Mars 2007

 

 

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

Bertrand Gagnon meurt discrètement !

Gaston L’Heureux dans un état critique !

Un dernier souvenir de Claude Gai !

Rita Lafontaine seule en scène !

Claude Dubois et Louise Marleau sont séparés !

Thérèse Cadorette nous quitte à 81 ans !

Un record pour Charles Lafortune !

Des pontages pour Gilles Proulx !

Claude Blanchard meurt pour la seconde fois !

Sortez vos mouchoirs, Piaf est de retour !

« Annie et ses hommes » fête sa 100ième !

René Angélil : Des secrets qui n’en sont pas !

Élections Québec : Nos artistes élus !

Pierre Mailloux se met encore un pied dans la bouche !

Un film québécois pour les ados !

Décès d’André « Toto » Gingras !

Éric Lapointe se marie loin du Québec !

Les nouveaux albums de mars 2007 !

Les DVD du mois de mars 2007 !

Les nouveautés sur Star Québec !

 

 

 

 

Bertrand Gagnon meurt discrètement !

 

Le comédien québécois Bertrand Gagnon n’est plus ! Il a rendu l’âme dans le plus grand secret le 2 mars à l’âge de 80 ans. Son décès est passé totalement inaperçu dans les médias, bien qu’il ait été l’une des têtes d’affiche de l’un des téléromans les plus populaires des années 80 et 90, « Entre chien et loup ». En effet, il y tenait le rôle d’Hubert Valois, le marchand général. Né dans la région de Sherbrooke, c’est le père Émile Legault qui lui avait permis de faire ses débuts en l’engageant dans sa troupe, Les Compagnons de St-Laurent. Malgré sa timidité, la scène s’avère un véritable besoin pour lui et dès lors, il participera à plusieurs pièces de théâtre ainsi qu’à des opérettes aux Variétés Lyriques. En plus de travailler à la radio, il fait ses débuts à la télévision dès le milieu des années 50, dans le téléroman « 14, rue de Galais ». Il y en aura plusieurs autres par la suite : « Les belles histoires des pays d’en haut », « Rue des pignons », « Le paradis terrestre », « Cré Basile », « Duplessis » et « Marisol » où il tenait le rôle du père de Christine Lamer, sans oublier sa participation à plusieurs téléthéâtres. Se souciant des conditions de vie des artistes, il s’implique à l’Union des Artistes dès 1953 et il en assume la présidence de 1960 à 1962. Il joua dans « Entre chien et loup » de 1984 à 1992. Ce fut son dernier rôle à la télévision.

 

 

 

 

Gaston L’Heureux dans un état critique !

 

L’animateur de télévision Gaston L’Heureux repose dans un état critique aux soins intensifs de l’Hôpital Sacré-Cœur de Montréal après avoir été victime d’un grave accident d’automobile. Âgé de 63 ans, il avait quitté Montréal en direction de Québec, samedi matin le 3 mars, où il devait honorer un engagement. Au lendemain de la tempête de neige qui a secoué le Québec, la chaussée était glissante sur l’autoroute 20 où la voiture de Gaston L’Heureux a fait six tonneaux près de Drummondville. Heureusement, il ne souffre que d’hématomes internes. On ne craint pas pour sa vie, mais son séjour aux soins intensifs s’avérait nécessaire, puisqu’il a dû être intubé. Gaston L’Heureux a laissé sa marque dans le domaine de la télévision pour avoir notamment animé « Les coqueluches » avec Guy Boucher. Avec Aline Desjardins, il a aussi animé « Avis de recherche » où des invités connus retrouvaient des amis d’enfance. Il était maintenant chroniqueur à « Caféine ».

 

 

 

 

Un dernier souvenir de Claude Gai !

 

La communauté théâtrale de Montréal s’était donné rendez-vous au Théâtre de Quat’Sous le 4 mars pour se rappeler une dernière fois du comédien Claude Gai, décédé d’un infarctus le 2 février dans un autobus de Montréal. C’est la comédienne Christine Olivier, grande amie du disparu, qui a organisé cette soirée où était conviés plus de 50 personnes. Parmi ces gens connus rassemblés ce soir-là, on retrouvait les comédiennes Andrée Lachapelle, Carole Chatel et Rita Lafontaine, le comédien Jean-Louis Roux et l’auteur Michel Tremblay qui avait écrit le rôle le plus marquant de la carrière de Claude Gai, celui de « La duchesse de Langeais ». C’est Christine Olivier qui a agi à titre de maîtresse de cérémonie où plusieurs artistes se sont relayés, au cours de la soirée, pour rappeler le souvenir de leur ami, décédé à 70 ans. Andrée Lachapelle a lu un texte de St-Augustin et des extraits de « La duchesse de Langeais » ont aussi été lus, à la mémoire du disparu.

 

 

 

 

Rita Lafontaine seule en scène !

 

Il faut avoir du talent pour oser jouer une pièce solo… et Rita Lafontaine n’en manque pas. Cette fois, le nouveau défi de cette brillante actrice sera de jouer la pièce « Oscar et la dame rose » d’Éric-Emmanuel Schmitt. Rita Lafontaine y tient le rôle d’une bénévole qui lit les lettres d’un enfant condamné par la maladie qui écrit à Dieu. Le rôle fut d’abord créé en France par Danielle Darrieux, puis est aujourd’hui repris un peu partout à travers le monde. Mise en scène par Rita Lafontaine et François Flamand, avec la collaboration d’André Brassard, « Oscar et la dame rose » est présenté au Monument National de Montréal à partir du 13 mars avant d’être offerte aux gens de Québec au Grand Théâtre. Il est aussi question d’une tournée à travers le Québec par la suite.

 

 

 

 

Claude Dubois et Louise Marleau sont séparés !

 

Hé oui, le chanteur Claude Dubois et la comédienne Louise Marleau ont mis fin à leur union après 15 ans de mariage. La nouvelle a été rendue publique par Échos-vedettes dans son édition du 10 mars. Bien que la nouvelle de leur séparation en surprenne plus d’un, la nouvelle de leur relation, au début des années 90, avait eu le même effet. Les deux artistes représentaient des contraires tellement évidents que les médias les avaient surnommé « la grande dame et le voyou ». Mais avec les années, on ne pouvait plus les imaginer l’un sans l’autre tellement ils semblaient faits l’un pour l’autre. Le 23 août 1991, ils unissaient leurs destinées dans une église des Laurentides. Puis, peu à peu, ils en sont même venus à travailler ensemble. On se souvient du disque et du spectacle « Gelsomina », inspirés de l’univers de Fellini, et pour lequel ils avaient uni leurs efforts en 1996. C’est sur « Gelsomina » qu’avait été créée la chanson « Si Dieu existe », désormais devenue célèbre. La rumeur de leur séparation circulait déjà depuis quelques semaines alors que Claude Dubois avait été vu à différents événements mondains, en Europe, au bras d’une jeune demoiselle, toujours la même. Mais l’histoire ne dit pas ce qui est à l’origine de la séparation de Claude Dubois et Louise Marleau.

 

 

 

 

Thérèse Cadorette nous quitte à 81 ans !

 

Le monde du théâtre et de la télévision est de nouveau éprouvé par la mort de l’un des siens. La comédienne Thérèse Cadorette a rendu l’âme le 13 mars à l’âge de 81 ans. Au moment de son décès, elle était hospitalisée depuis plus de deux mois à l’Hôpital Sacré-Cœur de Montréal où elle était traitée pour des problèmes pulmonaires. Née le 4 mai 1925, Thérèse Cadorette est une autre émule du père Émile Legault qui l’avait fait débuter avec les Compagnons de St-Laurent. Par la suite, comme tous les comédiens de sa génération, elle fera partie des radioromans de l’époque et travaillera à la télévision dès ses débuts. Elle joua dans le tout premier téléroman de l’histoire du Québec, « La famille Plouffe » de Roger Lemelin. Elle y incarnait le rôle de Jeanne Labrie, qui est devenue l’épouse de Napoléon Plouffe. En 1956, c’est la consécration alors qu’elle est élue Miss Radio-Télévision. Au début des années 60, elle se joint à l’équipe du téléroman « Les belles histoires des pays d’en haut » pour y incarner un nouveau personnage, la Scole, mère de famille nombreuse et épouse de Basile Fourchu, joué par Gérard Paradis. Ce rôle la fait connaître de tous et grâce aux nombreuses rediffusions de ce téléroman, qui se poursuivent de nos jours, les plus jeunes peuvent ainsi la connaître. À la radio, Thérèse Cadorette a aussi fait partie de l’équipe de l’émission « Les joyeux troubadours ». Son dernier passage à la télévision datait de décembre 2006, alors qu’elle était l’une des invitées à l’émission spéciale de « Viens voir les comédiens » consacrée au 50ième anniversaire des « Belles histoires des pays d’en haut ».

 

 

 

 

Un record pour Charles Lafortune !

 

Les mises en nomination du prochain gala Artis ont été dévoilées le 15 mars. Les prix ne sont pas encore décernés que l’animateur et comédien Charles Lafortune bat déjà un record : celui du plus grand nombre de nomination dans un même gala (Artis ou Métrostar). En effet, Charles Lafortune a été nommé dans quatre catégories différentes, dépassant ainsi la marque de Jean-Luc Mongrain qui avait déjà été nominé dans trois catégories pour une même soirée. Charles Lafortune est en nomination comme meilleur animateur de variétés pour « L’école des fans », comme meilleur animateur de quiz pour « Le cercle », comme meilleur acteur dans un téléroman pour « Les poupées russes » et comme personnalité masculine de l’année. Il reste maintenant à attendre le soir du 29 avril pour savoir avec combien de ces trophées repartira l’heureux élu.

 

 

 

 

Des pontages pour Gilles Proulx !

 

Le controversé animateur radiophonique Gilles Proulx est présentement hospitalisé à l’Institut  de cardiologie de Montréal où il devra subir une délicate intervention chirurgicale le 19 mars. En effet, Gilles Proulx, qui s’est fait connaître avec les multiples polémiques qu’il a engendrées, devra subir trois pontages coronariens. Âgé de 66 ans, il s’était rendu à l’hôpital pour un examen de routine après avoir ressenti une oppression au sternum. L’équipe médicale ne l’a jamais laissé repartir, ayant découvert qu’il avait quatre artères coronariennes bloquées. L’une de ces artères étant impossible à débloquer, c’est donc trois pontages qu’il devra subir pour retrouver la forme. Au terme de sa longue convalescence, Gilles Proulx ne sait pas s’il reprendra son poste à la station de radio 98,5.

 

 

 

 

Claude Blanchard meurt pour la seconde fois !

 

Il fallait s’attendre à ce que ça arrive un jour. La carrière de Claude Blanchard a définitivement été bouclée avec l’épisode de « Virginie » du 15 mars dernier alors que Virginie pleurait la mort de son père, Pierre Boivin. On sait tous que Claude Blanchard tenait ce rôle dans la série quotidienne lors de son décès en août dernier. Tout au long de la saison, le personnage avait été conservé malgré l’absence de Claude Blanchard. Sans qu’on ne le voie jamais, Virginie recevait des nouvelles de son père par téléphone. On avait même pu réentendre la voix de Claude Blanchard lors de l’un de ces appels. Malheureusement, Pierre Boivin ne pouvait pas rester en voyage continuellement et Claude Blanchard ne pouvait revenir reprendre son rôle. Ainsi, il a fallu faire mourir Pierre Boivin d’un infarctus, ce qui a donné un moment émouvant de télévision où Virginie annonce à sa mère, atteinte d’Alzheimer, que son père n’est plus !

 

 

 

 

Sortez vos mouchoirs, Piaf est de retour !

 

Plus de 43 ans après sa mort, la grande chanteuse Édith Piaf n’a pas été oubliée. Ses chansons font partie des classiques francophones est ses trémolos sauraient toucher le plus endurci des machos. Mais la vie de Piaf, c’est aussi une suite de drames humains et de tragédies dignes des meilleurs scénarios hollywoodiens. C’est ce que tente de retracer le film « La vie en rose », déjà sorti en France sous le titre de « La môme » et acclamé tant par la critique que le public. Marion Cotillard incarne cette « môme » dont tout le monde se souvient, mais dont la vie est de plus en plus méconnue par les jeunes générations. Née dans la plus extrême des pauvretés, c’est dans la rue qu’elle a commencé à chanter avant de devenir l’une des vedettes européennes les plus adulées. Avec des chansons comme « L’hymne à l’amour », « La vie en rose », « La foule », « Mon Dieu » et « Non je ne regrette rien », elle est passée à l’histoire. Elle nous laisse un dernier grand succès, « À quoi ça sert l’amour », avant de s’éteindre en 1963 au terme d’une vie déchirante, d’amours et de déceptions. Réalisé par Olivier Dahan, le film met aussi en vedette Sylvie Testud, Catherine Allegret et Gérard Depardieu.

 

 

 

 

« Annie et ses hommes » fête sa 100ième !

 

L’équipe de « Annie et ses hommes » sera fière ce lundi 19 mars alors que TVA présentera le 100ième épisode de cetéléroman qui a marqué la télévision ces dernières années. C’est dans la joie que cet événement sera souligné puisque c’est au cours de cette émission que Josée (Hélène Bourgeois-Leclerc) accouchera de jumeaux. Le temps sera aux réjouissances autant pour les personnages que pour les comédiens qui se côtoient depuis plus de cinq ans. Écrit par Annie Piérard et Bernard Dansereau, le téléroman a laissé sa marque sur la télévision québécoise en récoltant, en cinq ans, 21 prix Gémeaux et 9 trophées Artis. Guylaine Tremblay et Denis Bouchard forment l’un des plus beaux couples de notre télé, vivant leur amour au quotidien, entouré d’autres interprètes aussi renommés que Marc Béland, Claude Legault, Raymond Bouchard et Anne-Marie Cadieux.

 

 

 

 

René Angélil : Des secrets qui n’en sont pas !

 

Le nom de René Angélil est sur toutes les lèvres ces temps-ci. C’est que l’homme important dans la carrière et la vie de la chanteuse Céline Dion fait l’objet d’une « Musicographie » qui est présenté en primeur le 19 mars sur les ondes de Musimax. Tous ses secrets y seront dévoilés, comme si on ne les connaissait pas déjà… Tout le monde sait que René Angélil est à l’origine de la carrière de Céline Dion et de sa percée sur le marché internationale. Par le fait même, sa vie personnelle et professionnelle a fait couler beaucoup d’encre dans les médias québécois. Personne n’ignore qu’il a fait ses débuts comme chanteur, dans les années 60, au sein du trio Les Baronets. Lorsque l’aventure du yé-yé a pris fin, il géra la carrière de plusieurs artistes, dont Ginette Reno et Anne Renée avec qui il partageait sa vie. On sait aussi qu’il est papa de quatre enfants, nés de ses trois unions. Aucun détail ne nous a échappé non plus sur ses problèmes de santé : son infarctus de 1992 et le cancer dont il se remet depuis la fin des années 90. Néanmoins, la « Musicographie » consacrée à René Angélil sera un moment important de la télévision cette semaine.

 

 

 

 

Pierre Mailloux se met encore un pied dans la bouche !

 

Le polémiste Pierre Mailloux a encore dit des bêtises sur la place publique. Lors d’une entrevue qu’il accordait pour l’émission « Les francs tireurs », il a émis des propos insultants à l’égard de la gent féminine. En effet, l’ex-psychiatre, radié par le Collège des Médecins en janvier dernier, il a élaboré sur l’infériorité des femmes, notamment en médecine dans les situations d’urgence. Au cours de l’entrevue qu’il a accordée à Richard Martineau, il n’a pas hésité à colorer ses propos de façon vulgaire, se permettant même de faire des doigts d’honneur à deux reprises. Richard Martineau affirme même avoir été menacé par l’animateur de radio lorsqu’il a voulu lui faire comprendre l’énormité de ce qu’il disait. La réaction ne s’est pas faite attendre et Télé-Québec a décidé de ne pas diffuser ce topo des « Francs tireurs » pour éviter des problèmes comme ceux auxquels font face les producteurs de « Tout le monde en parle », poursuivis pour avoir permis la diffusion d’un message raciste de Pierre Mailloux en 2005. Suite à cette nouvelle controverse, TVA a également congédié Mailloux qui collaborait à l’émission « Deux filles le matin ». Pour le moment, le seul engagement qui ne lui est pas enlevé, c’est sa tribune téléphonique de CKAC, mais son contrat se termine le 30 mars alors que la station prendra un virage sportif. Toutefois, la direction a fait savoir qu’il ne sera pas récupéré par l’une des chaînes du réseau Corus.

 

 

 

 

Élections Québec : Nos artistes élus !

 

Les élections provinciales du 26 mars 2007 passeront à l’histoire. En effet, pour l’une des rares fois de notre histoire, les citoyens de Québec ont élu un gouvernement libéral minoritaire. L’arrivée de l’ADQ à l’opposition officielle a relégué au troisième rang le parti Québécois, ce qui change passablement le paysage politique auquel on était habitué depuis plus de trente ans. Lors de ces élections, le milieu culturel avait les yeux tournés vers quelques candidats qui ont choisi de réorienter leur carrière. Le comédien Pierre Curzi était l’un des candidats vedettes du Parti Québécois. Après avoir annoncé son départ en tant que président de l’Union des artistes, il avait choisi de délaisser sa carrière d’acteur pour faire le grand saut en politique. Il a finalement été élu député de Borduas par une majorité de 2 500 voies sur son plus proche rival, le candidat de l’ADQ. Dans St-Henri-Ste-Anne, pour le Parti libéral, c’est l’ancienne animatrice Marguerite Blais qui l’a emporté sur le Parti Québécois par une avance de 2 500 votes elle aussi. Marguerite Blais fut une grande vedette de la télévision dans les années 80, alors qu’elle anima « Bonjour matin » en compagnie d’Yves Corbeil, puis « Des mots pour le dire » avec Louise-Andrée Saulnier. Finalement, les deux personnalités dont on a le plus entendu parler durant cette élection, ce sont les deux journalistes de Radio-Canada, la candidate libérale Christine St-Pierre et le candidat péquiste Bernard Drainville. Correspondante pour « Le Téléjournal », Christine St-Pierre a gagné ses élections dans l’Acadie par une écrasante majorité de 18 000 votes. Quant à Bernard Drainville, bien connu pour avoir animé « La part des choses » à RDI, c’est plus de 3 000 votes qui le séparaient du candidat de l’ADQ dans Marie-Victorin.

 

 

 

 

Décès d’André « Toto » Gingras !

 

Le milieu des médias sportifs du Québec est en deuil. André « Toto » Gingras est décédé le 26 mars, deux mois avant de fêter ses 70 ans. Photographe de profession, il s’est fait connaître en travaillant longtemps en compagnie de Jacques Beauchamp pour le compte du Journal de Montréal. Souffrant d’un cancer, il lui restait quatre traitements de radiothérapie à terminer et se croyait confiant de vaincre la maladie. Les témoignages, au lendemain de son décès, montraient à quel point il était apprécié et à quel point il a marqué le milieu de la photographie journalistique du Québec.

 

 

 

 

Un film québécois pour les ados !

 

Les films pour ados ont toujours occupé une place importante dans les cinémas… mais pour la première fois, le Québec compétitionnera dans le domaine avec les Américains, passés maître dans ce genre de cinéma. Avec « À vos marques… party ! », Frédérick D’Amours espèrent en mettre plein la vue à ces jeunes qui seront finissants cette année. Pour arriver à leurs fins, les producteurs n’ont pas lésiné sur la distribution qui comporte notamment les noms de Marina Orsini, Mariloup Wolfe, Jason Roy-Léveillée, Maxime Desbiens-Tremblay, Mélissa Désormeaux-Poulin, mais surtout Sylvie Moreau et Guy Jodoin dans les rôles principaux, deux des vedettes préférées des ados qui les ont connu dans la série télévisée « Dans une galaxie près de chez-vous ». Plusieurs des jeunes comédiens cités dans la liste précédente sont aussi des vedettes du téléroman jeunesse « Ramdam » qui obtient un énorme succès sur les ondes de Télé-Québec.

 

 

 

 

Éric Lapointe se marie loin du Québec !

 

C’est loin des rumeurs et des curieux du Québec que le chanteur Éric Lapointe s’est marié à Marie-Pier Gaudreault le 26 mars dans le site pittoresque des Îles Turquoises. Dans un décor enchanteur, il a épousé celle qui partage sa vie depuis quatre ans. C’est donc dans le secret et loin de ses fans qu’il a vécu ce jour important de sa vie, mais il ne faut pas croire que les deux amoureux étaient seuls au monde pour vivre ce grand événement. 42 invités les accompagnaient, dont leurs parents respectifs, des membres de leurs familles et quelques amis. À leur retour, Éric Lapointe et sa belle ont partagé les photos de la fête avec le magazine 7 Jours. Reconnu pour ses frasques de dur, Éric Lapointe sait aussi montrer qu’il a un cœur tendre. La preuve, son plus grands succès n’est-il pas une ballade romantique intitulée « Mon ange » ?

 

 

 

 

Les nouveaux albums de mars 2007 !

 

Luce Dufault, « Demi-jour »

L’album intimiste de Luce Dufault, « Demi-jour », saura ravir les plus grands fans de la chanteuse. Pour créer ses nouvelles chansons, Luce Dufault a pu compter sur la collaboration amicale de Michel Rivard, Richard Séguin, Marc Déry, Marc Chabot et surtout Nelson Minville. « Petite reine de banlieue », « Je m’ennuie de nous » et « Des anges dans la neige » sont le genre de titre qu’on peut retrouver sur ce disque.

 

Dave Bourgeois, « Passion d’avril »

Quatre ans après avoir été révélé par la première édition de « Star Académie », Dave Bourgeois nous offre son premier album solo. Si « Passion d’avril » a mis tant de temps à sortir, c’est qu’il a d’abord cherché et trouvé son style. Interprétant surtout des pièces écrites par Claude Sénécal, il s’offre toutefois le luxe de chanter quelques-unes de ses propres compositions, dont « Pourquoi » qu’il fait en duo avec Suzie Villeneuve.

 

 

 

 

Les DVD du mois de mars 2007

 

« Fanfreluche me raconte tome 2 »

Les contes de Fanfreluche ont marqué au moins deux générations de jeunes téléphiles. Jouée par Kim Yaroshevskaya, cette poupée a donné de bons moments de pur émerveillement à ces enfants qui rêvaient de pouvoir, comme elle, entrer dans leurs livres de contes. Entourés de comédiens aussi connus que Janine Sutto, Lionel Villeneuve, Guy Hoffmann, Gaétan Labrèche, Hélène Loiselle et Albert Millaire, retrouvez 12 contes racontés à la manière de Fanfreluche.

 

 

 

 

Les nouveautés sur Star Québec

 

Le début du mois de mars commençait bien tristement pour le milieu du théâtre et de la télévision. Le comédien Bertrand Gagnon est décédé subitement à 80 ans. Il était toujours présent à la télévision à ce moment-là, grâce aux rediffusions sur Prise 2 du téléroman « Entre chien et loup » dans lequel il tenait le rôle du marchand général Hubert Valois. Ancien président de l’Union des Artistes au début des années 60, Star Québec tenait à lui rendre hommage en lui offrant une fiche bio posthume.

 

Le poste de président de l’Union des Artistes a été au cœur de plusieurs nouvelles d’actualité au cours des semaines précédentes : le départ de Pierre Curzi, l’intérim et l’élection de Raymond Legault et le décès de Bertrand Gagnon, un ancien président. Pour se rappeler des ces vedettes qui ont aidé leurs semblables à faire respecter leurs droits professionnels, Star Québec faisait une rétrospective des Présidents de l’UDA, d’hier à aujourd’hui, en leur consacrant un dossier spécial.