayant d’abord travaillé avec ses frères, Les Hachey Brothers, il fait de la musique dans l’ombre de Willie Lamothe pendant de nombreuses années avant d’entreprendre une brillante carrière solo. « Ma sourire, ma limousine » et « Rose faite de papier » font partie des grands succès de celui qu’on appelait Monsieur Sourire.

 

 

À la fin du mois d’août, Star Québec inaugurait sa nouvelle section, Le Coffre aux Souvenirs. On peut accéder à cette section via le site de Star Québec ou directement au http://coffreauxsouvenirs.starquebec.net/. Pour le mois d’octobre, le Coffre aux Souvenirs a inauguré les fiches des artistes suivants :

 

- Sylvain Cossette, chanteur

- Clémence Des Rochers, chanteuse, comédienne, animatrice, auteure et humoriste

- Claude Dubois, chanteur

- Marie Eykel, comédienne

- Louise Forestier, chanteuse et comédienne

- Rita Germain, chanteuse et comédienne

- Julien Poulin, comédien

- Stéphane E. Roy, comédien