Juillet 2006

 

 

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

Décès de Jacques Lorain !

« Le secret de ma mère » au salon funéraire !

Le cinéma québécois en crise !

L’UDA perd un de ses fondateurs !

Boule Noire continue de se battre contre la maladie !

Luciano Pavarotti opéré pour un cancer !

Pink Floyd en deuil !

June Allyson n’est plus !

Caroline Néron accusée de menaces de mort !

Décès de l’acteur Red Buttons !

Guy Cloutier retrouve sa liberté !

Décès du cinéaste français Gérard Oury !

La générosité de Shirley Théroux sauvera sa sœur !

Le frère « Untel » meurt à 79 ans !

 

 

 

 

Décès de Jacques Lorain !

 

Les comédiennes Danièle et Sophie Lorain sont en deuil. Leur père Jacques Lorain est décédé le 3 juillet à l’âge de 89 ans. Jacques Lorain avait lui aussi jadis œuvré dans le milieu artistique. Imprésario d’artistes, il a entre autres présenté Denise Filiatrault (qui était alors son épouse) à Dominique Michel et les a encouragées à se produire en duo sur les scènes de cabaret. Jacques Lorain faisait également lui aussi carrière comme comédien. Il joua notamment dans plusieurs séries jeunesse dont « Le courrier du Roy », « Ouragan » et « Thierry la fronde ». Au cinéma, il a joué dans « Pousse mais pousse égal ». Il participa aussi à l’émission « Au p’tit café » du 31 décembre 1957, considérée comme l’ancêtre des « Bye-Bye ». Après avoir mis un terme à son union avec Denise Filiatrault, il fréquenta la comédienne Arlette Sanders qui fut sa conjointe durant les 44 dernières années.

 

 

 

 

« Le secret de ma mère » au salon funéraire !

 

C’est le 7 juillet que sort officiellement sur grand écran le nouveau film de Ghyslaine Côté, « Le secret de ma mère ». Pour présenter leur œuvre, les artistes et artisans du film avaient convié les médias… dans un salon funéraire. Ce concept faisait directement référence au scénario du film. En effet, lors des funérailles de Jos, sa fille Jeanne et son ex-femme Blanche se retrouvent entourées de parents et amis au salon funéraire. C’est là que Jeanne apprendra des secrets que lui avait cachés sa maman. Les deux personnages principaux sont joués par Ginette Reno et Céline Bonnier qui sont très bien entourés dans une distribution de grand calibre : Joëlle Morin, Marie-Chantal Perron, David Boutin, Paule Baillargeon, Catherine Bégin, Andrée Lachapelle et Clémence Des Rochers pour ne nommer que ceux-là. Ghyslaine Côté en est à sa deuxième réalisation après avoir connu un grand succès avec le film « Elles étaient cinq ».

 

 

 

 

Le cinéma québécois en crise !

 

Alors qu’il connaissait un essor sans précédent depuis la venue de productions aussi excellentes que « Les invasions barbares », « La grande séduction » et « C.R.A.Z.Y. », le cinéma québécois se retrouve plongé dans une crise qui pourrait bien lui faire perdre tous ses acquis. Téléfilm Canada, organisme qui subventionne la majorité des productions de notre cinéma, a choisi de financer seulement quatre nouveaux projets de films pour l’année qui vient. Ainsi, des cinéastes de renom, comme Robert Lepage, Denys Arcand et Charles Binamé, se sont butés à un refus de financement pour leur prochain film. Une quarantaine de cinéastes se sont unis pour écrire au gouvernement pour dénoncer les enveloppes à la performance qu’il accorde aux films qui obtiennent le plus de succès au box-office, et qui ont, par le fait même, moins  besoin de cet argent… Face au refus, Robert Lepage a même abandonné son projet de film inspiré de sa pièce de théâtre « La trilogie des dragons ». Il a aussi décidé de fermer sa maison de production Ex-Aequo puisque selon lui, le message que lui envoie le gouvernement, c’est qu’il doit aller à l’étranger s’il veut scénariser et réaliser ses films. L’auteure et productrice Fabienne Larouche, qui travaille à un projet de film rejeté par Téléfilm Canada, est elle aussi montée aux barricades pour dénoncer la façon de procéder à l’octroi des subventions. Selon elle, c’est Louise Deslauriers de Téléfilm Canada et Joëlle  Levie de la SODEC qui ont droit de vie et de mort sur tous les projets de films. Ils n’ont aucun critère pour décider quelles projets seront retenus, ce n’est donc que leurs goûts personnels qui décident. Madame Larouche n’hésite pas à comparer cette crise de financement du cinéma au scandale des commandites et à l’affaire Cinar. Malgré ces protestations, la ministre du Patrimoine, Bev Oda, n’a pas l’intention de donner davantage d’argent pour l’année qui vient mais a promis une consultation à l’automne pour essayer de trouver une solution à ce sous-financement.

 

 

 

 

Boule Noire continue de se battre contre la maladie !

 

Le chanteur Georges Thurston, qui a connu la gloire sous le nom de Boule Noire durant l’époque disco, livre actuellement une bataille pour sa vie. Il y a quelques mois, le chanteur a appris qu’il souffrait d’un cancer du côlon et du rectum. Loin de se laisser abattre par le diagnostic, il s’est soumis à des traitements de chimiothérapie visant à faire réduire la tumeur, ce qui lui permettrait alors d’être admissible pour une chirurgie. Les traitements sont terminés et la tumeur a bel et bien diminué. Boule Noire reprenait goût à la vie et a recommencé à enregistrer des chansons. Mais voilà que l’opération qu’il devait subir à la fin du mois de juin a été reportée à l’automne pour des raisons administratives. De plus, des cellules cancéreuses ont aussi été découvertes au foie. Boule Noire devra donc reprendre les traitements de chimio pour se préparer à l’opération de cet automne et garde espoir que malgré les délais, la santé reviendra…

 

 

 

 

L’UDA perd un de ses fondateurs !

 

Le décès du ténor québécois Oriel Barrette a attristé l’Union des Artistes. En effet, Oriel Barrette fut l’un des chanteurs lyriques mal payés des années 30 qui avaient décidé de fonder un syndicat pour améliorer leurs conditions de travail. Autour du chanteur René Bertrand, ce petit groupe avait fondé l’Union des Artistes en 1937. Bertrand en fut d’ailleurs le tout premier président. Voilà qu’une page s’est tournée sur cette époque avec la disparition d’Oriel Barrette, survenue le 6 juillet. Il était âgé de 90 ans. En apprenant la triste nouvelle, le président de l’Union des Artistes, le comédien Pierre Curzi, a rappelé que « c'est grâce à des artistes comme Oriel Barrette que l'Union existe aujourd'hui pour protéger et défendre les intérêts de tous les artistes-interprètes. » Encore passionné de musique, Oriel Barrette chantait jusqu’à l’an dernier dans le chœur de la Basilique Notre-Dame de Montréal.

 

 

 

 

Luciano Pavarotti opéré pour un cancer !

 

Le ténor italien Luciano Pavarotti se remet d’une opération subie en vue d’enlever une tumeur cancéreuse au pancréas. C’est alors qu’il s’apprêtait à quitter New-York pour entreprendre une série de concerts en Grande-Bretagne qu’on lui a diagnostiqué la terrible maladie. Heureusement, la chirurgie s’est très bien déroulée et a permis d’enlever la totalité de la masse. La star de 70 ans se remet très bien et garde un bon moral. Toujours hospitalisé à New-York, il a dû annuler tous ses engagements pour le reste de l’année. Il devait entre autres se rendre en Finlande, en Norvège, en Autriche, en Suisse et au Portugal. En attendant de reprendre ses tours de chants, il récupère et prendra un repos bien mérité.

 

 

 

 

Pink Floyd en deuil !

 

Le légendaire groupe Pink Floyd est en deuil. L’un de ses membres fondateurs, le chanteur et guitariste Syd Barrett, est décédé à son domicile de Cambridgeshire le 7 juillet. Âgé de 60 ans, ce sont des complications du diabète qui auraient causé son décès. C’est en 1965 qu’il avait fondé le groupe Pink Floyd en compagnie de Rick Wright, Nick Mason et Roger Waters. Il participa largement à la création de l’album « Piper At The Gates Of Dawn », paru en 1967 et considéré comme l’un des meilleurs albums psychédéliques de tous les temps. À ce moment déjà, Syd Barrett faisait usage de LSD. Cette drogue lui occasionnera des problèmes d’ordre psychiatriques qui l’obligeront à quitter le groupe en 1968. Il est alors remplacé par David Gilmour au sein du groupe. Après avoir quitté le groupe, il produit deux albums solos avant de se retirer complètement de la vie artistique en 1973.

 

 

 

 

June Allyson n’est plus !

 

L’actrice June Allyson n’est plus ! Elle a succombé le 8 juillet à une défaillance cardiaque et une bronchite aiguë qui faisaient suite à une longue maladie. C’est aux côtés de son époux, David Ashrow, que la dame de 88 ans a rendu l’âme. Née dans le Bronx en 1917, elle a fait ses débuts dans des comédies musicales de la MGM. Déjà, à l’époque de la Seconde Guerre Mondiale, elle représentait l’épouse modèle. Elle campa donc plus souvent qu’autrement des rôles d’épouses dans les films qu’on lui proposa. Elle joua notamment l’épouse de James Stewart dans « Un homme change son destin », « Romance inachevée » (The Glenn Miller Story) et « Strategic Air Command ». En 1945, elle devient l’épouse de l’acteur et chanteur Dick Powell. Ensemble, ils ont eu deux enfants, Pamela et Richard Keith. Après un court temps de séparation, ils reprirent la vie commune et demeurèrent ensemble jusqu’au décès de Dick Powell en 1963. Elle vivait avec son nouveau mari depuis 1976.

 

 

 

 

Décès de l’acteur Red Buttons !

 

L’acteur Red Buttons, connu comme le rouquin du monde burlesque, est décédé le 13 juillet à la suite d’une maladie

vasculaire. Il avait 87 ans. Son décès est survenu à son domicile du secteur de Los Angeles alors qu’il était entouré de ses proches. S’étant fait remarqué très tôt par les propriétaires d’un théâtre burlesque, il était devenu vedette alors qu’il était très jeune. Mais les portes d’Hollywood se sont ouvertes à lui en 1957 alors qu’il remporta un Oscar pour son rôle dans le film « Sayonara ». Il y jouait un sergent des forces d’occupation américaine qui tombe amoureux d’une japonaise au cours de la Seconde Guerre Mondiale. Par la suite, les rôles se multiplient. Il joue notamment dans « The Longest Day », « The Big Circus » et « The Poseidon Adventure », pour ne nommer que ceux-là. Au sommet de sa gloire, il eut même sa propre série télévisée, « The Red Buttons Show ». Plus récemment, il joua dans les séries télévisées « Les héritiers du rêve », « Roseanne » et « ER ».

 

 

 

 

Caroline Néron accusée de menaces de mort !

 

La chanteuse et comédienne Caroline Néron se retrouve dans une situation délicate. L’un de ses techniciens de scène, Mike Cloutier, l’accuse d’avoir proféré des menaces de mort à son endroit. C’est du moins ce qu’affirme le réseau de télévision TQS à qui Mike Cloutier se serait confié. Les événements se seraient déroulés le 7 juillet dans une discothèque de Laval. Après un spectacle de la chanteuse qui se serait mal déroulé, selon monsieur Cloutier, il aurait rencontré Caroline Néron dans sa loge et celle-ci lui aurait lancé « Je vais te tuer, mon ostie! » Cependant, personne d’autre n’aurait été témoin de ces paroles. Du côté de Caroline Néron, les allégations de Mike Cloutier sont niées. Le gérant de la blonde vedette, Martin Gélinas, précise que Mike Cloutier est un technicien pigiste. Comme l’équipe était insatisfaite de son travail, il avait été remercié avant même de porter plainte à la police de Laval. L’enquête suivra donc son cours pour déterminer s’il y a matière à poursuite dans cette affaire !

 

 

 

 

Guy Cloutier retrouve sa liberté !

 

L’ex-imprésario Guy Cloutier a comparu devant la Commission des libérations conditionnelles le 20 juillet, au Centre de formation de Laval. Après avoir entendu son plaidoyer et après une heure de délibération, les commissaires se sont mis d’accord sur la libération de celui qui a été condamné, en décembre 2004, à 42 mois de prison pour des crimes à caractère sexuel sur deux mineurs, dont la chanteuse Nathalie Simard. Monsieur Cloutier a fait valoir que la thérapie dont il avait bénéficié lui avait fait prendre conscience de ses problèmes affectifs et de tout le tort qu’il a pu causer à ses victimes. Les commissaires se sont donc mis d’accord sur le fait que Guy Cloutier ne représentait plus une menace pour la population, mais lui ont quand même imposé de poursuivre sa thérapie. On lui a fortement conseillé de participer à un groupe de discussion et d’entraide, mais on ne lui a pas imposé de séjour en maison de transition. Devant la médiatisation de l’affaire, on craignait que la confidentialité qu’exigent ces endroits soit compromise.

 

 

 

Décès du cinéaste français Gérard Oury !

 

La France vient de perdre un autre géant. Le cinéaste Gérard Oury est décédé à son domicile de St-Tropez le 19 juillet à l’âge de 87 ans. Maître du cinéma comique, il a réalisé de grands succès populaires tels que « La grande vadrouille » ou « Les aventures de Rabbi Jacob ». Né à Paris en 1919, il opte d’abord pour une carrière de comédien. Il prend donc des cours avec René Simon puis entre au Conservatoire. Il débute en jouant dans la pièce « Britannicus ». Après une éclipse à l’époque de la guerre, il fait ses premiers pas au cinéma. On ne lui donne que de petits rôles, ce qui le lasse profondément. Il décide alors de passer derrière la caméra. Dès 1959, il réalise « La main chaude ». Il connaît un premier grand succès populaire en 1961 alors qu’il dirige Louis De Funès dans « Le crime ne paie pas ». Fort de ce succès, il s’orient dès lors vers la comédie et De Funès devient l’un de ses acteurs fétiches. Parmi ses autres grands succès, on compte « La folie des grandeurs » et « Le corniaud ». Au cours de son impressionnante carrière, il aura dirigé des noms aussi prestigieux que Bourvil, Louis De Funès, Jean-Paul Belmondo, Pierre Richard, Gérard Jugnot et Philippe Noiret. Conjoint de l’actrice Michèle Morgan depuis 48 ans, il était le papa d’une fille née d’une union précédente.

 

 

 

 

Le frère « Untel » meurt à 79 ans !

 

Le Québec a perdu l’un des noms importants de son histoire. Le frère Jean-Paul Desbiens, essayiste et polémiste réputé, a rendu l’âme le 23 juillet à l’âge de 79 ans. C’est une insuffisance respiratoire qui est à l’origine de son décès. Membre de la Congrégation des frères maristes depuis 1945, il avait connu la gloire en 1960 alors qu’il avait publié « Les insolences du frère Untel ». Son pseudonyme du frère Untel lui avait alors permis de critiquer sans retenue la société québécoise, particulièrement le système d’éducation qu’il jugeait dépassé. Les ventes de ce livre avaient dépassé les 100 000 copies et lui avait valu de remporter le Prix Liberté en 1961. Plusieurs évêques de l’époque avaient dénoncé ses propos, mais sans le savoir, ses écrits avaient été l’un des éléments déclencheurs de la Révolution Tranquille au Québec. Après ce moment de gloire, le frère Desbiens avaient été conseiller au Ministère de l’Éducation et avait participé à la création des cégeps. Il a aussi été éditorialiste du journal La Presse. Chevalier de l’Ordre National du Québec depuis 1988, il avait aussi été décoré de l’Ordre du Canada en février 2006.

 

 

 

 

La générosité de Shirley Théroux sauvera sa sœur !

 

La chanteuse Shirley Théroux permettra à sa sœur aînée, Mireille, atteinte d’un cancer, de subir une greffe de moelle osseuse. C’est une grande preuve de générosité de la part de l’artiste qui divertit le public depuis plus de 40 ans. C’est en décembre dernier, à la suite d’un examen de routine, que Mireille Théroux a appris qu’elle souffrait de la terrible maladie. On a d’abord cru qu’il s’agissait d’un syndrome myelodysplasique, une forme de cancer de la moelle incurable. On ne lui donna alors que quelques mois à vivre. Mais d’autres examens orientèrent le diagnostic vers la leucémie. Mireille Théroux s’est donc astreinte à des traitements de chimiothérapie efficaces. Maintenant en rémission, elle peut donc recevoir une greffe de moelle osseuse qui lui permettra de vivre plus longtemps avant une possible rechute. Shirley Théroux, qui anime l’émission « Y’a plein de soleil » chaque dimanche sur les ondes de TQS, s’est dit très heureuse de faire ce beau cadeau à sa grande sœur qu’elle aime tant. Shirley était la seule personne de la famille à être compatible à 100% avec sa sœur Mireille. On lui a donc prélevé des cellules souches afin de procéder à la greffe.