Octobre 2006

 

 

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

« Cheech », du théâtre au cinéma !

Gilles Renaud : Toute une vie à raconter !

Bernard Primeau s’éteint avant de lancer son nouvel album !

Claire Lamarche n’a plus la cote !

« Broue » dans le livre des records !

Guilda appelé par le spirituel !

Georges Thurston se marie !

Farrah Fawcett frappée par le cancer !

Hospitalisé, Jean-Pierre Ferland reporte ses adieux !

« Bon cop, bad cop » bat des records canadiens !

Un autre moment fort pour « Virginie » !

Barbra Streisand à Montréal !

Grégory Charles, la nouvelle star de la chanson !

Décès de l’actrice Jane Wyatt !

Bobby Hachey emporté par le cancer !

Séparation coûteuse pour Paul McCartney !

Dodo vue par Dominique Michel !

Les Denis Drolet deviennent papas !

Au revoir Bobby Hachey !

Paul Ahmarani de retour dans « Congorama » !

Un hommage sobre pour Diane Dufresne !

Jean-Pierre Ferland sur scène en janvier !

Le gala de l’ADISQ mise sur la relève !

« La belle bête »: un film particulier !

Lise Payette refuse qu’on se moque de son œuvre !

Les nouveaux albums du mois d’octobre !

Les nouveautés sur Star Québec !

 

 

 

 

« Cheech », du théâtre au cinéma !

 

Écrite par François Létourneau, la pièce « Cheech » avait connu un bon succès au théâtre il y a quelques années. Pour amener l’histoire au cinéma, il a bien sûr fallu adapter, si bien que les deux œuvres ne peuvent plus être comparées. Lors d’un congrès de la compagnie Chrysler, le propriétaire d’une agence d’escortes découvre que le livre de ses filles a été volé. Soupçonnant son rival, Cheech tente de dénouer l’affaire à travers les états d’âme désespérés de différentes personnes. Réalisé par Patrice Sauvé, le film met en vedette François Létourneau, Patrice Robitaille, Fanny Mallette et Anick Lemay. La pièce fut encensée par les critiques de théâtre, mais le film risque de faire moins de remous. À vous de juger.

 

 

 

 

Gilles Renaud : Toute une vie à raconter !

 

Le comédien Gilles Renaud serait-il déjà rendu à l’heure des bilans ? Hé bien mine de rien, il est déjà rendu à 62 ans et fête ses 40 ans de carrière. Il a donc décidé de s’ouvrir et de confier ses mémoires à Jean Faucher qui a écrit sa biographie. Le livre paraît au moment où Gilles Renaud n’a jamais été autant en vue. Cet automne, il fait partie de plusieurs séries télévisées : « Lance et compte : La revanche », « Nos étés III », « Tout sur moi », « René », « Le 7è Round » et « Rumeurs ». Au cinéma, il est à l’affiche dans « Cheech », « Bon cop, bad cop » et « La vie secrète des gens heureux ». Époux de la comédienne Louise Turcot, Gilles Renaud a laissé sa marque surtout au théâtre, mais aussi à la télévision où il joua notamment dans « S.O.S. j’écoute », « Les machos » et « Montréal P.Q. » où il personnifiait Urbain Blondeau.

 

 

 

 

Claire Lamarche n’a plus la cote !

 

À peine a-t-elle eu le temps d’entamer sa deuxième saison de l’émission « Faut voir Claire » que l’animatrice Claire

Lamarche a eu droit à une douche froide de la part des dirigeants de TVA. Sans autre avertissement, l’émission du

6 octobre fut sa dernière. La série a été retirée des ondes par le diffuseur prétextant qu’elle n’attirait pas assez de

téléspectateurs. Au cours de la première saison, « Faut voir Claire » avait attiré une moyenne de 600 000 personnes

chaque semaine, alors que cette année, les cotes d’écoute n’ont cessé de dégringoler pour atteindre un peu plus de

200 000 téléspectateurs. Même si Claire Lamarche refuse de voir cette expérience comme un échec, il n’en demeure pas moins que ce n’est pas le genre de chose qui se produit habituellement avec ses émissions. Dans les années 90, Claire Lamarche était une véritable reine à TVA alors que sa série quotidienne nous a donné de délicieux moments de télévision. Pour se consoler, Claire Lamarche pourra se donner davantage aux Retrouvailles, qui obtiennent à chaque fois des cotes d’écoute dignes de mention.

 

 

 

 

Bernard Primeau s’éteint avant de lancer son nouvel album !

 

Le batteur de jazz Bernard Primeau n’est plus ! Il a été emporté le 9 octobre par un cancer dont il souffrait depuis un an et demi. Il avait 67 ans. Ce décès survient 24 heures à peine avant le lancement de son onzième album, « Rencontre jazz et classique ». Le porte-parole du Bernard Primeau Jazz Ensemble a confirmé que malgré les événements, le lancement de l’album aura lieu comme prévu, le 10 octobre, au Gesù. C’est dans les années 60 qu’il a débuté sa carrière dans le monde de la musique. À cette époque, Bernard Primeau accompagnait les vedettes populaires du temps, comme Pierre Lalonde et Michèle Richard. C’est en 1984 qu’il prend un virage jazz en fondant le Bernard Primeau Jazz Sextet qui devient plus tard le Bernard Primeau Jazz Ensemble. En 1997 et en 1998, il reçoit deux Félix dans la catégorie meilleur album de jazz pour « Œuvres de Félix Leclerc » et « Virages ». Son dernier album, « Liaisons », est aussi en nomination au prochain gala de l’ADISQ qui aura lieu le 29 octobre. En 2005, il avait reçu le Prix Oscar-Peterson, décerné dans le cadre du Festival international de jazz de Montréal.

 

 

 

 

« Broue » dans le livre des records !

 

En mars 1979, le Théâtre des Voyagements créait une pièce qui devait être semblable à plusieurs autres : permettre à ses artisans de travailler, satisfaire le public avide d’humour et être remplacé par une autre pièce après quelques semaines de représentations. L’histoire fut quelque peu différente… Un succès sans précédent attendait les trois acteurs, Michel Côté, Marc Messier et Marcel Gauthier. Depuis, « Broue » ne cesse de battre son propre record en termes de nombre de représentations. Voilà que la renommée de la pièce dépasse maintenant les frontières du Québec. En effet, après avoir été présentée 2726 fois par la distribution originale, « Broue » vient de faire son entrée dans le prestigieux Livre des records Guinness. Bien qu’ayant déjà annoncé une tournée d’adieu, les trois protagonistes ne sont pas près d’arrêter puisqu’ils entament une nouvelle série de spectacles, déjà à guichets fermés, et que d’autres dates sont déjà planifiées pour 2007. Après tout, quand tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, pourquoi s’arrêter ?

 

 

 

 

Guilda appelé par le spirituel !

 

Tout le monde connaît Jean Guida, le personnificateur le plus célèbre du Québec. Pendant 50 ans, il s’est travesti pour gagner sa vie. Guilda a fait les beaux jours des cabarets des années 50 jusqu’aux bars gais des années 90 dans la métropole. Parallèlement, Jean Guida a aussi œuvré dans le domaine de la peinture. Sans être un peintre de grande renommée, ses œuvres ont touché un cardinal italien qui a fait sa connaissance via la sœur de Jean Guida qui demeure en Italie. Voilà que ce cardinal lui a fait parvenir une photo du pape Jean-Paul II, ayant une main au front et portant un document sur l’autre bras. Le cardinal lui a demandé de peindre cette photo de ce pape qui a marqué la fin du 20è siècle. Guida ne porte pas attention plus qu’il le faut à la condamnation de l’homosexualité par l’église catholique, se contentant de remplir le contrat qui lui était proposé. C’est un neveu de Guida qui s’est rendu à Rome pour remettre la toile.

 

 

 

 

Georges Thurston se marie !

 

Le temps était aux réjouissances le 7 octobre alors que le chanteur Georges Thurston, mieux connu sous le pseudonyme de Boule Noire, unissait sa destinée à Lorraine Cordeau à la chapelle Special Memory de Las Vegas. Bien que ce soit le premier mariage des deux tourtereaux, Georges est papa d’un garçon de 25 ans, Maxime, mais Lorraine n’a pas d’enfants. C’est dans la plus stricte intimité que leur union a été célébrée au cours d’un voyage dans la capitale du jeu où ils avaient été invités par René Angélil, un ami personnel de Georges. À son retour, le chanteur a subi une chirurgie d’un jour mineure pour un problème de santé non précisé. Par ailleurs, il continue de profiter de ce répit que la vie lui donne, lui qui est condamné par un cancer colorectal incurable.

 

 

 

 

Farrah Fawcett frappée par le cancer !

           

L’actrice américaine Farrah Fawcett est atteinte d’un cancer. C’est du moins ce qu’a annoncé un porte-parole de la vedette de 59 ans qui fut l’un des sex-symbols les plus importants des années 70 et 80. Tout ce qui nous a été possible de savoir, c’est que Farrah Fawcett souffre d’un cancer des intestins et qu’elle a déjà subi une chirurgie pour le traiter. Elle devra aussi subir des traitements de radiothérapie et possiblement de chimiothérapie, pour combattre ce mal qui l’accable. La blonde vedette a également demandé à vivre cette épreuve dans le respect de son intimité. Farrah Fawcett fut l’une des stars de la télésérie « Charlie’s Angels » dans laquelle elle joua Jill Munroe entre 1976 et 1980. Ce rôle l’avait propulsée aux plus hauts sommets de la gloire. Par la suite, on l’a vu également dans les séries « Ally McBeal » et « Spin City ».

 

 

 

 

« Bon cop, bad cop » bat des records canadiens !

 

Même si tout porte à opposer les canadiens anglais et les québécois, ils sont quand même unis dans le succès du film « Bon cop, bad cop ». Après avoir battu le record de recettes au box-office québécois, record détenu précédemment par  « Séraphin : Un homme et son péché », le film d’Érik Canuel vient maintenant de dépasser la marque de « Porky’s » au titre de film canadien ayant rapporté le plus. Mettant en vedette Patrick Huard et Colm Feore dans la peau de policiers devant enquêter conjointement sur une affaire de meurtre, « Bon cop, bad cop » a amassé jusqu’ici un total de 11,36 millions de dollars. Fait étonnant, c’est la version française du film qui domine avec plus de 9 millions de recettes comparativement à quelque 2 millions pour la version anglaise. Avec de tels résultats, « Bon cop, bad cop » deviendra sûrement un film culte canadien, au même titre que « Porky’s » qui avait jadis récolté 11,2 millions, en 1982.

 

 

 

 

Hospitalisé, Jean-Pierre Ferland reporte ses adieux !

 

C’est ce vendredi 13 octobre que Jean-Pierre Ferland devait définitivement faire ses adieux à la scène et à la chanson en présentant son dernier spectacle au Centre Bell de Montréal. Malheureusement, ce rendez-vous avec son public n’a pu avoir lieu. La veille du grand jour, en se rendant répéter, il a subi un malaise l’obligeant â être hospitalisé d’urgence. Les premiers communiqués ont rapporté qu’il avait été victime d’un AVC. Les détails nous parvenaient au compte-goutte à propos des séquelles et complications possibles. Finalement, après quelques jours d’attente, on a pu apprendre avec joie qu’il se porte bien et qu’il pourra vraisemblablement reprendre ce rendez-vous manqué. Chanceux malgré tout, il n’a été victime que d’une ischémie cérébrale transitoire, un léger manque dans l’apport d’oxygène au cerveau, suffisant pour apporter certains malaises, mais sans causer de dommages irréversibles. Il a tout de même subi une opération pour déloger un caillot de sang logé dans sa carotide pour éviter qu’un AVC survienne. Jean-Pierre Ferland récupère normalement.

 

 

 

 

Barbra Streisand à Montréal !

 

Le passage à Montréal de Barbra Streisand était fort attendu… et la diva n’aura pas déçu son public. Elle a livré une performance digne des plus grandes chanteuses, le 15 octobre, sur la scène du Centre Bell à Montréal. L’événement était d’autant plus attendu que la grande dame de la chanson et du cinéma n’a fait que trois tournées depuis 1968 et qu’il s’agissait de sa première présence à Montréal. Tous ceux qui ont assisté au spectacle n’ont pas regretté le prix excessif des billets puisque la diva a chanté avec une voix hors du commun, notamment des extraits de comédies musicales présentées sur Broadway, sans oublier quelques-unes des pièces qui ont fait sa renommée.

 

 

 

 

Un autre moment fort pour « Virginie » !

 

Le lundi 16 octobre, le téléroman « Virginie » battra un record à la télévision. En effet, on présentera le 1221ième épisode, une marque jamais atteinte à la télévision québécoise. Elle dépasse ainsi le record de « Watatatow » qui comprend 1220 épisodes. Ce qui est phénoménal, c’est que dans le cas de « Watatatow », plusieurs auteurs collaboraient à l’écriture des textes, tandis que « Virginie » est écrit par une seule personne, Fabienne Larouche elle-même, la femme forte de la télévision. Il faut lever notre chapeau à la comédienne Chantal Fontaine qui tient le rôle-titre de Virginie Boivin. Pour atteindre 1221 épisodes, il a fallu qu’elle en apprenne des pages et des pages de textes. Imaginez ce que ça représente comme travail… Même si le téléroman est déjà passé à l’histoire, souhaitons longue vie à l’œuvre de madame Larouche et à ses personnages.

 

 

 

 

Grégory Charles, la nouvelle star de la chanson !

 

On le connaissait comme comédien, animateur… puis son spectacle « Noir et blanc » nous a permis de le découvrir en showmanGrégory Charles ajoute une corde de plus à son arc en devenant auteur-compositeur-interprète… Le plus incroyable, c’est que tout ce qu’il entreprend résulte en un succès assuré. Grégory a tous les talents et le public l’apprécie. Déjà, cet été, la sortie de son premier succès a envahi les ondes de la radio. Tout le monde a un jour ou l’autre entendu et fredonné « I Think Of You », titre de ce succès monstre et de l’album qui en découle et qui est lancé le 16 octobre. Pour fêter la venue de cet album, c’est rien de moins que le Centre Bell qui fut réservé à Grégory Charles. Il y a quelques mois, lors d’une représentation de son spectacle « Noir et blanc », Grégory Charles avait fait une mauvaise chute sur scène. Au repos forcé, il en a profité pour commencer à écrire des chansons. C’est de cette convalescence qu’est donc sorti l’album « I Think Of You », qui sera assurément un grand succès.

 

 

 

 

Bobby Hachey emporté par le cancer !

 

Le monde de la musique country est en deuil. Le chanteur et musicien Bobby Hachey s’est éteint le 18 octobre à la suite d’un cancer du poumon dont il souffrait depuis plus d’un an et demi. Il avait 74 ans. Ayant longtemps œuvré dans l’ombre de Willie Lamothe, sa carrière solo lui avait permis par la suite d’atteindre le rang de légende vivante de la musique québécoise. Né dans une famille de musiciens d’un petit village du Nouveau-Brunswick, il avait fait ses débuts à la radio alors qu’il n’avait que 6 ans. À 14 ans, il quittait l’école pour se joindre à un orchestre western. C’est toutefois avec ses frères Curly et Terry qu’il fait ses véritables débuts professionnels. Le groupe des Hachey Brothers se produit dans les cabarets de Montréal lorsque le célèbre Willie Lamothe l’invite à se joindre à son équipe. Guitariste hors pair, Bobby Hachey accompagnera Willie Lamothe dans les moments les plus forts de sa carrière : disque, radio, tournée, cinéma et télévision, le duo a tout fait. De 1970 à 1976, le tandem est en vedette dans « Le ranch à Willie », émission très populaire de Télé-Métropole. Au cinéma, on a pu voir Willie et Bobby dans « La mort d’un bûcheron » et « Mustang ». À la même époque, ils réussissent une incursion aux États-Unis en se produisant en Louisiane et à Nashville au Tennessee, le paradis de la musique country. Leur collaboration se termine abruptement en 1978 alors que Willie Lamothe est victime d’un ACV. Bobby avait déjà débuté une carrière solo qui prendra son essor en 1979 alors que son album « Mon sourire, ma limousine » lui permet de remporter le Félix de l’album country de l’année au gala de l’ADISQ. Au fil des ans, plusieurs de ses chansons deviennent des classiques : « Quand papa tenait maman par la main », « Tu es là dans mes pensées » et « Rose faite de papier » en font partie. En plus de reprendre des grands succès de Johnny Cash et Elvis Presley, il collabore aussi à des albums d’autres artistes, dont celui de Mitsou, en 1990, sur lequel il joue dans « Lettre à un cowboy ». En 1999, il connaît un autre grand succès grâce à l’album « Hommage à mes amis » » qui lui vaut un autre Félix. Depuis 2005, il se savait atteint d’un cancer du poumon. Son état de santé s’était grandement détérioré au cours des dernières semaines. Ses amis se souviendront toujours de son sourire et de sa bonne humeur qui ont fait sa marque de commerce.

 

 

 

 

Décès de l’actrice Jane Wyatt !

 

L’actrice américaine Jane Wyatt n’est plus ! Elle a rendu l’âme le 20 octobre à l’âge de 96 ans. Son attaché de presse a confirmé la nouvelle de son décès survenu de façon naturelle à sa résidence de Bel-Air, près de Los Angeles, en Californie. Les téléphiles se souviennent d’elle dans le rôle de la mère de famille de la comédie des années 50 « Papa a raison ». Cette série fut le plus grand succès de sa carrière. À ce moment-là, il y avait déjà une vingtaine d’années qu’elle roulait sa bosse dans le métier. En effet, elle tourna son premier film en 1934, « One More River ». Après « Papa a raison », elle joua surtout des rôles épisodiques dans les séries télévisées populaires de l’époque. Les amateurs de « Star Trek » se souviendront qu’elle fut Amanda dans la première saison originale, puis dans « Star Trek IV : The Voyage Home ». Dans sa vie personnelle, elle était mère de deux enfants né de son mariage avec Edgar Bethune Ward, une union qui dura 65 ans, jusqu’au décès de son mari en 2000.

 

 

 

 

Dodo vue par Dominique Michel !

 

Tout le monde connaît la comédienne Dominique Michel. Et pourtant, la connaît-on vraiment ? Pour en juger, il n’y a qu’à lire son autobiographie, « Y’a des moments si merveilleux », publié aux Éditions La Semaine et lancé le 23 octobre à Montréal. Dominique Michel a eu besoin de près de 600 pages pour raconter les moments importants de sa longue et glorieuse carrière, mais elle nous a surtout ouvert les portes de son intimité la plus complète en racontant ses amours, ses déceptions et ses passions. Des dizaines d’artistes ont assisté au lancement, dont son fidèle ami Patrice L’Écuyer, mais aussi les comédiens Michel Côté, Rémy Girard, Yves Jacques, Roger Joubert, Patrick Huard, Charles Lafortune, Gaston Lepage et Benoît Marleau, la chanteuse Emmanuelle, les animatrices Reine Malo, Danielle Ouimet et Janette Bertrand ainsi que les animateurs Gaston L’Heureux, Claude Charron et Edward Rémy. La grande absente de la soirée fut sans contredit Denise Filiatrault qui était retenu à Paris pour des obligations personnelles.

 

 

 

 

Séparation coûteuse pour Paul McCartney !

 

La vie de couple des gens riches et célèbres continue de défrayer les manchettes. Cette fois, c’est au tour de l’ex-Beatles, Paul McCartney, de passer dans les tabloïds du monde entier. Son épouse, Heater Mills a demandé le divorce. Déjà en soi, la nouvelle ne passe pas inaperçue dans le milieu du jet-set, mais faut-il en plus que tous les détails les plus sordides de leur relation houleuse soit rapportés dans les journaux. La violence faisait partie de ce couple britannique très en vue. De plus, les détails concernant le règlement de ce divorce risquent aussi de faire couler beaucoup d’encre. En effet, madame pourrait toucher une coquette somme de cette séparation. On sait que la fortune de Paul McCartney s’élève à plusieurs millions de dollars et que Heater Mills pourrait bien mettre la main sur tout un magot. Certains s’inquiètent de la moralité de cette affaire, puisque après seulement 5 ans de mariage, Heater Mills pourrait rafler une bonne partie de l’argent que la légende de la pop music de 64 ans a recueilli en plus de 40 ans de carrière. L’histoire est à suivre.

 

 

 

 

Les Denis Drolet deviennent papas !

 

Les Denis Drolet ont maintenant le bonheur d’être papas. Non, ne vous méprenez pas. Ils n’ont pas adoptés d’enfants ensemble, mais leurs conjointes respectives ont donné la vie à quelques semaines d’intervalles. Le 26 septembre, Sébastien Dubé, le barbu, est devenu papa d’un petit garçon. Puis, le 21 octobre, c’était au tour de Vincent Léonard de connaître les joies de la paternité alors que sa conjointe lui donnait une fille. Les deux enfants ont été respectivement appelés Léo et Juliette. Souhaitons beaucoup de bonheur à ces deux nouvelles familles.

 

 

 

 

Paul Ahmarani de retour dans « Congorama » !

 

Le comédien Paul Ahmarani se révèle de plus en plus comme l’acteur fétiche du cinéaste Philippe Falardeau. Après « La moitié gauche du frigo » qui avait valu un prix Jutra à Paul Ahmarani, le duo est de retour sur nos écrans avec le film « Congorama ». Le scénario raconte l’histoire d’une famille élargie qui vit sur trois continents. Louis, joué par Paul Ahmarani, est le fils de Lucie (Lorraine Pintal) et de Michel (Olivier Gourmet). Claudia Tabgo personnifie Alice, la nouvelle femme de Michel et Jean-Pierre Cassel est le père adoptif, Hervé. À travers une vie familiale aussi mêlante, Louis parcourt le monde pour retracer ses origines. À noter, dans ce film, la présence de Janine Sutto qui tient le rôle d’une religieuse âgée.

 

 

 

 

Au revoir Bobby Hachey !

 

C’est par un samedi triste et pluvieux, le 28 octobre, que la communauté country du Québec s’est rassemblée pour saluer une dernière fois l’un de leurs, Bobby Hachey, emporté par le cancer le 18 octobre. Plusieurs vedettes country étaient présentes en l’église Ste-Eugénie de St-Hyacinthe, dont Renée Martel, Benjamin Bessette, Carole Ann King, Georges Hamel, Richard Langelier, ainsi que les membres de la famille Daraîche, Dani, Paul et Julie. Au cours de la cérémonie, la chanteuse Joëlle Bizier, grande amie du défunt, a pris la parole pour lui rendre hommage. Tandis que le violoniste André Proulx assurait la partie musicale de la cérémonie religieuse, Bourbon Gauthier a chanté en l’honneur de celui qu’il a côtoyé professionnellement. Bobby Hachey a rejoint son fidèle camarade de la belle époque, Willie Lamothe. D’ailleurs, le fils de Willie, Michel Lamothe, qui fut membre des groupes Corbeau et Offenbach, a lui aussi assisté aux funérailles de celui qui fut presque un oncle pour lui.

 

 

 

 

Un hommage sobre pour Diane Dufresne !

 

Le trophée hommage du gala de l’ADISQ était remis cette année à la chanteuse Diane Dufresne, diva incontestée de la scène musicale québécoise, qui roule sa bosse dans le métier depuis plus de 35 ans déjà. Alors que Diane Dufresne nous a habitués au faste et à l’extravagance, l’hommage qu’on lui a réservé était plutôt sobre, à sa demande semble-t-il. En effet, madame Dufresne avait demandé d’être assise au balcon et de profiter de cet hommage. Après un vidéo rappelant des moments forts de sa carrière et présentant les témoignages d’affection de gens du milieu, quelques artistes, dont Daniel Boucher et Éric Lapointe, ont entonné une de ses pièces, peu connue mais si poétique. En rappelant que c’était la soirée des mercis, Diane Dufresne a eu une bonne pensée pour son public en disant que « sans le public, le showbusiness n’existerait pas ».

 

 

 

 

Le gala de l’ADISQ mise sur la relève !

 

Le 29 octobre, l’ADISQ remettait ses annuels prix Félix pour les personnalités ayant œuvré dans le monde de la musique et du spectacle au Québec. La fête fut celle de la relève puisque les numéros présentés mettaient en scène presque seulement de nouveaux artistes de notre univers culturel. Probablement que l’association trouvait que c’était une bonne façon de les faire connaître, mais au lendemain du gala, dans la rue, monsieur et madame tout-le-monde étaient déçus de ne pas avoir eu droit à la traditionnel fête de stars à laquelle ils étaient habitués. Les prix d’interprétation sont quand même allés à de jeunes artistes, mais qui sont quand même établis dans la chanson, Dany Bédar et Ariane Moffatt. En tout, Ariane Moffatt a reçu trois Félix cette année. Pierre Lapointe a lui aussi eu droit à de grands honneurs avec ses deux trophées, celui du meilleur album pop et de l’auteur-compositeur de l’année. Ce dernier prix a été partagé avec le groupe Karkwa. Le groupe Malajube a été sacré découverte de l’année tandis que c’est Kaïn qui a remporté le prix du groupe de l’année. D’autres prix ont été décernés à Andrée Watters, Chloé Ste-Marie, Simple Plan, Champion et ses G-Strings, sans oublier Annie Blanchard de « Star Académie » qui a reçu le convoité trophée de la chanson de l’année pour « Évangéline ». La meilleure performance de la soirée fut sans contredit celle de Louis-José Houde, l’animateur, dont le travail fut louangé autant par la critique que par le public.

 

 

 

 

Jean-Pierre Ferland sur scène en janvier !

 

Le pire est passé pour Jean-Pierre Ferland qui se remet lentement de l’ICT dont il fut victime au milieu du mois d’octobre. Après avoir annoncé d’abord qu’il avait été victime d’un AVC, les médias ont rectifié le tir en précisant que son état était transitoire et qu’il pourrait reprendre son spectacle d’adieu du 13 octobre qu’il avait dû annuler. Après sa convalescence, Jean-Pierre Ferland reprendra le collier et compte présenter son dernier concert à Montréal le 13 janvier prochain. C’est du moins ce qui a été annoncé à la fin du mois d’octobre. Avec tout son courage et toute sa détermination, Jean-Pierre Ferland bouclera donc la boucle sur 50 ans de chansons et d’amour partagés avec son public.

 

 

 

 

« La belle bête » : un film particulier !

 

Lorsqu’elle a publié son roman « La belle bête » en 1959, l’auteure Marie-Claire Blais ne s’attendait sûrement pas à ce que son œuvre soit un jour adaptée pour le cinéma. C’est pourtant ce qu’a choisi de faire Karim Hussein. On ignore encore si le film connaîtra le succès tout comme le roman, mais ceux qui l’ont vu savent déjà qu’il s’agit d’une œuvre unique et inclassable de notre cinéma. Le film ne plaira peut-être pas à un large public, mais d’autres le louangeront pour l’audace dont il fait preuve, notamment dans ses scènes de violence, tant physique que psychologique. L’histoire est celle d’une famille vivant coupée du monde depuis la mort du père, dans des relations malsaines et dysfonctionnelles. Ces personnages tourmentés sont joués par Marc-André Grondin (vedette de « C.R.A.Z.Y. »), Carole Laure et Caroline Dhavernas. À vous de vous faire votre propre idée.

 

 

 

 

Lise Payette refuse qu’on se moque de son œuvre !

 

Pour ceux qui en doutaient, Radio-Canada a gagné son pari avec l’émission « Ici Louis-José Houde » et nous en avons eu la preuve cette semaine alors que Lise Payette a voulu interdire l’utilisation d’extraits de ses téléromans. Dans cette émission de divertissement, on présente des extraits d’émissions tirés des archives de la société d’état, en privilégiant bien sûr celles qui sont le plus susceptibles de nous faire rire ou sourire. Avant même que la deuxième saison de l’émission ne soit tournée, pour l’automne 2007, Lise Payette, auteure de téléromans bien connue, a fait parvenir une lettre d’avocat à Radio-Canada pour leur interdire d’utiliser des extraits de téléromans qu’elle a écrits. Elle aurait semble-t-il eu vent qu’on voulait se moquer des coiffures de l’époque où elle écrivait le téléroman « Des dames de cœur ». Madame Payette a peut-être marqué l’histoire de la télévision à sa façon, mais comme le dit le dicton, « Celui qui ne vaut pas une risée, ne vaut pas grand chose ». Après tout, l’humour de l’émission de Louis-José Houde n’a jamais rien eu de méchant. En plus des « Dames de cœur », Lise Payette a aussi écrit « La bonne aventure », « Marilyn », « Un signe de feu », « Les machos » et « Les super mammies » qui fut un dur échec pour Radio-Canada.

 

 

 

 

Les nouveaux albums du mois d’octobre !

 

Nicola Ciccone, « Nous serons six milliards »

Mine de rien, Nicola Ciccone nous offre déjà son troisième album. La pression est forte pour « Nous serons six

milliards », puisque ses deux albums précédents, « L’opéra du mendiant » et « J’t’aime tout court » ont eu un grand succès populaires. À en entendre les premiers commentaires, son pari sera sûrement gagné une fois de plus.

 

Audrey DeMontigny, « Si l’amour existe »

En 2003, Audrey DeMontigny avait fait bonne figure au concours Canadian Idol. Son premier album faisait suite à sa révélation à la télévision. Avec ce deuxième album, Audrey tente d’enraciner son rêve et de prouver que son succès n’était pas qu’un feu de paille. C’est ce que nous lui souhaitons.

 

Luc De Larochellière, « Voix croisées »

Qui l’eut crû ! Luc De Larochellière fête déjà ses vingt ans de carrière. Pour souligner l’événement, il lance un album

compilation bien particulier. Sur cet album, il réinterprète ses grands succès en duo avec d’autres chanteurs connus, comme « Amère America » avec Daniel Boucher et « Si fragile » avec Gilles Vigneault. Lynda Thalie, Vincent Vallières et Florent Vollant ont aussi participé à ce projet.

 

Patrick Groulx, « Pat Groulx et les Bas Blancs »

Fans de l’humoriste Patrick Groulx, vous serez déçus si vous vous attendez à retrouver ses meilleures blagues sur ce

disque. Il se révèle plutôt comme un auteur-compositeur sensible. Fidèle au style chansonnier, c’est un album pour les amateurs de textes davantage que pour les amateurs de danse.

 

Richard Séguin, « Lettres ouvertes »

Les fans de Richard Séguin n’auront jamais été aussi heureux de la sortie de l’un de ses albums. Il revient en force en se renouvelant tout en puisant dans ses racines folks. Avec des pièces comme « La route ouverte » et « La maison brûle », il frappe de nouveau aux portes du succès.

 

Alain Lefèvre, « Rhapsodies »

Enregistré en concert avec l’Orchestre Symphonique de Montréal en avril 2006, l’album « Rhapsodies » fait la fierté du pianiste Alain Lefèvre. Ce qui l’émeut le plus, c’est d’avoir pu rendre hommage à un autre grand pianiste québécois, André Mathieu, décédé prématurément en 1968 et de qui il a repris la pièce « Rhapsodie romantique ». Pour les amateurs de piano classique.

 

Robert Charlebois, « Robert Charlebois au National »

Les années 70 revivent à travers cette icône du rock qu’est Robert Charlebois. Les pièces qui ont fait sa gloire au début de cette décennie rappelleront de bons souvenirs aux rebelles dans l’âme qui ont connu cette époque. « Fu Man Chu », « Fais-toi z’en pas » et « Ordiniare » font partie de ces classiques interprétés sur scène.

 

 

 

 

Les nouveautés sur Star Québec !

 

* Guy Fournier a marqué l’histoire de la télé, comme animateur, mais surtout comme auteur de téléromans et de

téléséries. Sans lui, il n’y aurait jamais eu de Rémi Duval dans « Jamais deux sans toi ». C’est à la suite d’une controverse qu’il revient dans l’actualité. Malgré tout, Star Québec reconnaît son apport au milieu culturel en lui consacrant une fiche-bio, d’autant plus que TQS, dont il est l’un des pionniers, fête ses 20 ans.