Avril 2006

 

 

 

 

Les manchettes du mois :

(Cliquez sur le titre pour lire l’article)

 

« Km/h » tire sa révérence !

Une avalanche de DVD !

« Un dimanche à Kigali » : Un petit bijou !

Les artistes discutent souveraineté !

Guy Cloutier reste en prison !

Josélito Michaud parle de deuil !

Michèle Richard fête ses 60 ans !

Le retour de « Soirée canadienne » !

Une finale catastrophe pour « Les Bougon » !

C’est la fête pour Raymond Lévesque !

Le monde du théâtre pleure Mercedes Palomino !

Jean Lapointe revit 50 ans de carrière !

Jici Lauzon quitte « Virginie » !

Daniel Guérard n’est plus !

Patricia Paquin congédiée de « Flash » !

La résurrection de Renée Martel !

Gala Artis ou Métrostar, le public aime les mêmes artistes !

Un coup de chapeau mérité pour Michel Jasmin !

Les nouveaux albums du mois d’avril !

 

 

 

 

Une avalanche de DVD !

 

Il y a des périodes où les DVD poussent comme des champignons. C’est le cas en ce mois d’avril. D’abord, Jean Lapointe souligne ses 50 ans de carrière en lançant « Jean Lapointe, ses 50 plus grands numéros ». Sur ce DVD double, on retrouve les meilleurs moments de sa carrière, en humour, en chansons et en entrevues. Puis, Radio-Canada met sur le marché la seconde saison de la série « Rumeurs » mettant en vedette James Hyndman et Lynda Johnson. Les enfants des années 60 retrouveront avec grand plaisir les personnages loufoques de « La Ribouledingue » avec André Montmorency, Marcel Sabourin et les regrettés Jean-Louis Millette et Denise Morelle. Le téléroman « 4 et demi » a marqué les années 90 avec Isabelle Brossard et Robert Brouillette dans les rôles principaux. Vous les retrouverez sur DVD dans les épisodes de la première saison, entourés de Serge Postigo, Lynda Johnson, Alain Zouvi et Nicole Leblanc. Les plus nostalgiques retrouveront avec bonheur « La famille Plouffe », un coffret où on a réunis les quelques épisodes encore restants de ce tout premier téléroman québécois. On y retrouve de grands noms d’ici, dont Amanda Alarie, Paul Guèvremont, Denise Pelletier et Émile Genest.

 

 

 

 

« Km/h » tire sa révérence !

 

C’est avec beaucoup de tristesse que des milliers de téléspectateurs ont fait leurs adieux aux personnages de la comédie « Km/h » le 4 avril. Pour souligner l’événement marquant, TVA doublait le plaisir en nous offrant une émission d’une heure. Pour ce dernier rendez-vous, on pouvait assister au mariage le plus ridicule de l’histoire de la télé, celui de Tite-Lène et de Jean-Louis (Nathalie Claude et Gilbert Turp). Non seulement les deux époux n’ont aucune idée de ce qu’est le devoir conjugal, mais en plus, Jean-Louis a choisi pour témoin les cendres de sa mère… Dans le même épisode, Sylvie et Germain (Sonia Vachon et Gildor Roy) deviennent les parents de leur premier bébé. Mais le mot de la fin est revenu à Denis (Michel Barrette). Après être passé d’une conquête à l’autre pendant les huit ans qu’a duré la série, il décide de s’engager sérieusement et de partager sa vie avec sa nouvelle conjointe jouée par Sophie Lorain. « Km/h » n’est plus, mais les souvenirs de cette série demeureront longtemps dans notre mémoire.

 

 

 

 

« Un dimanche à Kigali » : un petit bijou !

 

Les critiques sont unanimes. Le nouveau film de Robert Favreau, « Un dimanche à Kigali », est un véritable petit bijou. Mettant en vedette Luc Picard et Fatou N’Diaye, le film a pour trame une histoire d’amour entre un occidental et une africaine qui se déroule au moment du génocide au Rwanda entre les Hutus et les Tutsis en 1994. Tiré du roman de Gil Courtemanche, « Un dimanche à la piscine de Kigali », le film sait toucher tout le monde qui se laisse emporter par le scénario. Un film à voir ! La distribution compte également Alexis Martin, Geneviève Brouillette, Céline Bonnier, Maka Kotto et Luck Mervil.

 

 

 

 

Les artistes discutent souveraineté !

 

Ça brasse fort chez nos artistes impliqués pour la cause souverainiste. Chacun se renvoie la balle à savoir quels propos feront avancer la cause. Tout a commencé alors que l’auteur et dramaturge Michel Tremblay a déclaré aux médias qu’il ne croyait plus à la souveraineté du Québec. Il considère que les enjeux de la souveraineté sont devenus davantage économiques que culturels et qu’il ne se reconnaissait plus dans ce projet. Aussitôt la nouvelle annoncée, c’est l’homme de théâtre Robert Lepage qui a renchéri en affirmant que les constatations de son confrère étaient justes et que lui-même en était venu à douter de l’indépendance, sans mettre une croix définitive sur le projet. Le cinéaste Pierre Falardeau, qui en met toujours un peu plus que le client en demande, a poursuivi en disant que ce débat nuisait à la cause souverainiste, contrairement à ce que disait Robert Lepage pour qui cette discussion est saine pour la relance de l’idée. L’auteur Victor-Lévy Beaulieu a lui aussi vertement critiqué la prise de position de Michel Tremblay, tout comme le groupe Loco Locass qui considère son attitude très « baby-boomesque » de changer son fusil d’épaule comme il le fait. Sans avoir délaissé la cause, l’humoriste Clémence Des Rochers et le chanteur Richard Séguin ont pour leur part appuyé Michel Tremblay en affirmant qu’ils comprenaient son message.

 

 

 

 

Guy Cloutier reste en prison !

 

C’est le 12 avril que la remise en liberté de l’imprésario Guy Cloutier devait être étudiée par la commission des libérations conditionnelles. Or, à la toute dernière minute, un courriel parvenu aux autorités laisse croire que l’imprésario aurait fait une autre victime. On se souvient qu’il a été condamné en décembre 2004 à 28 mois de prison pour des crimes à caractère sexuel sur sa jeune protégée Nathalie Simard ainsi que sur une autre victime dont le nom n’a pas été divulgué. Cette fois, une troisième présumée victime se serait manifestée relativement à des événements qui se sont déroulés en 1974 et 1975. Les autorités policières tentent de faire la lumière sur cette histoire afin de déterminer si les accusations sont fondées ou s’il s’agit d’un canular. D’ici là, la libération conditionnelle de Guy Cloutier a été reportée d’au moins deux mois.

 

 

 

 

Josélito Michaud parle de deuil !

 

On l’a d’abord connu comme gérant d’artistes, puis ensuite comme animateur à Rock Détente et à TVA. Voilà maintenant que Josélito Michaud se lance dans l’écriture. Il a lancé « Passages obligés », un livre où il recueille les témoignages de 22 personnalités du Québec sur différentes expériences de deuil. Parmi les témoignages les plus touchants, on retient celui de Geneviève Cauden, une survivante de la tragédie de l’École Polytechnique en 1989. Le passage qui a le plus marqué le public est sans contredit celui de la comédienne Sophie Prégent dont le fils, Matisse, est atteint d’autisme. Le livre de Josélito Michaud a connu un bon départ en librairie. Invité au Salon du Livre de Québec, il a littéralement volé la vedette avec Bryan Perro, l’auteur du roman jeunesse « Amos d’Aragon ».

 

 

 

 

Michèle Richard fête ses 60 ans !

 

Michèle Richard, la plus star des vedettes québécoises, a fêté en grand ses 60 ans au milieu d’avril. C’est dans un restaurant du Vieux-Montréal, le 17 avril,  qu’une soixantaine de personnes se sont réunies pour venir souhaiter longue vie à leur amie. Parmi eux, la chroniqueuse Francine Grimaldi, le journaliste Roger Sylvain, le chanteur Tony Roman, le coiffeur Alvaro et le producteur Pierre Marchand, à qui l’on doit la téléréalité « Michèle Richard », se sont succédés pour embrasser la jubilaire. René Angélil a lui aussi tenu à transmettre ses meilleurs vœux à la fêtée par un message présenté sur écran géant. Michèle Richard n’a pas encore opté pour la retraite puisqu’elle est en spectacle au Casino de Montréal jusqu’au 30 avril.

 

 

 

 

Une finale catastrophe pour « Les Bougon » !

 

La populaire télésérie « Les Bougon, c’est aussi ça la vie » est bel et bien morte… et c’est la cas de le dire. En effet, le dernier épisode s’est terminé par une guerre nucléaire où Montréal fut détruite, plongeant nos personnages préférés dans le noir définitif. Cet événement survenait quelques minutes seulement après la naissance du bébé de Dolorès et l’incarcération de Paul pour fraudes. La série « Les Bougon, c’est aussi ça la vie » avait connu des débuts houleux en 2004 alors que tous les regroupements d’associations pour assistés sociaux avaient dénoncé le propos de la série où des gens sur l’aide sociale fraudaient le système de toutes les façons possibles. Au cours de son existence, la série n’a pas cessé de chercher à provoquer les âmes prudes. Qui ne se souvient pas du chat décapité par Junior alors qu’il s’était assis accidentellement sur l’animal, des nombreux amants de Dolorès et plus récemment du furet que Junior s’insère dans l’anus pour devenir un « Jackass ». Amateur des Bougon, ne pleurez pas trop vite. On nous promet que vos personnages préférés reviendront sous peu au cinéma.

 

 

 

 

Le retour de « Soirée canadienne » !

 

La nostalgie n’a jamais été aussi populaire depuis la venue de la station de télévision Prise 2 disponible sur la télé numérique seulement. Le dernier succès de la station, c’est la résurrection de « Soirée canadienne » le temps d’un week-end. En effet, à l’occasion de la fin de semaine de Pâques, Prise 2 a présenté une émission originale où on pouvait revoir les meilleurs moments de cette série qui a gardé l’antenne de 1960 à 1983. Entre les séquences souvenirs, l’animateur de la série, Louis Bilodeau, aujourd’hui âgé de 82 ans, se rappelait des bons moments qu’il a vécus à l’antenne. Ce fut un bien beau bouquet de chansons et de musiques traditionnelles du terroir québécois. Le seul défaut de cet événement, c’est qu’il soit diffusé uniquement sur la télé numérique. Il était donc impossible pour une grande partie de la population d’avoir accès à ce patrimoine. Parmi eux, plusieurs personnes âgées qui ont connu la belle époque de « Soirée canadienne » et qui n’a pas accès à cette technologie. Dommage !

 

 

 

 

Le monde du théâtre pleure Mercedes Palomino !

 

Le monde du théâtre est en deuil. Mercedes Palomino est décédée à son domicile de Montréal le 18 avril. Elle avait 93 ans. Elle a laissé sa marque dans le milieu théâtral pour avoir dirigé le Théâtre du Rideau Vert pendant plus de 50 ans. Née en Espagne, elle a vécu une partie de sa jeunesse en Argentine, puis au Pérou. Après avoir touché au théâtre, à la radio et au journalisme, elle vient à Montréal en 1948 pour y faire une série de reportages sur le Canada. Elle n’est jamais repartie. Elle décide alors de fonder une compagnie théâtrale en compagnie de la comédienne Yvette Brind’Amour. Le Théâtre du Rideau Vert voit le jour en 1948. Au cours des années, leur théâtre participera à des créations historiques, notamment celle des « Belles-sœurs » de Michel Tremblay en 1968 et de « La sagouine » d’Antonine Maillet dans les années 70. Le 25 avril, Mercedes Palomino a eu droit à des funérailles touchantes en l’église St-Viateur d’Outremont. Le comédien Luis DeCespedes comptait parmi les porteurs du cercueil et l’homélie a été prononcée par le comédien Guy Nadon. D’autres lectures ont été faites par Janine Sutto, Gilles Pelletier et Denise Filiatrault.

 

 

 

 

C’est la fête pour Raymond Lévesque !

 

Il y a 50 ans cette année, en 1956, Raymond Lévesque écrivait sa célèbre chanson « Quand les hommes vivront d’amour ». Cette expression devenue célèbre, le chansonnier l’avait lancée à la suite d’une discussion avec un ami à propos de la guerre  d’Algérie. Pour souligner l’événement, Musimax présente une « Musicographie » consacrée à Raymond Lévesque. L’émission a été présentée en primeur le 22 avril. Par la même occasion, on a lancé un album regroupant une dizaine d’interprétations différentes de sa chanson, par des artistes d’ici et d’Europe. Parmi les versions retenues pour le disque, on note la toute première, celle d’Eddie Constantine. On peut également entendre la célèbre chanson à la manière de Luce Dufault, Offenbach et Bruno Pelletier pour ne nommer que ceux-là. Une version DVD de l’album comporte également la « Musicoraphie » de Musimax.

 

 

 

 

Jean Lapointe revit 50 ans de carrière !

 

Jean Lapointe a tout fait dans sa carrière : chanteur, imitateur, fantaisiste, stand-up comique, acteur à la télé et au cinéma et maintenant sénateur. Il célébrait récemment ses 50 ans de carrière. Pour souligner l’événement, TVA diffuse un documentaire en 3 épisodes où il relate les grands moments de sa vie et de sa carrière en compagnie de son fils Jean-Marie. La série « Les chemins de ma vie » présente des commentaires de Jean Lapointe lui-même, entrecoupés d’extraits d’archives de moment inoubliables de sa carrière. Parallèlement, on a lancé un DVD, « Ses 50 plus grands numéros » où sont regroupés des moments importants vécus sur scène, comme son duo avec Félix Leclerc à l’émission « Station soleil ».

 

 

 

 

Jici Lauzon quitte « Virginie » !

 

Le comédien Jici Lauzon ne fera plus partie du téléroman « Virginie » l’automne prochain. Après neuf ans dans la peau du professeur syndicaliste Pierre Lacaille, il a demandé à l’auteure Fabienne Larouche d’être libéré de son rôle. Jici Lauzon a donc tourné la page sur cette grande partie de sa vie lundi le 24 avril, lors du dernier épisode de la saison du populaire téléroman. Dans cet épisode, Lacaille remettait sa démission comme nouveau directeur d’école et faisait ses adieux à sa grande amie Virginie en lui annonçant qu’il partait faire le tour du monde avec son fils Karl. Malgré ce départ, Jici Lauzon ne chômera pas au cours de la prochaine année. Il animera l’émission « Je m’en souviens » sur le canal Historia, il continue sa revue de presse à l’émission « Martineau » à la radio, au 98,5 FM en plus d’être porte-parole pour différentes causes sociales (comme la 10ième Opération Retour à l’école, l’événement Musique Multi-Montréal et la Fondation Canadian Tire).

 

 

 

 

Daniel Guérard n’est plus !

 

Le chanteur et animateur Daniel Guérard n’est plus ! Il est mort le 23 avril à l’âge de 62 ans à la suite d’un cancer du pancréas. Né à St-Félix-de-Valois en 1943, il avait d’abord débuté sa carrière comme comédien en 1963 au Théâtre du Rideau Vert. La même année, il remporte le premier prix à l’émission « Découvertes » de Télé-Métropole qui permet l’émergence de nouveaux talents de la chanson. Il endisque donc un premier 45 tours, « Écoute dans le vent » qui obtient un certain succès. Il faudra toutefois attendre à 1965 avant que sa carrière démarre vraiment. Il se fait connaître avec la reprise de la chanson « Aline ». En 1966, il reçoit le titre de découverte de l’année au Gala des Artistes. La même année, il enregistre « Si le chapeau te fait », chanson qui devient son plus grand succès. En 1968, un grave accident d’automobile l’oblige à mettre un terme à sa carrière pour un certain temps. Le milieu de la chanson étant ce qu’il est, lorsqu’il est prêt à reprendre le collier, au milieu des années 70, il n’est déjà plus dans le coup. Il chante encore de façon sporadique, mais il devient surtout animateur à la radio pour plusieurs stations et se fait chroniqueur culturel pour l’émission télévisée « Bon dimanche ». Dans les années 80, il devient l’un des animateurs vedettes de Rock Détente où son émission « Programme de star » a la cote. Encore une fois, il est obligé d’arrêter ses activités à la suite d’une crise cardiaque au début des années 90.

 

 

 

 

Patricia Paquin congédiée de « Flash » !

 

L’animatrice Patricia Paquin a appris une triste nouvelle en cette fin d’avril. TQS a annoncé que son contrat ne serait pas renouvelé. TQS souhaite revoir complètement la formule de « Flash » qui garde l’antenne depuis 12 ans. Patricia Paquin était en quelque sorte l’âme de cette émission puisqu’elle en faisait partie depuis les tout débuts. D’abord co-animatrice avec Francis Reddy, elle a ensuite fait équipe avec Alain Dumas pendant plusieurs années. Depuis le départ de ce dernier, Patricia Paquin animait seule la populaire émission culturelle. Les reporters de l’émission venaient présenter leurs reportages à ses côtés. Patricia Paquin n’a pas montré de déception face à ce départ, mais la nouvelle n’était pas sitôt annoncée que TQS lui avait déjà trouvé une remplaçante. C’est Anne-Marie Withenshaw qui lui succédera à compter de l’automne. L’avenir dira si TQS a bien fait de se débarrasser de son animatrice vedette.

 

 

 

 

La résurrection de Renée Martel !

 

Le mot n’est pas trop fort ! C’est une véritable résurrection pour Renée Martel qui effectue un retour sur disque avec le lancement de l’album « Un amour qui ne veut pas mourir ». En effet, aux prises avec une grave maladie pulmonaire, Renée Martel avait annoncé qu’elle abandonnait sa carrière en 1999 à cause de ses problèmes de santé. Pendant toutes ces années, la blonde vedette a bien pris soin d’elle. Puis, elle a commencé à tousser de moins en moins et à avoir besoin de moins de pompes pour venir à bout de ses symptômes. L’idée de recommencer à chanter lui est donc venue. Pour son retour, elle a décidé de réenregistrer en version acoustique ses plus grands succès. Quelques jours avant le lancement de son album, le 23 février, elle était alors victime d’un grave accident d’automobile. Hospitalisée pendant près de deux mois, elle a souffert de multiples fractures, d’une oreille arrachée, de muscles écrasés et de plaies au visage. Forcée de retarder la sortie de son album, qui s’accompagne également d’un DVD offrant des images de l’enregistrement du disque, Renée Martel est maintenant fière de renouer avec son public malgré les épreuves qu’elle a traversées.

 

 

 

 

Gala Artis ou Métrostar, le public aime les mêmes artistes !

 

Le Gala Métrostar n’est plus ! Vive le Gala Artis ! Tous les espoirs étaient permis en cette occasion de renouveau. Malgré le changement de nom, le public n’a pas changé ses chouchous, si bien que la majorité des gagnants étaient les mêmes que l’an dernier. Sophie Thibault en informations, Guy A. Lepage en talk-show et variétés, Marie-Claude Savard en sports, Marc Labrèche en humour, Denis Bouchard et Guylaine Tremblay pour les téléromans ainsi que Rémy Girard et Hélène Bourgeois-Leclerc pour les séries, ont tous récidivé pour une deuxième année consécutive. Même les personnalités de l’année étaient les mêmes qu’en 2005, soit Guylaine Tremblay et Rémy Girard. On a quand même eu droit à quelques surprises comme Claude Charron pour les affaires publiques, Charles Lafortune pour les jeux, Guy Jodoin pour les émissions jeunesse et Claire Lamarche pour les émissions de services qui renouaient avec les trophées après avoir été délaissée pendant quelques années, elle qui avait eu ses heures de gloire au début des années 90. L’animation de François Morency a donné un cachet agréable au gala faisant de cette soirée un bon moment de télévision. Et le clou de la soirée fut sans doute la chanson que Céline Dion interpréta en duo avec Marc Dupré, « Tout près du bonheur » !

 

 

 

 

Un coup de chapeau mérité pour Michel Jasmin !

 

Les trophées Artis sont décernés à la suite d’un vote du public. Toutefois, il y en a un qui n’était pas décerné par le public. Il s’agit du trophée hommage qui a été décerné à l’animateur Michel Jasmin, pour l’ensemble de sa carrière, mais aussi pour le courage dont il a fait preuve au cours de la dernière année alors qu’il a subi l’amputation d’une jambe. L’hommage était sans conteste fort mérité, mais le spectacle de l’homme montant sur scène avec une jambe en moins avait quelque chose de déconcertant. En s’assoyant sur le tabouret qui lui avait été préparé, l’animateur a même failli perdre pied. C’était à se demander pourquoi on l’avait obligé à monter sur scène devant toute une population déjà touchée par tant de courage de sa part. La réponse est venue dans les jours suivants alors que Michel Jasmin a affirmé aux médias qu’il avait lui-même tenu à monter sur scène par ses propres moyens. L’hommage était d’autant plus mérité que Michel Jasmin recevait ce soir-là son premier trophée, lui qui compte pourtant une longue et belle carrière à la radio, lui qui a balayé les cotes d’écoute au début  des années 80 avec son talk-show de fin de soirée… et lui qui continue chaque jour de nous faire vivre de bons moments en compagnie des personnalités que nous aimons par-dessus tout… Chapeau monsieur Jasmin !

 

 

 

 

Les nouveaux albums du mois d’avril

 

Wilfred LeBouthillier, « Poussières »

Le second album de Wilfred LeBouthillier était très attendu. Avec « Poussières », ça passe ou ça casse pour la carrière de Wilfred. En effet, son premier album était paru quelques semaines seulement après la victoire du chanteur acadien à la première édition de « Star Académie ». La sortie de l’album avait eu l’effet d’une bombe, mais son immense succès n’avait duré que le temps d’une rose. Le deuxième disque permettra de savoir si Wilfred durera dans le temps. Il s’est beaucoup impliqué dans cet album qui lui ressemble énormément puisqu’il a écrit presque toutes les pièces, dont « Insignifiant » qui rapporte les propos malveillants qu’il entend sur son passage et leurs effets sur son estime de lui-même.

 

Renée Martel, « Un amour qui ne veut pas mourir »

Les chansons de Renée Martel ont traversé les années et encore aujourd’hui on les fredonne régulièrement. Pour effectuer son retour inespéré sur disque, Renée Martel a choisi de réenregistrer en version acoustique quelques-uns de ses plus grands succès, dont l’immortel « Un amour qui ne veut pas mourir ». L’album comprend également de nouvelles versions de « Liverpool », « Cowgirl dorée », « Si on pouvait recommencer » et plusieurs autres.