Mai 2007

 

 

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

La légende de Dalida survit au passage du temps !

La Soirée des Masques 2006 aura été la dernière !

Un malaise qui fait réfléchir Michel Barrette !

Andrée Basilières au paradis de Séraphin !

Boule Noire se raconte !

Gino Chouinard, le nouveau lève-tôt de TVA !

« Passe-Partout » toujours dans le cœur des québécois !

Avec « Neuf », Denise Filiatrault frappe dans le mille !

Les Grandes Gueules ferment un chapitre marquant de la radio !

Un dernier souvenir de Yan David !

Céline Dion chante la femme !

Décès de la veuve de Marc Favreau !

« L’âge des ténèbres » accueilli froidement par la critique !

Céline chantera-t-elle à Québec en 2008 ?

Gala des Olivier : Les Grandes Gueules raflent tout !

Décès de la comédienne Madeleine Sicotte !

Tony Roman frappé par le cancer !

Au tour de Jean-Claude Brialy de nous quitter !

Les DVD du mois de mai 2007 !

Les nouveautés sur Star Québec !

 

 

 

 

La légende de Dalida survit au passage du temps !

 

Les fans de la chanteuse Dalida fêtent un bien triste anniversaire ce 3 mai. Il y a en effet 20 ans que la célèbre chanteuse internationale a mis fin à ses jours en laissant auprès d’elle ces quelques mots : « La vie m’était insupportable, pardonnez-moi ». Pourtant, sa carrière l’a menée à une gloire si immense qu’on n’aurait pas pu la croire en proie à un tel désespoir. Née Yolanda Gigliotti dans une famille modeste d’Égypte, elle quitte son pays pour faire carrière au cinéma en Italie. Mais c’est la chanson qui lui apporte la consécration en France à la fin des années 50. Ses succès « Bambino » et « Gondolier » lui permettent de faire ses premières armes au palmarès francophone. Dans les années 60, sa carrière prend un essor international et dans les années 70, elle est la reine incontestée de la chanson mondiale. Au fil des ans, les succès défilent : « Ciao amore ciao », « Salma ya salma », « Il venait d’avoir 18 ans », « Paroles, paroles », « J’attendrai » et l’inoubliable « Gigi L’Amoroso ». Même si sa carrière ne pourrait pas aller mieux, sa vie personnelle est mise à rude épreuve plus souvent qu’autrement. Mariées trois fois, ses trois maris se sont suicidés en 1967, en 1970 et en 1983. D’ailleurs, après la mort de son premier mari, Dalida avait elle-même attenté à ses jours, mais elle fut sauvée. Le 3 mai 1987, personne n’a pu l’empêcher de commettre l’irréparable et elle nous quittait à l’âge de 54 ans. Le 20ième anniversaire de sa disparition ne passera pas inaperçu en France. Entre autres, une exposition est présentée à l’Hôtel de ville de Paris. Plusieurs émissions de radio et de télévision lui rendront hommage et de nombreux touristes se recueilleront sur son tombeau, au cimetière de Montmartre. Cet anniversaire survient quelques mois après la présentation d’une série télévisée sur la vie de Dalida et la sortie d’un coffret DVD de cette série.

 

 

 

 

La Soirée des Masques 2006 aura été la dernière !

 

Les amateurs de théâtre vivent un grand deuil. Leur gala annuel, la Soirée des Masques, doit tirer sa révérence. Présentée depuis 13 ans sur les ondes de Radio-Canada, le gala avait pour but de valoriser le milieu du théâtre et d’attirer de nouveaux spectateurs. Or, l’Association Québécoise du théâtre, représentée par le comédien Vincent Bilodeau, a annoncé qu’elle n’a plus les moyens de présenter une telle soirée de faste et de gloire. Ceci dit, une remise de prix survivra à la soirée de gala. Ces prix seront remis hors d’ondes, en août prochain, au Théâtre Denise-Pelletier. Quelques jours plus tard, une émission spéciale de « Bons baisers de France » présentera les gagnants au grand public. De cette façon, l’Académie québécoise du théâtre coupe dans ses dépenses tout en permettant aux créateurs de théâtre de garder une certaine visibilité auprès des téléspectateurs.

 

 

 

 

Un malaise qui fait réfléchir Michel Barrette !

 

L’humoriste et comédien Michel Barrette a de quoi réfléchir ces temps-ci, après avoir été victime d’un malaise qu’on croyait cardiaque. C’est le 3 mai que ces événements fâcheux sont survenus. Après avoir assisté à la bénédiction provinciale des véhicules récréatifs à St-Ambroise au Saguenay que tout est arrivé. Vers 14h00, Michel Barrette roulait vers Québec où il devait tourner une publicité. À mi-chemin, alors qu’il se trouvait dans le Parc des Laurentides, il a ressenti un engourdissement au bras et à la main gauche. Il s’est arrêté à L’Étape où il a rencontré des ambulanciers qui faisaient eux aussi une pause. Ceux-ci l’ont incité à laisser son véhicule sur place et l’ont transporté d’urgence à l’Hôpital de Chicoutimi. Michel Barrette a été gardé en observation et a passé toute une batterie de test pour finalement apprendre qu’il y avait eu plus de peur que de mal. En entrevue, Michel Barrette a confié qu’il a beaucoup pensé à ses quatre enfants, dont le petit dernier est âgé de huit mois seulement.

 

 

 

 

Andrée Basilières au paradis de Séraphin !

 

Le cercle restreint des survivants des « Belles histoires des pays d’en haut » vient de perdre l’un de ses membres une fois de plus. La comédienne Andrée Basilières, qui interprétait la belle Angélique Marignon dans le populaire téléroman, vient de succomber à une maladie respiratoire. Son décès est survenu le 10 mai à l’Hôpital Royal-Victoria de Montréal. Elle avait 92 ans. Andrée Basilières a vu le jour à Montréal le 14 avril 1915. C’est en 1940 qu’elle fait ses débuts au théâtre en jouant dans « L’aiglon » d’Edmond Rostand. Par contre, c’est la télévision qui l’a fait connaître du grand public, plus particulièrement son personnage de la maîtresse de poste dans « Les belles histoires des pays d’en haut ». La belle Angélique, comme l’appelait Séraphin, était aussi institutrice pour les cours du soir et ses amours avec le notaire Le Potiron ont marqués l’histoire de nos téléromans. Outre « Les belles histoires… », Andrée Basilières a aussi joué à la télévision dans « 14 rue de Galais », « Je me souviens », « M. Gallet décédé » et « Le quatrième âge ». Sa dernière apparition publique s’était faite en décembre 2006 alors qu’elle participait au spécial de « Viens voir les comédiens » consacré aux 50 ans des « Belles histoires des pays d’en haut ». Elle laisse dans le deuil son mari Dimitri Ionesco ainsi que sa fille.

 

 

 

 

Boule Noire se raconte !

 

L’annonce de sa maladie a remis Boule Noire à l’avant-plan de l’actualité. C’est probablement un besoin aussi qu’avait l’artiste condamné par un cancer du côlon. Après avoir lancé un album il y a quelques semaines, voilà qu’il a décidé de raconter sa vie à l’auteur Lambert, bien connu pour les textes de chansons qu’il a écrit pour Ginette Reno, Danielle Oddera et Michèle Richard. Dans le livre « Aimes-tu la vie ? », publié aux Éditions La Semaine, Boule Noire raconte les moments marquants de sa vie personnelle et de sa fructueuse carrière. Adopté en 1951, il a par la suite dû faire plusieurs maisons d’accueil. À l’adolescence, la musique fut pour lui une façon d’échapper au monde de violence qu’il côtoyait. Débutant avec le groupe Les Zinconnus, il a été l’une des têtes d’affiche de l’époque disco. Ses grands succès envahissent les ondes de la radio et des différentes discothèques. Tout le monde connaît les paroles de « Aimes-tu la vie », « Aimer d’amour » et « Loin, loin de la ville ». Son succès lui permet même de percer en France. Après avoir été moins actif dans les dernières années, il apprend en 2006 qu’il souffre d’un cancer colorectal incurable. Depuis, il travaille pour la prévention de cette maladie.

 

 

 

 

Gino Chouinard, le nouveau lève-tôt de TVA !

 

C’est finalement Gino Chouinard qui reprendra l’animation de « Salut bonjour » dès l’automne prochain. Le poste d’animateur de l’émission avait été laissé vacant par le départ de Benoît Gagnon qui annonçait il y a quelques semaines qu’il quittait pour se consacrer à de nouveau projets. L’émission « Salut bonjour » n’a plus vraiment de secret pour Gino Chouinard puisqu’il était déjà l’animateur remplaçant, les fins de semaine et les jours de congé. L’été dernier, il avait aussi remplacé Benoît Gagnon au cours de ses vacances estivales. Cette fois, le défi sera de porter lui-même l’image de cette émission sur ses épaules. Gino Chouinard devient ainsi le troisième animateur de « Salut bonjour » après Benoît Gagnon et surtout Guy Mongrain, le premier animateur, qui a occupé ces fonctions pendant une dizaine d’années.

 

 

 

 

« Passe-Partout », toujours dans le cœur des Québécois !

 

Il y a quelques années, jamais on aurait pu imaginer un tel engouement pour un coffret DVD, d’autant plus qu’il s’agit d’une série pour enfants d’âge préscolaire. Le premier coffret DVD de « Passe-Partout » s’est écoulé à plus de 170 000 exemplaires, du jamais vu. Il y a bien sûr les nostalgiques de la télé qui ont pu renouer avec les personnages de Marie Eykel, Claire Pimparé et Jacques L’Heureux ainsi qu’avec les marionnettes Cannelle et Pruneau, mais il y a aussi une nouvelle génération d’enfants qui ont découvert l’univers mythique de leurs parents. Un tel succès ne pouvait pas rester sans suite. Un deuxième coffret de « Passe-Partout » a été lancé le 15 mai. Cette fois, on y présente les épisodes reliés à l’été. Au même moment, le Musée de la Culture Populaire de Trois-Rivières a lancé une exposition consacrée à la célèbre série qui a tant marqué l’univers culturel et le monde de la télé au Québec. Les poussinots et les poussinettes ont donc de quoi s’occuper pour les prochaines semaines. Quant aux trois comédiens principaux de la série, ils se prêteront à des séances d’autographes dans différentes villes de la province.

 

 

 

 

Les Grandes Gueules ferment un chapitre marquant de la radio !

 

Mario Tessier et José Gaudet mettront un terme à tout un chapitre de l’histoire de la radio le 18 mai alors que leur émission « Les grandes gueules » quitte l’antenne de Radio Énergie après 15 ans de gloire. Les deux talentueux jeunes hommes n’ont pas l’intention de quitter le milieu artistique, mais plutôt de se consacrer à d’autres projets. José et Mario sont amis depuis l’adolescence et leur complicité se faisait sentir dans leur émission de radio où ils ont pu compter sur la complicité de leur co-animateur, Richard Turcotte, qui a très bien su les mettre en valeur. Leurs personnages ne seront pas oubliés des fans, que ce soit Enrique Iglesias, Ti-Rouge ou encore René Angélil. D’ailleurs, une parodie de la chanson « I’m Alive » mettant en vedette le célèbre imprésario leur avait valu une mise en demeure en 2001. Pour leurs fans, Mario Tessier et José Gaudet ont lancé un album sur lequel on retrouve leurs meilleurs numéros. Ce n’est pas la première fois que les Grandes Gueules se produisent sur disque. Leur première expérience du genre remonte même à 1996. En attendant de les voir ou les entendre dans d’autres projets, Mario et José se consacreront à leurs conjointes respectives et à leurs jeunes progénitures.

 

 

 

 

Avec « Neuf », Denise Filiatrault frappe dans le mille !

 

Depuis le 15 mai, le Théâtre du Rideau Vert présente la comédie musicale « Neuf », inspirée du film « 8 ½ » de Federico Fellini. C’est à Denise Filiatrault qu’on a confié la mise en scène de ce spectacle produit en collaboration avec les Productions Juste pour rire. Les premières critiques font l’éloge de cette pièce qui aurait très bien pu se casser la gueule en présentant une version d’un tel classique du cinéma. Il faut dire que la distribution est de fort calibre avec des noms comme Serge Postigo, Marie-Denise Pelletier, Patsy Gallant, Danièle Lorain, Émily Bégin et Catherine Sénart. En plus d’être présenté à Montréal jusqu’en juillet, « Neuf » fera aussi l’objet d’une tournée à travers la province à compter de septembre prochain.

 

 

 

 

Un dernier souvenir de Yan David !

 

Le chanteur québécois Yan David s’est éteint le 19 mai dernier à la suite d’un cancer du foie et de l’estomac. Né en 1948 sous le nom de Yvon Couture, il a débuté sa carrière en 1973 avec le groupe Les Cobras. En 1979, il enregistre son plus grand succès en carrière, la chanson « On n’a pas le droit » vendue à plus de 100 000 exemplaires. Le succès est si grand que la pièce est reprise par plusieurs interprètes country au fil des ans. Il continue sa carrière de chanteur country pop dans les années 80 et participe occasionnellement aux grands talk-show de cette décennie. Se sachant condamné par la maladie, il nous livrait un dernier album en 2006 avec la collaboration de Patrick Norman et Tex Lecor. Ses derniers mois ont été consacrés à la mise sur pied de la Fondation Yan-David qui vise à amasser des fonds pour les gens atteints de maladies graves. N’ayant pas encore atteint la soixantaine, il s’éteint le 19 mai.

Pour en savoir plus sur la Fondation Yan-David, cliquez ici !

 

 

 

 

Céline Dion chante la femme !

 

Il n’était pas encore lancé officiellement qu’on savait déjà qu’un grand succès attendait l’album « D’elles », le nouveau disque de Céline Dion. L’album concept de la diva québécoise comprend uniquement des chansons écrites par des femmes, dont certaines sont bien connues et aimées du public. C’est ainsi que Lise Payette est devenue parolière pour Céline. La chanson qu’elle a écrite, « Je cherche l’ombre », tourne déjà passablement à la radio, même s’il ne s’agit pas du premier extrait officiel puisque c’est la pièce « Et s’il n’en restait qu’une » qui s’est mérité cet honneur. Parmi les autres parolières connues, on compte l’auteure Marie Laberge, l’animatrice Janette Bertrand ainsi que la journaliste Denise Bombardier à qui l’on doit « La diva », un hommage à Maria Callas. Quant à Janette Bertrand, c’est « Berceuse » qu’elle a offerte à Céline pou cet album qui passera sûrement à l’histoire. Le lancement de l’album « D’elles » s’accompagnait d’un spécial télévisé animé par Julie Snyder et présenté à TVA.

 

 

 

 

Décès de la veuve de Marc Favreau !

 

La veuve de Marc Favreau, Micheline Gérin, est décédée le 24 mai à l’âge de 76 ans. Son décès survient 17 mois après celui de son célèbre mari, emporté par le cancer en décembre 2005. Née en 1931, Micheline Gérin avait épousé Marc Favreau le 2 octobre 1954 en l’église St-Patrice de Magog. C’était quelques années avant que celui-ci devienne célèbre pour son rôle du clown Sol dans les émissions jeunesse de Radio-Canada et en spectacle solo sur les scènes du Québec et de la France. Elle laisse dans le deuil sa fille Marie-Claude, son fils Patrice ainsi que ses petits-enfants.

 

 

 

 

Céline chantera-t-elle à Québec en 2008 ?

 

L’année 2008 marquera le 400ième anniversaire de la fondation de la ville de Québec, la plus vieille ville en Amérique du Nord. Les préparatifs pour ces fêtes vont bon train. Parmi les projets envisagés par le comité organisateur des fêtes, on ne vise rien de moi que la présence de la chanteuse internationale Céline Dion. Mais voilà que le torchon brûle entre les organisateurs et le gérant de la chanteuse, René Angélil. Les organisateurs refuseraient de payer la garantie habituelle exigée pour ce genre de spectacle mettant en scène une vedette de calibre internationale comme l’est devenue notre Céline. Par ailleurs, les organisateurs soutiennent que René Angélil refuse de présenter un spectacle exclusif pour les fêtes du 400ième, préférant offrir le même spectacle qui sera vu partout dans la francophonie, dans le cadre d’une tournée mondiale de la star. Les négociations se poursuivent donc entre les deux parties. En attendant, le public de Québec se demande si il pourra voir Céline en 2008.

 

 

 

 

« L’âge des ténèbres » accueilli froidement par la critique !

 

Alors que sa sortie au Québec est prévue pour le mois de décembre, le nouveau film de Denys Arcand, « L’âge des ténèbres », a été présenté en primeur comme film de clôture lors du Festival de Cannes. Alors que Denys Arcand y avait été encensé en 2003 pour « Les invasions barbares », cette fois, c’est un accueil un peu froid qui a été réservé à son nouveau film lors du visionnement de presse. Il n’a pas été hué, mais il n’a pas été louangé non plus par les critiques de partout à travers le monde qui s’étaient rassemblés pour le visionner. Cependant, le film s’est bien repris lors de la soirée de clôture officielle puisque le public a réservé une ovation de 10 minutes à l’œuvre qui peut toutefois compter sur l’immense talent de Marc Labrèche qui tient le rôle principal du film. La critique fut mitigée, mais le public de Cannes a suivi. Reste à voir maintenant si le public québécois suivra Denys Arcand dans cette nouvelle aventure ou non.

 

 

 

 

Décès de la comédienne Madeleine Sicotte !

 

C’est le 26 mai que la comédienne québécoise Madeleine Sicotte nous quittait. Elle avait 87 ans. Autrefois professeure au Collège Lasalle, Madeleine Sicotte avait laissé sa marque à la télévision en jouant notamment dans l’émission pour enfants « Les 100 tours de Centour » aux côtés de Camille Ducharme, Yves Massicotte, Julien Genay et Ghyslain Tremblay. Elle y interprétait une bonne mère de famille. Son dernier rôle marquant aura été celui d’Arline Valois, l’épouse du marchand général dans le téléroman « Entre chien et loup ». Curieusement, elle meurt quelques semaines après Bertrand Gagnon qui était son mari dans cette série. Outre ses nombreux rôles au théâtre, Madeleine Sicotte a aussi joué dans plusieurs téléromans, dont « La famille Plouffe », « De 9 à 5 », « Rue des pignons », « Le paradis terrestre » et « Terre humaine ». Elle laisse dans le deuil son époux, Jean-Paul Gariépy. Elle était également la mère de la comédienne Sylvia Gariépy.

 

 

 

 

Gala des Olivier : Les Grandes Gueules raflent tout !

 

C’est le 27 mai que Martin Petit animait le Gala des Olivier récompensant les humoristes québécois et présenté pour la première fois à Radio-Canada. Cette soirée fut sans contredit celle des Grandes Gueules qui ont raflé tous les prix où ils étaient nominés : meilleure émissions humoristique à la radio, meilleure capsule, sketch ou chronique humoristique à la radio, meilleur CD humoristique et surtout le prix de l’humoriste de l’année décerné par le public à la suite d’un vote téléphonique. À cela s’ajoute un Olivier exceptionnel pour marquer leur départ de la radio après 15 ans de succès. Mario Tessier et José Gaudet qui forment ce duo étaient éblouis devant tous ces prix reçus et mettent ainsi un terme de magnifique façon à 15 ans de leur vie professionnelle. Par ailleurs, Laurent Paquin a reçu deux trophées pour son spectacle « Tout est relatif », tout comme les Chick’n’Swell.

Voici la liste de tous les gagnants :

Coup de cœur du public (Humoriste de l’année) : Les Grandes Gueules

Spectacle d’humour de l’année : « Tout est relatif » de Laurent Paquin

Spectacle le plus populaire (Vente de billets) : André-Philippe Gagnon

Meilleur jeu et performance en scène : Les Chick’n’Swell

Meilleure mise en scène : L’Équipe du spectacle des Chick’n’Swell

Meilleur texte : L’équipe du spectacle « Tout est relatif » de Laurent Paquin.

Album humour de l’année : « Les Grandes Gueules Live 2 »

DVD humour de l’année : Louis-José Houde, « Louis-José Houde à l’Olympia de Montréal »

Capsule, sketch ou chronique humoristique à la radio : Les Grandes Gueules

Émission humoristique de l’année à la radio : Les Grandes Gueules

Film humoristique de l’année : Bon cop, bad cop

Comédie dramatique de l’année à la télévision : Rumeurs

Comédie de situation de l’année à la télévision : Le cœur a ses raisons

Variétés humoristique à la télévision : « Bye-bye RBO 2006 »

Découverte de l’année : Alexandre Barrette

Olivier exceptionnel : Les Grandes Gueules

 

 

 

 

Tony Roman frappé par le cancer !

 

L’une des stars les plus adulées dans les années 60, le chanteur Tony Roman, se retrouve dans une situation délicate. Il y a quelques semaines, l’homme de 64 ans a appris qu’il souffrait d’un cancer du foie inopérable. Détecté sur le tard, les médecins québécois ne lui offrent aucun traitement, mais l’ancienne vedette a l’intention d’essayer un traitement expérimental en Alberta. Né à Montréal en 1942 sous le nom d’Antonio D’Ambroso, il a fa dans la chanson en 1959. C’est en 1964 qu’il devient une star québécoise du yé-yé en enregistrant la chanson « Do wah diddy », une version d’une chanson anglophone, tout comme c’état l’habitude de le faire à cette époque. Pendant quelques années, il obtient aussi un grand succès en chantant en duo avec Nanette Workman. Fort de son succès, il fonde la maison de disques Canusa qui enregistre les grands succès de Nanette Workman, Johnny Farago, Patrick Zabé et les Baronets. Dans les années 70, il quitte la carrière de chanteur pour se consacrer à celle de producteur et de scénariste. Ces dernières années, on lui doit notamment le scénario des films « Ladie’s room » et « Camping sauvage ».

 

 

 

 

Au tour de Jean-Claude Brialy de nous quitter !

 

Après Philippe Noiret en novembre dernier et Jean-Pierre Cassel en avril, la France vient de perdre un autre monstre sacré du cinéma. L’acteur et cinéaste Jean-Claude Brialy est décédé le 30 mai à l’âge de 74 ans au terme d’une longue maladie. Né en Algérie, il a étudié l’art dramatique au Collège de Strasbourg où il remportait déjà un prix d’interprétation. Il 1954 il se rend à Paris pour pouvoir vivre de sa passion. Il tourne dans son premier film en 1956, « Le coup du berger ».C’est en 1958 que la célébrité lui sourit enfin alors qu’il joue dans deux films à succès, « Les cousins » et « Le beau Serge ». Au fil des ans, il tourne avec les plus grands cinéastes, dont Claude Chabrol, François Truffault ou Jean-Luc Godard. Il côtoie Alain Delon et Romy Schneider dans « Christine » et plus récemment dans « La reine Margot » mettant en vedette Isabelle Adjani. On se souvient également de sa participation à la série télévisée « Les rois maudits ». C’est en 1971 qu’il réalise un film pour la première fois, « Eglantine ». Dans les années 80, il rappelle toute une page d’enfance à de grands gamins avec « Les malheurs de Sophie » et « Un bon petit diable » qu’il met en images. Homosexuel avoué, il laisse dans le deuil son compagnon, Bruno Finck, avec qui il vivait depuis 27 ans.

 

 

 

 

Les DVD du mois de mai 2007 !

 

« La trilogie de l’Île-aux-Coudres »

Le cinéaste Pierre Perreault est sans contredit le maître du cinéma direct. Fort populaire dans les années 60 et 70, ce type de cinéma nous laisse en héritage des œuvres marquantes pour l’histoire du 7ième art au Québec. Sur la trilogie de l’Île-aux-Coudres, on peut revoir trois films de Pierre Perreault : « Le règne du jour », « Les voitures d’eau » et l’immortel « Pour la suite du monde », coté comme chef d’œuvre.

 

 

 

Les nouveautés sur Star Québec

 

Au mois de mai, Star Québec soulignait un événement marquant de la carrière de Monique Mercure. En effet, 30 ans plus tôt, la comédienne recevait le prix de la meilleure actrice lors du prestigieux Festival de Cannes pour sa performance dans le film « J.A. Martin photographe ». En plus d’avoir participé à un nombre impressionnant de pièces de théâtre, Monique Mercure est aussi une habituée du cinéma, ayant participé à plusieurs films marquants de la filmographie québécoise : « À tout prendre », « Mon oncle Antoine », « Deux femmes en or » et « Naked Lunch » pour ne nommer que ceux-là. Cette fiche bio était amplement méritée pour Monique Mercure.